YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

54 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Kiosque

Galaxies n°37 (Nouvelle Série)
Directeur de publication : Pierre Gévart
Revue, n°37, SF - nouvelles - entretien - articles - critiques, septembre 2015, 192 pages, 11€

Sous une belle couverture de Mira aux airs de déjà vu, car il s’agit de la version colorisée de celle d’« AOC n°22 », se cache un dossier C.J. Cherryh. Voilà un nom qui nous replonge dans les années 1980 et 1990, quand quelques éditeurs la traduisaient à tour de bras. Impossible aux lecteurs d’être alors passés à côté. Depuis, l’éclipse par chez nous. Plus rien !
Incompréhensible, surtout après lecture de ce dossier signé Patrice Lajoye qui a accompli une belle somme de travail avec le guide de lecture illustrant bien le nombre d’ouvrages traduits ces années fastes. Dans “Et si on traduisait...” Georges Bormand montre que C.J. Cherryh est toujours prolifique et que de nombreux inédits restent disponibles.


Dans l’entretien avec l’auteure, il est peut-être préférable de connaître un minimum ses écrits pour ne pas être perdu. Et pour faire bonne mesure, le dossier est complété par la nouvelle “L’homme de fer, le marchand de sable et la BettyB”.
Elle débute par un échange de courts messages entre différents pseudos improbables. Ce procédé revient plusieurs fois, ce qui tranche dans le déroulement, apportant une touche de réalité, et donne des échanges aux allures de staccato pas toujours compréhensible dans l’immédiat suivant l’éloignement des intervenants.
Marchand de sable assure la maintenance d’une balise. Trois mois pour y aller, trois mois pour revenir, voilà ce qui assure sa subsistance. Une routine bien rodée... mise à mal par un engin survivant de la guerre menée dans le système il y a une cinquantaine d’années.
La manière dont est mené le récit, ainsi que l’histoire, sont vraiment bien trouvées, l’auteure y apporte de l’originalité et de la dramatique qui nous immerge dedans. C.J. Cherryh sait justement insuffler du rythme à ses écrits pour accrocher les lecteurs.
J’en ai gardé un bon souvenir voilà une vingtaine d’années et ce dossier bienvenu la rappelle à ma mémoire. Je ne pense pas être le seul dans ce cas.
Une excellente idée de dossier !

Alors que l’on pensait l’œuvre de Nathalie Henneberg connue, « Galaxies » publie « Kheroub des étoiles », un roman inédit de l’auteure ! L’histoire du manuscrit nous est livrée, il s’agissait d’une commande de Jacques Van Herp pour la collection Masque SF. Écrit dans la douleur, ce roman n’a jamais vu le jour du fait de circonstances particulières. Didier Reboussin, un des collaborateurs de la Yozone, est partie intégrante de cette surprenante parution. Pour l’occasion, « Galaxies » renoue avec l’ancien « Galaxie » qui publiait des romans en plusieurs épisodes. Suite et fin de « Kheroub des étoiles » lors du numéro 38 qui consacrera un dossier à Nathalie Henneberg. Il faut noter qu’il s’agissait d’un premier jet qui a nécessité de travailler dessus, tout en y restant fidèle.
Avis sur le roman dans son intégralité dans la recension du prochain « Galaxies »...

Autre femme à l’honneur, mais que les lecteurs de « Galaxies » ont appris à connaître et apprécier : Aliette de Bodard avec “Le souffle de la guerre”.
Contrairement aux précédents, ce texte ne relève pas de la hard science et est parfaitement compréhensible en première lecture. Sur Voc, il est de coutume que les femmes à la sortie de l’adolescence sculptent une certaine roche et lui insufflent la vie. Ses souffle-frères deviennent partie intégrante de leur existence. Rechan est revenue transformée de cette expérience, mais seule. Maintenant qu’elle va accoucher, elle retourne sur les lieux, car sa progéniture aura besoin de ce souffle pour accéder à la vie.
Très belle inspiration d’Aliette de Bodard qui apporte de l’étrangeté avec cette cohabitation. Elle la présente de manière efficace et garde longtemps le mystère sur le souffle-frère de Rechan. Sa présence au sommaire est toujours l’assurance de passer un bon moment.

Avec “Service public”, Éric Morlevat a remporté le Prix Alain le Bussy 2015. C’est une histoire d’amour entre une humaine et un Thalien, deux espèces relativement différentes. Les deux forment une équipe de prospecteurs qui attire la sympathie. Il y est longtemps question d’un énigmatique manuel, avant que le lecteur comprenne de quoi il s’agit. Utiliser le terme vidéo s’avère plutôt malheureux, car il nous ramène du futur évoqué à notre présent.
L’ensemble est touchant, également amusant par certains côtés. L’auteur avoue qu’une des inspirations pour ce texte était le roman « L’oeuf du coucou » de C.J. Cherryh, ce qui tombe bien.

“Le nombre de Judas” de Jean-Louis Trudel est une nouvelle très fouillée et subtile. En allant à la rencontre de son ex-mari, une femme passe au château d’Amboise où elle achète pour quelques euros un simulacre de Léonard de Vinci. Elle espère qu’il la distraira en cours de route, mais il la fait surtout réfléchir.
À ce stade, on se demande où Jean-Jouis Trudel veut nous amener, car cette conversation inattendue n’est qu’une étape jusqu’à la confrontation entre les deux époux séparés. La conclusion est aussi surprenante que bien vue. Texte riche qui mérite de s’y attarder.

Pavel Amnouel nous plonge dans le multivers que certains initiés peuvent mettre en équations et plier selon leur volonté. Encore faut-il en être capable et surtout le pouvoir ! Il aborde un thème assez classique, mais apporte une touche personnelle prenante. L’auteur est lucide, rien n’est gratuit, tout a un prix. Il en fait une brillante démonstration à la fin de son texte “Le store blanc”.

« Galaxies » qui n’est jamais avare de nouveautés et d’expériences nous livre “Variations 2015”, des courts poèmes graphiques de Marianic (dessins) et Jean-Pierre Parra (textes). Bon... c’est surprenant, il fallait oser. J’avoue que je n’ai pas cherché à comprendre. La petitesse des gouaches exposées et l’absence de couleurs desservent l’ensemble et ne poussent pas à regarder de plus près.

Seconde livraison de “Musique et SF” avec Yes, qui finalement tourne beaucoup autour de la pochette double de leur album « Tales From Topograpic Oceans » (1973). Très bon papier de Jean-Michel Calvez ! Quant à Denis Labbé, il s’intéresse ce trimestre à Algernon Blackwood. “Autres mondes” s’avère toujours une lecture enrichissante.

La superbe illustration de couverture annonce la couleur, il s’agit d’un numéro de « Galaxies » de haut vol ! De belles nouvelles, le début d’un roman inédit de Nathalie Henneberg, ce qui est en soi un événement, et un dossier C.J. Cherryh que l’on espère revoir au sommaire au cours des prochaines livraisons.


Titre : Galaxies Nouvelle Série
Numéro : 37 (79 dans l’ancienne numérotation)
Directeur de publication : Pierre Gévart
Couverture : Mira
Type : revue
Genres : SF, études, critiques, entretiens...
Site Internet : Galaxies
Dépôt légal : septembre 2015
ISSN : 1270-2382
Dimensions (en cm) : 13,8 x 20,9
Pages : 192
Prix : 11€



Pour écrire à l’auteur de cet article :
[email protected]



François Schnebelen
14 octobre 2015







JPEG - 37.2 ko