YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




UQ Holder ! (T3 et 4)
Ken Akamatsu
Pika

Tota se retrouve donc pour sa première mission au sein du UQ Holder à devoir protéger de jeunes humains, regroupés dans un ghetto, au large de la capitale. Mais ces quartiers pauvres sont aussi la cibles des riches qui souhaitent récupérer ces terrains pour leur profits. Des feux éclatent un peu partout, mettant en danger cette population sans moyen de se défendre. Mais ces incendies sont tous criminels et Tota et Kuromaru se retrouvent face à deux des mercenaires chargés de faire le nettoyage. Le loup-garou et l’homme aux yeux fermés sont tous les deux membre du SMP Powerful Hand et leur première attaque cible Tota pour l’immobiliser avec un cruci-cercueil spécialement élaboré pour contrer les vampires. Voila la grande différence entre des amateurs et des chasseurs d’immortels aguerris. Kuromaru ne fera pas plus d’étincelles, coupé en deux. Seulement quand le loup se met à menacer des enfants sous la protection du UQ Holder, Tota parvient à vaincre l’exorcisme mais surtout, il révèle une force mystérieuse.



A trop vouloir s’attaquer aux membres du UQ Holder, le SMP Powerful Hand a provoqué la colère de Yukihime et de ses « numéros ». Elle, l’évangéline des ténèbres, va rappeler à tout ce petit monde qui a réellement le pouvoir et les renvoyer à leur chères études. Finalement, pour une première mission, Tota et Kuromaru s’en sortent vraiment bien. Mais surtout, les deux amis se sont vraiment rapprochés et ont consolidés ce lien qui s’était peu à peu créé entre eux. Tota se retrouve hyper motivé pour gagner la somme nécessaire afin de pouvoir monter en haut de la tour. Et contre toute attente, Tota fait partie d"un petit groupe devant aller à la gare se retrouvant en bas de la fameuse tour afin de récupérer Karin. Il est chargé de tenir compagnie à Kirie, une immortelle très riche qui est un des principaux financeurs de UQ Holder. Mais Kirie a un pouvoir d’immortel très particulier. Elle a la possibilité de revivre après une mort jusqu’à une sauvegarde qu’elle crée en prévision. Et cette fois, elle doit compter sur Tota pour la sauver d’une mort inéluctable... Bon le jeune homme a raté les six premières tentatives mais surtout, il ne prend conscience de ce retour en arrière qu’à la septième mort de la jeune fille.

JPEG - 50.4 ko

Avec ce tome 3 de “UQ Holder”, les affaires sérieuses commencent. Les deux premiers tomes ont permis de poser les personnages, le contexte général de l’univers créé par Ken Akamatsu et surtout, le tome 2 s’est achevé sur la présentation du fameux clan des UQ Holder, des immortels numérotés (oui ce principe est devenu un énorme classique du shonen), chaque numéro représentant évidemment la force du personnage et son rang dans le clan. Le tome 3 amenait nos héros vers leur première mission et surtout vers leurs ennemis. Il était donc temps de nous confronter à la Némésis du UQ Holder : le SMP Powerful Hand. Et les deux premiers représentants seront au niveau des attentes du lecteur. Tout d’abord, pour s’opposer à des immortels, il faut des chasseurs d’immortels. Ils vont également nous éclairer sur ce qui fait la particularité de ces derniers, la source de leur immortalité, mais également leur point faible. Ainsi, Tota étant un vampire, quoi de plus logique qu’un exorcisme anti-vampire pour le capturer. Mais notre jeune héros cache une puissance bien supérieure. Plutôt que passer une nouvelle fois par la case « entrainement », Ken Akamatsu utilise un raccourci très courant dans le shonen : le pouvoir caché. Tout comme la transformation en Super Saiyan pour Son Goku, Tota devient un super immortel... ou un super démon. Un nouveau mystère nous est présenté, de quoi attiser la curiosité du lecteur, sans toutefois faire preuve d’une incroyable originalité.

Le tome 4 sera dédié à Kirie, cette immortelle capable de revivre les événements ayant causé sa mort, à condition de créer une forme de sauvegarde de sa vie passée. Voila enfin un pouvoir sortant de l’ordinaire. Certes, le cinéma a déjà usé cette théorie du « jour sans fin » ou encore de la capacité à voir le futur comme dans le film de Lee Tamahori, Next, mais cette fois, ce don est parfaitement maîtrisé par la jeune Kirie qui en fait une arme. Cette aventure est surtout le prétexte pour introduire certainement un des principaux « méchant » de la série : Fate Averuncus. L’annonce de Kirie laissait présager l’arrivée de l’ennemi invincible que le héros doit battre en se dépassant au-delà de ces capacité actuelles. Toutefois, Fate affichera des points faibles qui le rendent vincible. Le rythme est toujours aussi rapide, le lecteur n’ayant pas le temps de s’ennuyer une seule minute. C’est ce qui fait la force de cette série. Le scénario n’est pas très original mais comporte assez d’utilisation intelligente de classique du genre pour que l’histoire soit assez intéressante même pour des habitués du genre. Les dessins hyperdynamiques et très lisibles de Ken Akamatsu aident fortement au plaisir du lecteur qui passe un bon moment avec un shonen de baston plutôt sympa et qui mérite le détour.

La fin du tome 4 nous laisse entendre une fin d’arc et nos héros repartant... à l’école... A suivre donc.


UQ Holder ! (T3 et 4)
- Auteur : Ken Akamatsu
- Traducteur  : Fédoua Lamodière
- Éditeur français : Pika
- Format : 120 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192(T3) et 208(T4) pages
- Date de parution : 3 décembre 2014 et 4 mars 2015
- Numéro IBSN : 9782811616144 ; 9782811618414
- Prix : 6,95€


A lire sur la Yozone :
UQ Holder ! (T1 et 2)


UQ HOLDER © 2013 Ken AKAMATSU / Kodansha Ltd.
© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
18 septembre 2015






JPEG - 51.3 ko



JPEG - 36.7 ko



JPEG - 34.9 ko



JPEG - 59.5 ko



JPEG - 33.9 ko



WebAnalytics