YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Warlord (T7 et 8)
Kim Byung Jin et Kim Sung Jae
Ki-oon

Maruhan et ses alliés du moment s’approchent de la forteresse des ryongs, mais une brume mystérieuse leur coupe le chemin. Plus inquiétant, cachés à l’intérieur, des assassins s’en prennent immédiatement aux hommes forts : Maruhan est rejeté par un violent coup alors que Sian et Cheonbo sont entraînés au cœur de la brume. Nos héros ne semblent pas capables de parer les attaques surprises des assassins, trompés par les illusions créées par ces étranges ryongs. Mais ce n’est pas ça qui arrête Maruhan, seulement en lançant une attaque pour dissiper les leurres de ses ennemis, le guerrier blesse malheureusement Kun qui est à son tour emporté par les tueurs invisibles. La patience de Maruhan a atteint ses limites. Toutefois ses ennemis sont plus nombreux et plus puissants qu’il ne le pensait. Surtout que eux le connaissent parfaitement et avaient pour objectif de le faire prisonnier pour que leur plan se déroule comme prévu. Pendant ce temps, le shogun est arrivé devant la forteresse. Les forces de la destinée seront bientôt en place pour mener un combat qui scellera l’avenir de l’humanité.



Moyonso guide ses alliés dans les égouts de la fortesse. C’est le seul chemin accessible pour pénétrer dans le fortin sans tomber nez à nez avec une armée de démons. Seulement, le gardien de ce lieu est tout aussi terrifiant. Au-delà de son aspect effrayant et sa férocité, il dégage un poison extrêmement puissant. Il leur faut la protection de la magie de la souveraine des ames pour se protéger contre son effet destructeur. Seulement, au moment où leur affrontement contre Bashar commence, Moyonso leur fausse compagnie, les laissant se débrouiller avec le monstre tentaculaire. Car le guerrier est là pour retrouver Maruhan avant que ce dernier ne réveille les pouvoirs du seigneur de cette forteresse : Daram. Le démon est rempli de haine pour la descendance de Bayren, mais surtout il reproche au père de Maruhan la mort de sa très chère Lamo. Daram en sait beaucoup sur le passé de Bayren et Moyonso ne souhaite pas que les souvenirs réveillent le monstre qui sommeille dans Daram. En fait, le plan du seigneur Modanbal ne se déroule pas du tout comme il l’avait prévu. La vision de Moyonso et Maruhan a provoqué une réaction plus violente qu’il ne le prévoyait et maintenant le démon qu’il gardait enfermé s’est malheureusement libéré de ses entraves.

JPEG - 62.4 ko

Ces deux tomes de “Warlord” continuent sur la lancée des précédents. Kim Sung Jae mise principalement sur l’action et les planches très efficaces de Kim Byung Jin. Le scénariste va zapper entre les différents acteurs, nous montrant leur progression simultanée. Notre pauvre Maruhan va se prendre raclée sur raclée. Décidément, Kim Sung Jae n’a pas beaucoup de pitié pour son héros qui a beaucoup de mal à retrouver de sa superbe. Entre son coup totalement raté qui frappe un de ses alliés et son combat perdu face aux troupes de Modanbal, Maruhan cumule les défaites. Le nombre de personnages intervenant dans le tome 7 est assez impressionnant. En fait, on retrouve quasiment tous ceux de la série regroupés dans ce volume, faisant une apparition plus ou moins longue, apportant plus ou moins d’intérêt à l’histoire. Car le lecteur a tout de même un peu l’impression que cela n’avance pas vraiment jusqu’à la dernière partie du volume. Le personnage de Maruhan est alors clairement traité comme un pantin que chaque camp utilise un peu comme bon lui semble. La véritable rupture qui fera évoluer l"histoire et surtout nous apportera des informations nouvelles sera l’arrivée de Daram.

Ce seigneur démon s’avère un personnage central de cette série. Il est une sorte de chainon manquant dans l’histoire de Maruhan. Leur duel est surtout l’occasion d’en savoir plus sur les parents et surtout la mère de notre héros. Bayren était un homme plein de surprise et Maruhan aura des origines assez surprenantes, mais Kim Sung Jae joue aussi un peu avec les nerfs de son lecteur concernant la mère de Maruhan. Est-elle finalement morte ou vivante ? Moyonso va montrer un autre visage et aura lui aussi bien des choses à nous raconter. Les flash-back feront inévitablement leur apparition pour nous conter le passé de Bayren. Mais les deux tomes jouent déjà fortement sur la non linéarité du récit, revenant légèrement en arrière pour expliquer certaines situations. Le combat contre le monstre Bashar sert ici d’interlude dans la confrontation entre Maruhan et Daram, histoire de faire durer un peu plus le plaisir et ne pas trop nous en dire. Kim Byung Jin est vraiment dans une grande forme, les combats qu’il doit illustrer lui permettent de se lâcher et de nous montrer son talent de dessinateur. Ses personnages sont toujours aussi expressifs, aussi détaillés et très facilement reconnaissables. La lecture est réellement fluide et même trop courte, les planches se dévorant et les dialogues étant réduits au minimum vital.

On aime ou on n’aime pas le style de “Warlord”, mais il faut avouer que ce duo de mangakas est des plus efficaces et le fan de la série n’est vraiment pas déçu.


Warlord (T7 et 8)
- Scénario : Kim Sung Jae
- Dessin : Kim Byung Jin
- Traducteur  : Kette Amoruso
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 21 août et 11 décembre 2014
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-709-6 ; 978-2-35592-751-5
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Warlord (T1 et 2)
Warlord (T3 et 4)
Warlord (T5 et 6)


© KIM Byung Jin, KIM Sung Jae, Daewon C.I. Inc.
© Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
25 septembre 2015






JPEG - 23.7 ko



JPEG - 32.4 ko



JPEG - 33.1 ko



JPEG - 37.7 ko



JPEG - 32.8 ko



WebAnalytics