YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

43 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Ajin (T2)
Tsuina Miura, Gamon Sakurai
Glénat

Kei a finalement accepté de rencontrer d’autres Ajin, même s’il reste méfiant sur ceux qui l’attendent devant le temple. Kei a préféré abandonner Kai pour ne pas le mettre plus en danger. Car s’il est devenu immortel, ce n’est pas le cas de son ami. Et le moins que l’on puisse dire est que le premier contact est assez étrange car l’un des deux hommes sort un couteau pour l’accueillir. Toutefois, ce n’est pas pour agresser Kei mais pour tuer son compère afin de prouver au jeune homme qu’ils sont bien des Ajin eux-aussi. Mais surtout, ils vont le rassurer sur la santé de sa sœur qu’ils ont relâchée une fois Kei convaincu de les rejoindre. L’homme au chapeau s’excuse même d’avoir utilisé cette méthode pour le rencontrer. Que ne faut-il pas faire pour gagner la confiance de ce gamin ? Mais ce qui devait être une rencontre d’importance pour le rallier à leur cause est finalement un échec car Kei a gardé cette fichue humanité qui le rend faible et prévisible.


Pour Hat, il faut un électrochoc pour que Kei finisse par devenir le pendant de Tanaka. Pour le moment, Kei n’est pas prêt mais après quelques temps entre les mains de ses poursuivants, le garçon devrait avoir changé de sentiments. Alors autant le livrer à ces humains qui aiment tant dépiauter des Ajin. Mais évidemment, il faut faire semblant que les forces spéciales soient à l’origine de son kidnapping. Et Kei va découvrir la salle de torture des laboratoires d’Etat. Car le petit jeu préféré des scientifiques avec un nouveau Ajin est de le torturer, lui couper un bras, lui couper les cordes vocales. Même si ses yeux sont bandés, Kei ressent l’effroyable douleur de chaque coup de scalpel, de scie. Mais lorsqu’un des soi-disant médecins s’apprête à le tuer pour le ranger, son double noir se matérialise et se prépare à l’égorger. Derrière la vitre donnant sur la salle de torture, Tosaki attend justement un signe pour savoir si Kei fait partie de l’autre race d’Ajin, celle qui met en danger l’espèce humaine. Surtout que seuls les Ajin peuvent voir ces doubles mortels. Seulement, malgré toutes ses souffrances, Kei se refuse à assissiner qui que ce soit.

JPEG - 74 ko

Ce tome 2 d’“Ajin” va tourner au cauchemar pour le héros de Tsuina Miura. Alors qu’il était parvenu à fuir les autorités et à échapper à la folie des hommes, Kei sera trahi par les siens ou plutôt, Kei ne correspond pas à l’image que Hat et Tanaka se font d’un Ajin. Kei se retrouve véritablement entre le marteau et l’enclume, entre les services anti-Ajin qui ne cherchent qu’à effectuer sur lui des expériences et Hat qui veut se faire son armée d’Ajin psychopathes comme Tanaka. Kei va être traité comme un objet mais va également refuser de perdre son humanité. Nous sommes vraiment avec deux conceptions de l’Ajin, mais malheureusement, Kei apparaît comme une exception, d’ailleurs pour conforter cette impression, Tsuina Miura nous racontera la fameuse affaire Nakamura qui révélera le côté obscur des Ajin qui n’étaient pas alors considérés comme dangereux mais uniquement comme des cobayes. Nakamura sera le premier à faire usage de son double noir pour tuer. Mais encore une fois, le mangaka se refuse à se laisser tomber dans le manichéisme car le lecteur aura tendance à soutenir l’action de Nakamura, ceux qui tentèrent de l’arrêter n’ayant pas hésité à tuer un innocent pour le capturer.

Tsuina Miura va nous montrer dans ce tome deux visages de l’humanité. D’abord le pire des côtés, celui des tortionnaires qui utilisent Kei comme de la chair à canon, le torturant comme on torture un animal. Si Gamon Sakurai ne cache pas les exactions réalisées sur le pauvre Kei, il évite toutefois de tomber dans le gore. Le mangaka aurait pu sans problème nous faire voler les tripes et démembrer de la pire façon ce pauvre Kei. Mais ce n’est pas la logique de cette série certes très dure mais échappant au gore viscéral. D’un autre côté, nous retrouvons un camarade de classe de Kei qui refuse de tomber dans les clichés anti-Ajin, ce qui n’est pas évident quand tous autour de lui ne peuvent comprendre son choix de défendre les Ajin. Les médias ont créé le mythe de l’Ajin qu’il faut chasser et vendre aux autorités. Toutefois, des associations de protection des Ajin se sont créées sur le net ; A noter que le dessinateur est un grand utilisation de Wikipedia qu’il met bien en avant dans ses planches. Un bon vieux réflexe que je suis d’ailleurs le premier à avoir.

Ce tome s’achèvera sur une prise d’assaut du laboratoire par Hat et Tanaka. Mais quel sera le choix de Kei ? Succombera-t-il au côté obscur ?


Ajin (T2)
- Scénario : Tsuina Miura
- Dessin : Gamon Sakurai
- Traduction : Karine Rupp-Stanko
- Editeur : Glénat
- Format : 130 x 180 mm
- Pagination : 194 pages noir et blanc
- ISBN : 9782344007457
- Parution : 2 septembre 2015
- Prix : 7,60 €


A lire sur la Yozone :
Ajin (T1)


© Edition Glénat - Tous droits réservés



Frédéric Leray
8 septembre 2015







JPEG - 17.5 ko



JPEG - 25.8 ko



JPEG - 21 ko



JPEG - 22.7 ko