YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

51 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

U4 : Jules, Koridwen, Stéphane, Yannis
Carole Trébor, Yves Grevet, Vincent Villeminot, Florence Hinckel
Nathan & Syros, Grand format, roman (France), thrillers, 300 pages, aout 2015, 16,90€/volume

U4 : virus. U pour Utrecht, sa ville d’apparition, 4 pour 4e génération. Mortel et extrêmement contagieux. Moins de 15 jours après ses premières victimes, l’Europe vacille : U4 tue adultes et enfants. Seuls les ados entre 15 et 18 ans sont épargnés. Le 1er novembre, l’électricité n’alimente plus la France, Internet est coupé, les bandes de jeunes commencent à s’organiser pour le meilleur ou le pire. L’armée va recadrer les choses.


U4 c’est « Jules », de Carole Trébor ; « Koridwen » d’Yves Grevet, « Stéphane » de Vincent Villeminot et « Yannis » de Florence Hinckel. On notera que les auteurs masculins ont pris un personnage féminin, et vice-versa. Ce qui rend les garçons plus sensibles, et les filles plus aguerries. Enfin je crois.

JPEG - 98.5 ko

Une histoire commune, narrée à quatre paires de mains, autour de quatre ados tous unis par un jeu en ligne : WOT, Warriors of Time, dans lequel on peut voyager dans le temps. Avant la coupure, le maître du jeu Khronos appelait les meilleurs joueurs à se rassembler le 24 décembre sous la plus vieille horloge de Paris, pour retourner dans le passé. Avant la catastrophe.
Yannis, dit Chevalier Adrial, est à Marseille. Sa famille est morte, il cherche un espoir.
Stéphane, dite Lady Rottweiler, est à Lyon. Son père est un éminent scientifique, qui trouvera un vaccin, et reviendra la chercher.
Koridwen, dont le prénom était déjà assez original pour le jeu, est en Bretagne. Elle doit s’occuper de Max, son cousin légèrement handicapé mental. Et sa grand-mère, une vraie sorcière, lui a confié une mission : sauver le monde.
Jules, garçon plus rondouillard que son avatar Spider Snake, vit à Paris. Dans son immeuble, il a recueilli une gamine, Alicia, qui a survécu, en état de choc. Ce sera sa raison de survivre.

La trame générale


Pour trois d’entre eux, et pour diverses raisons, il faudra rejoindre la capitale. Yannis fera étape à Lyon, première ville reprise brutalement en main par l’armée, et s’enfuira du camp où on parque les ados en compagnie de Stéphane. Koridwen fera le trajet en tracteur et bétaillère, avec son cousin. Elle sera la première à croiser Jules, qui a rejoint d’anciens camarades de classe pour former un groupe solidaire et organisé. Koridwen sera même contrainte de leur confier son cousin, blessé. Lorsque Jules traverse Paris jusqu’à la planque en banlieue de Kori, il est « braqué » par Stéphane et Yannis, à la recherche d’un ordinateur pour lire une clé USB volée à l’armée, clé qui contient la vérité sur Khronos (je ne vous spoile pas), forcément décevante (faut pas rêver non plus). Les quatre ados décident de rester un temps ensemble et de rejoindre le groupe de Jules. Partagés quant au bien-fondé du rendez-vous du 24 décembre, où ils savent désormais que l’armée attendra les Experts de WOT, ils font leurs choix : y aller ou pas ?

Quatre fois la même histoire ?

La première crainte qu’on peut légitimement avoir face à cet OVNI éditorial, c’est de lire quatre fois la même histoire. Je vous rassure, ce n’est le cas qu’à un court moment, où nos quatre héros sont réunis, de leur rencontre à Gentilly à leur départ, séparément, de la tour Athènes. Et encore ne sont-ils pas toujours ensemble.

Néanmoins, il faudra avoir bonne mémoire, lire les livres à la suite, voire se reporter de l’un à l’autre (le découpage des chapitre par date est idéal pour cela) pour confronter les points de vue de chacun sur une même situation. Mais là encore, c’est rarement nécessaire.

La véritable réussite de cette histoire est de coller exactement à la réalité, dans ce sens où contrairement à une fiction « construite », « racontée » par son auteur, nous n’avons dans chaque livre que le point de vue brut du personnage-narrateur, qui ne nous cache rien mais n’est pas omniscient. Et il ou elle ne partage pas forcément ses pensées et ses émotions avec ses camarades. Bref, comme dans la vie. Vue de l’extérieur, certaines actions pourront surprendre, alors qu’elles sont tout à fait naturelles quand on a appris à connaître la psyché du personnage. A ce titre, Stéphane, sujette à des pulsions violentes lorsque tout semble lui échapper, est très intéressante. Si elle semble froidement déterminée, elle est en fait une petite fille fragile aux illusions brisées. Jules révèle des ressources cachées que ses amis ne font qu’effleurer. Koridwen peut sembler bizarre, car très secrète, mais son parcours est tellement incroyable qu’on comprend qu’elle peut difficilement partager ses projets avec quiconque. Yannis a l’air sûr de lui, mais on découvrira par quelles épreuves il a dû passer pour en arriver là.

Dans quel ordre les lire ?

Je vous dirais bien « n’importe lequel » puisque c’est le concept. Personnellement, j’ai pris l’ordre alphabétique des prénoms (Jules, Koridwen, Stéphane, Yannis).
Certains personnages « marchent », au propre comme au figuré, ensemble : Kori et Jules se rencontrent assez tôt à Paris, tout comme Stéphane et Yannis à Lyon.
Si on veut étudier l’attitude des adultes, Kori nous apprend très vite l’existence des R-Points, du puçage... Lyon est la première ville « reprise en main », donc le témoignage direct de Stéphane sera très révélateur, plus que celui de Yannis. Mais Jules, en bon Parisien, nous livre par le détail l’évolution de la « reprise » de la capitale.
Et si on les prend par la fin... Stéphane et Yannis achèvent leur histoire le 25 décembre, Jules et Koridwen après... et différemment.

Sur ce... bonne lecture !
« Jules » / « Koridwen » / « Stéphane » / « Yannis »


« U4 », 4 romans, par 4 auteurs, dans un univers commun, co-édités par Nathan et Syros.



Nicolas Soffray
25 septembre 2015







JPEG - 34.3 ko



JPEG - 33.5 ko



JPEG - 35.3 ko



JPEG - 31 ko