YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

59 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Kiosque

AOC n°37
Une publication du club Présences d’Esprits
Fanzine, n°37, SF – fantasy - fantastique, nouvelles - BD, été 2015, 80 pages, 3,50€

Une certaine nostalgie se dégage des nouvelles : les livres papier proscrits, une action passée qui ne peut être effacée, les souvenirs d’une vie perdue à jamais, la fuite face au danger et la fin de la mortalité inscrite dans nos gênes.
Chaque texte possède sa petite musique triste, apportant son lot de regrets, mais qu’en reste-t-il au final ?


“La bibliothèque de Mr Holbrook” part d’une bonne idée. Dans un monde parallèle, les livres papier n’existent pas et sont même interdits pour la bonne raison que leur origine végétale n’est pas compatible avec cette terre. Quand une petite fille les découvre chez un ancien voyageur dimensionnel, la suite devient prévisible. Quand il l’avertit du danger, elle se transforme en certitude.
Sébastien Castelbou semble avoir écrit une histoire pour les enfants. Bon départ, mais le déroulement manque de surprises et s’avère transparent. Décevant après les promesses initiales.

Anne Goulard met bien plus de piquant dans “Doppelganger”. Quand Tobias, commis dans une étude notariale, est appelé chez un riche industriel, il se souvient de faux exécutés autrefois, mettant Liona Tyburn à la merci du bonhomme. Il renoue avec un passé qu’il aurait préféré oublier à jamais.
La situation s’avère plus compliquée que de prime abord, Tobias se retrouve en proie avec ses démons, la présence d’un artefact et le cadre victorien nous plongent dans une ambiance steampunk... La nouvelle est assez fouillée et surprenante par ses développements.

“Le chant des esclaves” de Florent Naud nous présente la triste condition d’esclave. Sadhu survit difficilement, assiste impuissant à la perte de raison de certains et décide de franchir le pas : s’évader. Contrairement aux autres, il se souvient d’où il vient et rêve de retrouver son île natale.
C’est plutôt prenant et subtil, car l’auteur nous présente en conclusion un retournement de situation du meilleur effet.

Lire “Le trembleur” d’Olivier Boile revient à se replonger dans le film « 300 » et la lutte des Spartiates pour retenir les légions perses au défilé des Thermopyles. Aristodémos a abandonné ses camarades, préférant fuir. Depuis il vit dans la honte, rejeté par les siens lui reprochant sa lâcheté, d’où son surnom. Un mystérieux guerrier lui offre une chance de se racheter, de combattre à nouveau l’ennemi. Après « 300 », « Troie » s’invite dans notre esprit.
Ces deux films, auxquels peut se rajouter « 300 : la naissance d’un empire », semblent avoir inspiré Olivier Boile. J’aurais aimé que l’auteur dépasse ces références et sorte du cadre attendu, mais tel n’est pas le cas.

“Écourte-la, Sam” est pour moi la meilleure nouvelle au sommaire. Dans une société où la mort naturelle est abolie, l’offrir à un proche revient à faire un cadeau inestimable pour fuir des jours sans relief. Pour ses 342 ans, ses parents ont trouvé le cadeau idéal pour leur petite fille.
Christophe Garreau nous prend vraiment au dépourvu, la mort devient ici une bénédiction, car elle n’est pas naturelle. C’est assez court mais percutant, il y maîtrise très bien son sujet.

Ce numéro s’achève par une bande dessinée qui m’a laissé songeur quant à son intérêt. En 8 planches, Fugushima présente la performance d’un artiste sur scène. “La main d’écorché” se finit d’une drôle de façon : tentative d’humour ? Soupçon d’horreur ? Autodérision ? ... De plus, elle n’est pas exempte de maladresses comme dans la case où il retire le tissu couvrant sa main droite coupée à l’aide de ce qui ressemble fort à une main droite.

Après lecture de ce numéro 37 d’« Aventures Oniriques et Compagnie », un texte se dégage du lot, celui à l’imagination la plus folle : “Écourte-la, Sam”. Les autres manquent tout de même de la petite touche les empêchant de quitter rapidement notre mémoire.


Titre : AOC
Numéro : 37
Rédacteur en chef : Olivier Bourdy
Couverture : Mira
Type : fanzine
Genre : Science-fiction, fantasy, fantastique
Site Internet : le club Présences d’Esprits ; le numéro 37
Période : été 2015
Périodicité : trimestriel
ISSN : 1772-3442
Dimensions (en cm) : 12,9 x 19,7
Pages : 80
Prix : 3,50 €



Pour écrire à l’auteur de cet article :
[email protected]



François Schnebelen
14 août 2015







JPEG - 30.9 ko