YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

49 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Kiosque

Galaxies n°35 (Nouvelle Série)
Directeur de publication : Pierre Gévart
Revue, n°35, SF - nouvelles - articles – critiques, mai 2015, 192 pages, 11€

À lui seul, Jean-Pierre Andrevon, le rédacteur en chef délégué de ce troisième « Galaxies » / « Mercury », a écrit plus de la moitié des pages. Dès l’éditorial, il désamorce le débat en le faisant justement remarquer et que les mauvaises langues ne l’atteindraient pas.
Ses interventions peuvent être classées en trois catégories :
- l’hommage à Wolinski
- le dossier sur les dinosaures
- les critiques des sorties au cinéma


Tout d’abord, le numéro rend hommage à Georges Wolinski. Jean-Pierre Andrevon le connaissait personnellement et partage ses souvenirs avec les lecteurs, avant de placer sa nouvelle “C’est tous les jours pareil”. Au début, elle fait sourire ; une fois que le lien avec la réalité est fait, cela apparaît plutôt de mauvais goût. Un ancien entretien de 1971 avec Wolinski est aussi repris. On peut toutefois regretter que les autres victimes de l’attentat soient oubliées.

La très belle couverture de Caza annonce la couleur, on va manger du dinosaure. Même pas ! Aucune des nouvelles au sommaire en abrite un. Le dossier SF et dinosaures annoncé se résume à un important article d’une soixantaine de pages. “Ces dinos que nous aimons tant” est richement illustré par des dessins de Caza. Celui page 130 surprendra plus d’un lecteur ! Je n’ai pas compris l’allusion... En entame, Jean-Pierre Andrevon explique très bien pourquoi les dinosaures fascinent. Il poursuit en les présentant à travers leurs différentes apparitions dans la littérature, la bande dessinée ou les livres illustrées, les films... Plusieurs artifices sont utilisés pour les faire revivre : incursion dans le passé, ils ont survécu dans un coin isolé, ils sont ressuscités... Chacun trouvera de nombreux exemples à ce sujet. Le travail de compilation s’avère impressionnant, critique aussi avec les nombreuses incohérences observées et, bien sûr, il est quasi impossible de tout citer ou de ne pas oublier certaines entrées. Par exemple, il ne m’a pas semblé voir la série « Primeval : les portes du temps ». En tout cas, bel exercice !

Comme il s’agit d’un « Galaxies » / « Mercury », ce ne sont pas les sorties de livres qui sont chroniquées mais celles des films ayant trait à l’imaginaire des six derniers mois. De quoi clairement donner des envies de visionnage.
Après cette liste, on ne peut que remarquer le travail de titan réalisé par Jean-Pierre Andrevon. Cent pages au total !

Cette version « Mercury » de « Galaxies » montre à chaque fois son attachement avec le passé, gardant une fenêtre ouverte sur des œuvres ou des auteurs oubliés. En témoignent le très bon article sur Marijac, le scénariste de BD, complétant le dossier sur les dinosaures (avec plusieurs apartés instructifs), le focus sur « Trenorgat », un roman de Jean de Meuse datant de 1964, celui sur le film « Genuine » et la toute nouvelle rubrique “Le service des affaires classées” qui met à l’honneur un texte paru dans un ancien « Fiction ». Pour cette inauguration, “Poussière d’un monde” de Guy Vaes a été tiré de « Fiction 33 » (1956).
Une petite équipe débarque sur une planète couverte d’une couche nuageuse. Une fois à la surface, ils vont de surprise en surprise. Les observations s’apparentent à des mirages... “Poussière d’un monde” dégage un charme certain et, même s’il accuse un peu son âge, son intérêt est intact. Bon début pour cette section dont on attendra avec curiosité les prochaines livraisons.

Après “Aux premiers âges” dans « Gandahar 2 », revue dirigée par Jean-Pierre Fontana, également rédacteur en chef délégué pour les numéros de « Galaxies »/« Mercury », on ne s’étonnera pas de retrouver Robert F. Young au présent sommaire, car il rentre tout à fait dans cette volonté de conserver un œil sur le passé et de rendre justice à cet auteur aujourd’hui méconnu.
Les hôtesses humaines ont été remplacées par des androïdes plus vraies que nature. Quand le vaisseau à bord duquel Arnold voyageait s’écrase sur une planète déserte, il trouve le bonheur en compagnie d’une de ses hôtesses qui ne vieillissent pas. On aurait pu imaginer des développements scabreux mais l’ensemble est bon enfant, accessible à tout public. “Mademoiselle Kathy Trois” ne manque pas d’humour et on passe un bon moment de lecture.

Quand on a plus rien, il reste toujours des parties de notre corps à vendre. Un œil par-ci, un rein par-là... De quoi subsister jusqu’à la fois prochaine. Des textes ont déjà surfé sur ce concept, on s’en souvient d’autant mieux qu’il fait froid dans le dos.
Dans “Toute chose a un prix”, Christian Léourier offre une porte de sortie, un espoir d’échapper à cette spirale infernale. La fin s’avère très surprenante et prouve que l’on est jamais au bout de nos surprises. Retrouver Christian Léourier s’avère un bonheur dont on ne se lasse pas.

Bruno Pochesci qui a fait ses débuts dans la présente revue signe la dernière nouvelle au sommaire : “Une vie ne suffit pas”. L’auteur œuvre dans un registre qui ne lui est pas coutumier, il n’y a ici pas de déferlantes d’idées chocs qui nous laissent pantois devant tant d’imagination. Il axe l’histoire sur la découverte par une petite fille d’un étrange don, son frère en est aussi affligé. Comment vivre avec ? Que faut-il en faire ?... Le déroulement est fascinant, car cette capacité révèle d’autres mystères et, comme l’indique le titre, une vie ne suffit pas à les percer. Alors que reste-t-il ?
Très bonne idée de départ et le traitement permet de la porter jusqu’à son terme avec brio. Bruno Pochesci démontre qu’il sait varier les effets, tout en conservant ses qualités de narrateur.

Même si les dinosaures restent cantonnés au long article du dossier, ce « Galaxies » / « Mercury » nous présente de belles choses. L’équipe alterne brillamment entre le passé et le présent, ce qui permet de varier les plaisirs.


Titre : Galaxies Nouvelle Série
Numéro : 35 (77 dans l’ancienne numérotation)
Directeur de publication : Pierre Gévart
Rédacteur en chef délégué : Jean-Pierre Andrevon
Couverture : Caza
Type : revue
Genres : SF, études, critiques, entretiens...
Site Internet : Galaxies
Dépôt légal : mai 2015
ISSN : 1270-2382
Dimensions (en cm) : 13,8 x 20,9
Pages : 192
Prix : 11€



Pour écrire à l’auteur de cet article :
[email protected]



François Schnebelen
11 juillet 2015







JPEG - 34.9 ko