YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

41 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Saint Seiya, Saintia Sho (T3)
Masami Kurumada & Chimaki Kuori
Kurokawa

Alors qu’Eris fait son apparition, incarnée dans Kyoko, Shoko s’interpose en portant l’armure de Saintia de sa sœur. Malheureusement, alors qu’elle développe un impressionnant cosmos, aucun de ses coups ne parvient à toucher la terrible déesse de la discorde. En fait, la jeune fille n’est pas encore réellement une guerrière d’Athéna, ne contrôlant que partiellement l’utilisation de son cosmos. A l’inverse, Kyoko n’hésite pas une seconde à attaquer sa sœur et à briser son armure. Toutefois, Athéna ne peut laisser sa guerrière souffrir ainsi sans intervenir. Conjuguant son cosmos à celui de Shoko, les deux femmes parviennent à porter un coup directement à l’âme de la déesse Eris, la mettant soudain en difficulté. Toutefois, Shoko continue à croire qu’elle peut vaincre Eris tout en sauvant l’âme de sa sœur et ainsi lui permettre de reprendre possession de son corps. Sentant que le combat tourne en faveur d’Athéna et de sa Saintia, Até intervient pour ramener le corps de Kyoko au cœur du jardin d’Eden.


Au Sanctuaire, le Grand Pope s’inquiète de l’intensité que vient d’atteindre l’étoile de la discorde suivie par celle d’une seconde étoile. Il mande trois Saints d’Argent d’aller mettre fin aux agissements d’Eris. Mais Milo du Scorpion ne l’entend pas de cette oreille. C’est lui qui a échoué, il y a bien des années, à empêcher la résurrection de la déesse Eris. Il doit maintenir finir la mission qu’il a laissé inachevée. Si quelqu’un doit stopper une bonne fois pour toute Eris, c’est bien lui. Le voici donc parti pour le jardin d’Eden, un mystérieux endroit situé à l’Est du Sanctuaire où un temple est apparu depuis quelques jours. Il n’est toutefois pas le seul sur ce chemin, Shoko est parvenue à s’accrocher à une racine générée par Até et a suivi la Dryade jusqu’au temple. Seulement, elle s’est fait capturer par Phonos, Dryade du meurtre. Prisonnière de ses toiles d’araignées, elle semble destinée à finir comme repas de ce dernier, paralysée par les fils d’une incroyable résistance. Mais alors que Phonos s’apprête à lui porter le coup de grâce, un incroyable cosmos lui vole sa proie. Encore une fois, Shoko vient d’être sauvée par le Saint d’Or du Scorpion, Milo. Et la différence de force entre le Dryade et le Saint est gignatesque. Là où Shoko n’a rien pu faire, il ne suffira que de quelques aiguilles écarlates pour terrasser le Dryade.

JPEG - 66.4 ko

Ce troisième tome de “Saintia Sho” vient clore cette mini-série d’une bien belle manière. Masami Krumada et Chimaki Kuori vont curieusement ne pas faire de Shoko la sauveuse de l’humanité. Pour une fois, leur héroïne ne va pas découvrir un pouvoir incommensurable qui lui permettra de se sortir des pires situations. Bien au contraire, chaque action d’éclat de la jeune femme ne sera dû qu’à l’union de plusieurs forces qui, ajoutée à son impressionnant cosmos (tout de même !), lui accordera la capacité de vaincre ses adversaires. Son affrontement contre Kyoko en début de tome est symbolique de l’état d’esprit des mangakas pour ce dernier tome. Shoko est incapable de porter un seul coup à sa soeur. D’ailleurs, rien d’étonnant à cela, la jeune fille étant taraudée par la volonté de sauver sa sœur d’Eris tout en sachant qu’elle doit pourtant impérativement empêcher la déesse de la discorde de finir sa réincarnation. Ce sera l’enjeu récurrent durant tout ce tome : comment sauver Kyoko tout en tuant Eris ? Shoko n’aura malheureusement pas la solution à cette énigme et cela la mettra dans les pires situations. Il fallait donc faire intervenir un Saint capable de palier aux faiblesses de la jeune fille.

Et ce sera sans surprise Milo, le Saint d’Or du Scorpion. Il est clairement le personnage central de la série et il finit même par éclipser notre pauvre héroïne qui fait bien pâle figure devant la grandeur et le charisme du Saint d’Or. D’ailleurs, Chimaki Kuori nous le présente tel un véritable ange de la miséricorde venant sauver la jeune fille. Le Saint a droit à de nombreuses pleines pages, mettant en valeur son armure, parfaitement dessinée par Chimaki Kuori, faisant paraître celle de Shoko et même celles des Dryades pour de vulgaires morceaux de métal. Mais surtout, en mettant en scène le Saint d’Or, Kurumada poursuit la modernisation de sa saga. Car en rencontrant la Saintia et surtout en étant témoin de l’intervention de Saori en tant qu’Athéna, cela remet quelque peu en cause l’ignorance de ce dernier concernant cette réincarnation d’Athéna qui n’est pas celle que cache le grand Pope. Nous ne sommes pas encore au niveau du nouveau film, je vous rappelle que les scénaristes ont fait de Milo... une femme ! Bon, pour le moment, le Saint d’Or est toujours un homme, un Saint qui doit accepter de devoir sacrifier Kyoko pour sauver l’humanité. Ce genre choix est toujours sujet de grandes discussions philosophiques dans le shonen et les réponses apportées sont variables. Mais ici, il n’y aura pas de miracle.

“Saint Seiya, Saintia Sho” s’achève sur l’annonce des guerres galactiques, donc sur l’introduction de la série originale. Le mangaka ira-t-il jusqu’à revisiter son oeuvre majeur comme l’a fait Buronson pour “Hokuto no Ken” avec les films sortis pour les vingt-cinq ans de sa série ? L’avenir nous le dira.


Saint Seiya, Saintia Sho (T3)
- Auteur : Masami Kurumada et Chimaki Kuori
- Traducteur  : Xavière Daumarie
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 128 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 176 pages
- Date de parution : 2 juillet 2015
- Numérotation ISBN : 9782-368-52170-4
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Saint Seiya, la série culte
Saint Seiya, édition Deluxe (T1)
Saint Seiya, édition Deluxe (T2)
Saint Seiya, édition Deluxe (T3)
Saint Seiya, édition Deluxe (T4)
Saint Seiya, édition Deluxe (T5)
Saint Seiya, édition Deluxe (T6)
Saint Seiya, édition Deluxe (T7)
Saint Seiya, édition Deluxe (T8)
Saint Seiya, édition Deluxe (T9)
Saint Seiya, édition Deluxe (T10)
Saint Seiya, édition Deluxe (T11)
Saint Seiya, édition Deluxe (T12)
Saint Seiya, édition Deluxe (T13)
Saint Seiya, édition Deluxe (T14)
Saint Seiya, édition Deluxe (T15)
Saint Seiya, édition Deluxe (T16)
Saint Seiya, édition Deluxe (T17)

Saint Seiya, The Lost Canvas (T1 à 3)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T4)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T5)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T6)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T7)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T8)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T9)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T10)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T11)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T12)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T13)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T14)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T15)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T16)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T17)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T18)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T19)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T20)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T21)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T22)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T23)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T24)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T25)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T1)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T2)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T3)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T4)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T5)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T6)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T7)

Saint Seiya, Saintia Sho (T1)
Saint Seiya, Saintia Sho (T2)


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés



Frédéric Leray
31 août 2015







JPEG - 38.3 ko



JPEG - 32.5 ko



JPEG - 32 ko



JPEG - 32.4 ko