YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

48 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Toys of War (T1)
Hiroyuki Ooshima, Gosuto Hage
Dark Kana

Dans un futur plus ou moins proche, les jouets ont été dotés d’une intelligence supérieure qui leur a permis de prendre le pouvoir sur les humains. Dorénavant, les enfants sont devenus des outils pour que les nouveaux robots jouets acquièrent le savoir nécessaire pour pouvoir affronter les jouets des marques concurrentes. Le choix de l’enfant est donc des plus importants pour le nouveau-bot. Arrivés à l’adolescence, les enfants ont droit à une retraite bien méritée à Hommeland. Car éduquer un nouveau-bot est loin d’être une activité de tout repos. Et aujourd’hui, la dernier fournée de jouets Paymol® va choisir le lot d’enfants qui leur permettront d’évoluer. Mais Djiral ne compte pas se laisser prendre par n’importe bot, il devra être assez malin malin et habile pour l’attraper, le mériter en gros...


Et cette sélection risque d’être la dernière de Ubityy car elle vient d’avoir ses premières règles. La sélection est toujours un moment à risque car les nouveaux-bots sont plutôt violents. Toutefois, celui qui parvient à attraper Djiral semble différent. Il se nomme Wul et obtient aussitôt son premier cran d’apprentissage, ce qui est assez rare. Mais les choses sérieuses ne font que commencer. Des kits de personnalisation sont à gagner mais pour cela, il va falloir aux bots et à leur enfant grimper le long d’un mur d’escalade, dans le noir. Si les enfants ne savent trop comment procéder, Djiral est plein d’idées et avec un Wul rempli d’enthousiasme, cette épreuve ne devrait pas poser trop de problème, même si évidemment, les prises du murs sont piégées. Djiral réussit toutefois à partager un lien sensoriel avec Wul, ce qui permet à leur duo de réussir l’épreuve sans grande difficulté. Toutefois, l’épreuve suivante est loin d’être anodine car la boite devant contenir les précieux kits est en fait un nouveau piège et le premier à l’ouvrir est alors contaminé par une mystérieuse substance noire rendant l’enfant fou rempli de haine envers son bot.

JPEG - 46.6 ko

“Toys of War” est le genre d’ovni qui vous arrive entre les mains et vous laisse pantois. Le scénario de base de ce manga est un mixte étrange, mélangeant un peu de “Small Soldiers”, de “L’Age de Cristal” et une pincée de Terminator. Gosuto Hage nous entraîne dans un futur où les rôles entre enfants et jouets sont inversés. Les jouets sont dorénavant des robots doués d’intelligence, qui se font une guerre entre marque et ont besoin des enfants pour éduquer les nouvelles générations de jouets. En fait, les humains apprennent aux robots à ressentir des émotions mais surtout à s’adapter à un univers hostile, car les tests que doivent passer les duos enfants-robots sont dangereux pour ne pas dire extrêmement violents. Toutefois, pour leurs bons et loyaux services, les enfants quittent la spirale infernale de l’entrainement de bots arrivés à l’adolescence pour partir pour Hommeland. Cette logique est très proche du Carroussel de “L’Age de Cristal”, mais cache évidemment une autre logique que leur pure éradication, comme pour le film de Michael Anderson, datant déjà de 1976 et qui semble inspirer encore et toujours les nouvelles générations de scénaristes.

Les premières pages vont en fait nous donner un premier élément de réponse sur la réalité d’Hommeland, l’explication complète étant donnée en fin de tome. Comme le précise le héros, Hommeland est en fait synonyme de mort. L’ambiance est clairement donnée dans ces quelques premières planches, avec des jouets ressemblant étrangement à des Playmobil® démoniaques (il faut vraiment être aveugle pour ne pas faire de lien avec la marque Paymol®, inventée par Gosuto Hage). Les dessins ont un côté enfantin, simple, peu détaillé, qui tranche avec la violence de l’histoire. Toutefois, le style graphique évolue avec le récit, devenant plus mature, et avec certaines pages destinées à la colorisation qui sont bien plus précises et détaillées que la majorité des planches. Il faut dire que le dessinateur, Hiroyuki Ooshima, est atypique car ce dernier a fait ses armes dans la BD européenne, en travaillant avec Jean David Morvan sur le tome 5 des “Chroniques de Sillage” et les deux premiers tomes de “Crime School”. Le dessinateur joue justement sur cette alternance pour passer de moments humoristiques, plutôt légers, à des scènes très violentes et sombres. Jusqu’à nous proposer une version disons modifiée de Djiral qui permettra de comprendre un tant soit peu la quatrième de couverture de ce tome.

“Toys of War” est loin d’être un manga ordinaire et laisse le lecteur sur un excellent cliffhanger qui donne envie d’en savoir plus sur ce monde où les Playmobil® massacrent leurs propriétaires...


Toys of War (T1)
- Scénario : Gosuto Hage
- Dessin : Hiroyuki Ooshima
- Traducteur  : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Kana
- Collection : Dark
- Format : 120 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 19 juin 2015
- Numéro ISBN : 9782505062585
- Prix : 7,45 €


© Edition Kana - Tous droits réservés



Frédéric Leray
14 juillet 2015







JPEG - 28.6 ko



JPEG - 34.2 ko



JPEG - 32.6 ko



JPEG - 28.5 ko