YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Juge (Le), la République Assassinée (T1)
Olivier Berlion
Dargaud

« Mon père, un juge indépendant et courageux qui affronte un système corrompu sans jamais céder aux menaces au point d’y laisser sa vie ». Francis Renaud, fils du juge assassiné, veut rétablir la vérité sur son père. Ces deux pages de préface, écrites avec les tripes nous met d’emblée dans l’ambiance de l’époque où violence, pouvoir et argent régissent la ville de Lyon, appelée Chicago-sur-Rhône. Le tome 1 de cette trilogie retrace les premières années du parcours de ce juge oublié, François Renaud, assassiné devant son domicile en juillet 1975.



Juge d’instruction mal connu, voire même pas connu ou tout simplement oublié, le juge Renaud, dit le « shérif » de la pègre lyonnaise est un personnage atypique que je découvre avec un réel plaisir, ne l’ayant pas connu. Son look démodé avec ses vestes à carreaux, son franc-parler, rien ne lui résiste. Côtoyant le grand banditisme, cet homme décalé aime provoquer à tous niveaux. François Renaud nous emmène dans les établissements de nuit de l’époque qui voient défiler les hommes politiques, les bandits, les gangsters, les hommes de loi, les journalistes. Tout le monde se connaît, tout le monde se fréquente, tout le monde se déteste mais les relations sont étroites.

PNG - 331.7 ko

L’histoire est dense, il faut s’accrocher pour ne pas perdre le fil. Ce n’est pas une BD à lire pour se détendre le soir en sirotant un verre avant de se coucher. Les données sont très précises, on entre dans les moindres détails de sa vie, un vrai travail d’orfèvre pour Olivier Berlion auteur et dessinateur. Le graphisme des dessins est très réaliste et maîtrisé, l’immersion est totale dans cette ambiance « seventies » avec les couleurs vintage.

PNG - 121.4 ko

Olivier Berlion consacre à ce juge au cigare un triptyque afin de réhabiliter ses sept dernières années. Je trouve le pari bien ambitieux mais si les deux autres tomes sont à la hauteur du premier, je ne peux qu’applaudir. Au travers de cette BD, il fait revivre ce playboy, cette grande gueule, ce serviteur de notre pays qui a tout donné.
Il est à noter que Olivier Berlion est né en 1969 et cette histoire débute en 1968. Je me suis demandé pourquoi il s’est intéressé à cette histoire alors qu’il n’a pas pu connaître le juge Renaud. En fait, c’est son père qui a bien connu de nombreux protagonistes, il en a donc fait une affaire un peu personnelle.

En terminant le tome 1, je me suis sentie un peu frustrée de ne pas avoir le tome 2 entre les mains. Je suis impatiente de connaître la suite, il s’agit pour moi d’une pure merveille qui mérite le succès.
Olivier Berlion n’en est pas à son premier chef-d’œuvre, il est connu et reconnu pour sa carrière d’auteur complet notamment dans Tony Corso.

Je n’ai qu’un souhait : que le tome 2 sorte au plus vite, j’ai hâte de suivre les aventures de cette belle gueule.


Le Juge, la République Assassinée (T1)
- Scénario : Olivier Berlion
- Dessins et couleurs : Olivier Berlion
- Éditeur : Dargaud
- Format : 24 x 32 cm
- Pagination : 64 pages couleur
- Dépôt légal : 22 mai 2015
- Numéro ISBN : 978-2205073652
- Prix public : 13,99 €


Illustrations © Olivier Berlion & Dargaud (2015)


Anne Schnebelen
14 août 2015






PNG - 110.2 ko



PNG - 131.5 ko



PNG - 119.5 ko



PNG - 139.2 ko



WebAnalytics