YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

57 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Baymax (T2)
Haruki Ueno
Pika

Hiro est parvenu à retrouver le Yokai, ce mystérieux homme masqué qui a provoqué la disparition de frère dans le trou noir créé par l’anneau géant. Mais malgré l’aide des amis de son frères, devenus eux-aussi des super héros, Hiro ne parvient pas à prendre le dessus sur son adversaire qui utilise contre notre jeune héros ses propres créations, ses micro-robots. Toutefois grâce à Baymax transformé en robot justicier, Hiro finit par faire tomber le masque de son ennemi et le choc de son identité n’a d’égal que la colère qui le remplit : ce n’est autre que le professeur Callaghan. Pourquoi le mentor de son frère, ce professeur que Hiro admirait tant, est-il devenu un fou dangereux ? Quel terrible secret cache-t-il ? En fait, Hiro ne se pose aucune de ces questions sur le moment, il ne pense qu’à une chose : tuer l’assassin de son frère. Et il faudra l’intervention de Baymax pour empêcher le jeune homme de faire la pire erreur de son existence. Mais Hiro ne comprend pas le geste du robot. Il tenait sa vengeance et elle lui a été enlevée aussi sèchement que son frère...


Pour calmer la colère d’Hiro, Baymax lui projette une vieille vidéo de son frère, au moment où ce dernier venait de le créer. La gentillesse naturelle de Tadashi mais surtout le message positif que véhicule la vidéo ne peut laisser Hiro insensible car finalement, ce n’est encore qu’un petit garçon qui pleure la disparition de son grand frère et qui avait besoin d’un gros câlin. Et Baymax maîtrise à la perfection les gros câlins. Il est temps pour nos héros de reprendre l’entrainement et se préparer à affronter une nouvelle fois le Yokai, mais à leur prochaine rencontre, ils seront prêts. Toutefois, nos nouveaux héros ne sont pas au bout de leurs surprises. En retournant dans les anciens laboratoires du professeur, il découvre une vidéo expliquant à quoi servent réellement les deux anneaux. Mais surtout, elle révèle l’origine de la folie qui s’est emparée de Callaghan. Ces anneaux servaient pour téléporter des objets. Mais quand le professeur passa au test sur humain, l’opération tourna mal et malheureusement le volontaire qui se perdit dans l’espace de téléportation n’était autre que la fille de Callaghan.

JPEG - 56.4 ko

Ce second tome de “Baymax” vient conclure l’histoire de ce gentil robot marshmallow devenu un justicier en armure. Si le premier tome se permettait des digressions par rapport au film original, cette deuxième partie sera bien plus fidèle. Certes, le scénario s’adapte aux modifications apparues dans le premier volume, mais au final, les changements sont réellement minimes. En retrouvant Yokai, l’histoire du manga va parfaitement se recoller avec celle du film. L’origine de la folie de Callaghan et les affrontements entre nos chers héros et le « méchant » suivent la scénarisation du long métrage. Pour coller à un style shonen, la fille de Callaghan sera visuellement plus jeune que le chara design de l’animé. Mais ce petit changement n’a que peu d’influence sur l’histoire. La disparition de cette dernière reprend les événements originaux. Il y aura toutefois un autre espoir dans le manga : celui de retrouver également Tadashi dans le monde du trou noir. Il convient de noter le côté émotionnel bien mis en valeur par Haruki Ueno qui rend Hiro très expressif et le fait passer par tous les sentiments, tous très forts et un rien extrême. Mais cela le rend aussi plus humain et augmente l’empathie du lecteur pour ce personnage.

Ce suspens concernant Tadashi ajoute à l’intérêt de la seconde partie de ce tome. Si le lecteur ayant vu le film sait ce qui se passera quand Hiro et Baymax franchiront la porte des étoiles version Walt Disney, aucun lecteur ne sait si le mangaka modifiera la destinée de Tadashi. Là aussi, Haruki Ueno parvient à mêler parfaitement dans son dessin l’action, le suspens, même s’il est difficile de reproduire la course contre la montre que Baymax et Hiro vont devoir réaliser pour sortir de l’espace interdimensonnel, mais le mangaka comble ce manque par plus d’émotion sur les planches qui vont clore l’ultime combat contre Callaghan. La conclusion de l’histoire montrera un Hiro plus mûr, mais aussi plus social, voire même gentil comme avec ce professeur qui tentait de le faire exclure de l’université. Toutefois, cette conclusion va coller le plus possible avec celle du film, reprenant des visuels qui évoqueront de très bon souvenir au lecteur qui fut aussi spectateur. Pour ceux qui n’ont pas encore vu Les Nouveaux Héros, tout d’abord je ne saurai trop leur conseiller qu’acheter le DVD ou le louer en VOD, et surtout qu’ils ne regrettent pas d’avoir d’abord lu la version manga. Ils auront le même plaisir de chercher les différences entre les deux supports et apprécieront les deux scénarios qui demeurent tout de même très proches.

“Baymax” est une bonne façon ou d’entrer dans l’univers des Nouveaux Héros, ou de prolonger l’expérience du film. Une bonne adaptation à conseiller.


Baymax (T2)
- Scénario : collectif Disney
- Dessin : Haruki Ueno
- Traducteur  : Xavière Daumarie
- Éditeur français : Pika
- Format : 125 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 1er juillet 2015
- Numéro IBSN : 9782811623272
- Prix : 7,20 €


A lire sur la Yozone :
Les Nouveaux Héros - Le Teaser
Les Nouveaux Héros - La Bande-Annonce
Les Nouveaux Héros - critique du film
Baymax (T1)


Baymax © 2014 Disney
© Edition Pika - Tous droits réservés




Frédéric Leray
22 août 2015







JPEG - 32.7 ko



JPEG - 28.8 ko



JPEG - 23.3 ko



JPEG - 31.2 ko