YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

57 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Guitare (La)
Jean Pruvost
Honoré Champion, Les Mots, essai, 143 pages, juin 2015, 9,90€

Mais que diable vient donc faire un petit livre consacré à la guitare dans une rubrique consacrée à la littérature, et à l’imaginaire qui plus est ? Le lien est plus que flagrant : s’il est un instrument emblématique de cette « pop culture » qui regroupe aussi les littératures de genre, c’est bien cette six-cordes que plus d’un puritain considère comme sortie tout droit de l’enfer. On n’en finirait pas de citer les fictions de genre dans lesquelles la musique tient une place prépondérante : citons par exemples les anthologies Shock Rock (Pocket), Rock’n roll attitude (Denoël), le roman « Armageddon Rag » de George R. R. Martin, le très beau « Fugues » de Lewis Shiner ou le non moins remarquable « Kamikaze l’amour » de Richard Kadrey. Mais cela n’empêche pas de revenir sur l’histoire de cet instrument, ce que fait Jean Pruvost dans cet intéressant petit essai.


Après un premier chapitre consacré aux divers avatars du mot dans les dictionnaires et ouvrages anciens ( du « Roman de la Rose » à la sixième édition du « Dictionnaire de l’Académie Française », de quitarre à guitare en passant par guiterne, quinterne, ghysterne et autres guiterres), Jean Pruvost, à travers un chapitre intitulé « De la guitare de Louis XIV à la guitare électrique » précise l’évolution de l’instrument au fil des siècles passés, puis des décennies plus récentes. Il rappelle notamment, au sujet de cet instrument que Pierre Larousse, au dix-neuvième siècle, décrivait comme “flasque et sans consistance” et “depuis longtemps abandonnée” face à l’essor triomphant du piano, quelques grandes dates que l’on a déjà tendance à oublier, comme le brevet d’un capteur électromagnétique par un luthier de chez Gibson en 1934, la commercialisation des premiers modèles mythiques de guitare électrique et l’arrivée, en remplacement de la contrebasse, de la première basse électrique “de précision” Fender.

Un troisième chapitre est consacré au lexique distinctif de la guitare. Sur un peu plus de vingt pages, le lecteur pourra se rafraîchir la mémoire en français ou en anglais avec des termes tels que chevillier, archtop, sustain, sillet et autres capodastre, bottleneck, ou rosette. Un chapitre qui tout comme le précédent, ne dédaigne pas les notions historiques et en apprend plus qu’un simple dictionnaire.

Vient ensuite la part de choix, une quarantaine de pages de citations en quatorze sous-chapitres variés (« Peintres et guitares », « Les écrivains et la guitare », « Sons, fredons, accords et chansons », « Électriquement vôtre », etc.) Des anciens aux modernes, grâce à des extraits d’auteurs comme Mérimée, Potocki, Malraux, Gautier, Zola, Levi-Strauss, Ronsard, Loti, Verlaine, Nodier, Lesage, Echenoz, Embareck et bien d’autres, ce sont plusieurs siècles de littérature qui, à travers cet instrument, se trouvent balayés.

_ Dans ce registre des citations, on pourra regretter que Jean Pruvost, s’intéressant à un instrument on ne peut plus emblématique de ce que les puritains se plaisent à nommer la “musique du diable”, n’ait pas réservé au lecteur un petit chapitre humoristique rassemblant quelques citations délirantes issues de fondus religieux d’outre-Atlantique ou de romans mettant en scène de tels détraqués. De même, pour commencer à glisser entre réalité et fiction, un petit florilège aurait sans doute pu être tiré du corpus des critiques rock eux-mêmes légèrement déments comme Lester Bangs. Enfin, si le polar, à travers les citations de Michel Embareck, n’est pas oublié, les autres littératures de genre – fantastique et science-fiction – auraient également mérité d’être abordées.

Mais peu importe : le format de cet élégant petit volume imposait des choix, bien évidemment de style, mais aussi de langue, que l’on comprend sans peine. Malgré son format réduit, l’ouvrage est abondamment illustré : planche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, estampe d’Antoine Watteau, tableau de Renoir, gravures de Grandville et de Jacques Callot, dessins et photographies en noir et blanc enrichissent un texte que viennent compléter bibliographie et index des mots et noms propres. Nul doute que, malgré quelques minuscules coquilles (« Jo » Satriani pour « Joe » p. 9) mélomanes, musiciens, lexicographes et autres férus de littérature ne manqueront pas de trouver dans ce petit livre richement documenté plus d’un passage digne d’intérêt.


Titre : La guitare
Auteur : Jean Pruvost
Couverture : Jean Pruvost
Éditeur : Honoré Champion
Collection : Les Mots
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 143
Format (en cm) : 10,5 x 17,5
Dépôt légal : juin 2015
ISBN : 9782745329691
Prix : 9,90 €



Un peu de musique sur la Yozone :

- « A-apocalypse, bande son pour la fin du monde

Les éditions Honoré Champion sur la Yozone :

- « Dictionnaires des animaux de la littérature française



Hilaire Alrune
25 septembre 2015







JPEG - 13.5 ko