YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Magical Girl Site (T1)
Kentaro Sato
Akata

Aya Asagiri vit en silence un enfer. La jeune fille est devenue l’objet, la chose, de son frère. Brillant, promis à une réussite sociale et d’entrer dans la meilleure université, ce dernier subit la pression de son père qui lui rappelle matin et soir tous les espoirs qu’il a mis en lui. Alors le soir, Kaname se défoule en tabassant sa sœur. Et si l’envie lui prend il en rajoute une petite dose le matin. Mais le calvaire d’Aya ne s’arrête pas chez elle. En classe, elle est devenue la proie d’une bande de filles prenant plaisir à l’humilier, la torturer. Entre la colle sur sa chaise et les mots d’insultes sur la table, elle n’échappe pas à une petite séance de tabassage en règle dans les toilettes. Et en refusant de dire quoique ce soit et acceptant son sort, elle ne fait qu’inciter ses tortionnaires à la battre encore plus violemment. Mais un soir où elle est à bout, son ordinateur s’allume sur un mystérieux site internet : Magical Girl Site. Un drôle de personnage lui annonce que sa baguette magique l’attend à l’école et le lendemain Aya découvre un curieux pistolet dans sa case. Elle ne va pas tarder à comprendre que ce n’est pas un jouet. Car cette fois, Erika convainc un mec de venir violer la jeune fille. Utilisant le pistolet comme une arme, Aya appuie sur la détente...



Que s’est-il passé ? En tout cas, Aya apprend par les informations que Erika et ce pervers de Shota ont fini écrasés par un train. Erika a subi ce qu’elle a fait subir au petit chat que nourrissait Aya. Alors ce pistolet serait réellement une baguette magique ? Mais cela signifie également qu’Aya a tué les deux jeunes. Et elle n’est pas la seule à le penser car les deux autres membres du groupe d’Erika lui tombent dessus à la pause, et Sarina compte bien venger sa meilleure amie en tailladant le visage de cette petite salope à grands coups de cutter. Seulement Aya n’est pas la seule magical girl de l’école et soudain le temps se vige, pour tout le monde sauf Aya. Ce pouvoir provient de la baguette magique de Tsuyuno Yatsumura. Cette dernière a vite compris qu’Aya était devenue comme elle, une jeune fille malheureuse qui se retrouve pourvue d’une arme mortelle par le site Magical Girl. Et Tsuyuno ne pouvait laisser Aya aux mains de ces folles à lier. Toutefois si Aya répugne à utiliser sa baguette, l’autre jeune fille n’a pas du tout les mêmes scrupules et surtout, elle n’hésite pas à en faire son glaive de vengeance. D’ailleurs Sarina va payer pour ce qu’elle s’apprêtait à faire...

JPEG - 36.8 ko

Ce n’est plus un secret, depuis le premier tome, je suis accroc à Magical Girl of the End. Alors en voyant arriver la nouvelle série de Kentaro Sato avec comme premier accroche tout simplement le titre, “Magical Girl Site”, je ne pouvais que me jeter dessus. Et le mangaka ne nous prend pas en traître, nous avertissant dès la couverture qu’il s’agit de l’histoire de jeunes filles malheureuses... Kentaro Sato se mettrait au shojo ? Evidemment non, mais après une série défouloir comme Magical Girl of the End, le mangaka a choisi de prendre le temps de développer ses personnages en même temps que son histoire. Le fonds est tristement classique dans le manga actuel : la maltraitance des jeunes adolescentes. Toutefois Aya n’est pas seulement martyrisée à l’école, elle sert également de punching-ball pour son frère. C’est une jeune fille brisée que nous présente le mangaka. Le père que je suis est toujours ulcéré de voir à quel point les adultes sont présentés comme totalement amorphes devant cette violence, et ceux de “Magical Girl Site” ne dérogent pas à la règle. Kentaro Sato, comme à son habitude, ne cachera rien, montrant même le corps couvert de bleus de son héroïne. Toutefois, le mangaka s’arrêtera à la tentative de viol pour passer au coeur de sa série : le Magical girl Site.

Cette fois, ce ne sont pas des poupées maléfiques qui utiliseront les pouvoirs des baguettes magiques. La série se rapproche alors fortement de Puella Magi, Madoka Magica, mais contrairement aux magiciennes de Hanokage et Magica Quartet, les héroïnes de Kentaro Sato ne combattent pas des sorcières mais utilisent leurs pouvoirs pour se venger. Très intelligemment, le mangaka utilise la tendance naturelle du lecteur à savourer les tortures faites aux anciens tortionnaires, il sera sans pitié avec celles qui ont maltraité Aya. Mais si la jeune fille regrette d’avoir fait usage de son pouvoir, Tsuyuno n’éprouve aucun remord. Elle racontera à Aya la tragédie qui lui a fait découvrir le site, mais en fin de tome, Kentaro Sato nous montrera un aspect encore plus malsain de sa jeune héroïne.

Mais un mangaka de ce talent n’allait pas s’arrêter à une simple histoire de vengeance, il va attiser la curiosité des lecteurs de Magical Girl of the End en annonçant une nouvelle fin du monde. Est-ce une boucle sur sa série phare ? Seul l’avenir nous le dira, mais posséder une baguette magique va se révéler bien plus dangereux qu’il n’y parait. Tout d’abord, son utilisation demande une rétribution : un bout de sa vie. Telle une peau de chagrin, les baguettes de Magical Girl raccourcissent la vie de leur détentrice. Se venger est finalement mortel. Kentaro Sato se veut finalement plutôt moral : oui, il offre la possibilité à ses jeunes filles malheureuses le moyen de sortir de leur malheur, mais au risque d’en mourir.

Kentaro Sato nous surprend une nouvelle fois par une série avec une psychologie des personnages plus poussée, un lien plus important avec la société actuelle nippone, mais avec toujours une folie dans les combats et les pouvoirs de ses personnages.

Et si Kentaro Sato devenait le mangaka de 2015 ?


Magical Girl Site (T1)
- Auteur  : Kentaro Sato
- Traduction : Yuko K.
- Éditeur : Akata
- Format : 112 x 176 mm
- Pagination : 208 pages
- Dépôt légal : 25 juin 2015
- Numéro ISBN : 978-2369740663
- Prix public : 6,95 €


A lire sur la Yozone :
Kentaro Sato, la nouvelle perle du survival horror
Magical Girl of the End (T1 et 2)
Magical Girl of the End (T3 et 4)
Magical Girl of the End (T5 et 6)


© 2013 by Kentaro Sato (AKITASHOTEN, Japan)
© Editions Akata - Tous droits réservés


Frédéric Leray
16 août 2015






JPEG - 31.7 ko



JPEG - 23.5 ko



JPEG - 18.6 ko



JPEG - 30.5 ko



WebAnalytics