YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

58 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

Widdershins, tome 3 : Le Pacte Brisé
Ari Marmell
Lumen, roman (USA), fantasy, 408 pages, juillet 2015, 15€

Widdershins a fui Davillon après l’affaire Iruoch. Ses pas l’ont conduit à Lourveaux, le siège de l’église du Pacte. En allant se recueillir sur la tombe de l’archevêque William de Laurent, un des rares hommes à l’avoir acceptée telle qu’elle est, elle retrouve Maurice, son secrétaire, qui l’informe que quelque chose de louche se trame autour de la nomination du nouveau pontife suprême, qui souhaite la rencontrer. Mais la jeune voleuse refuse d’avoir encore affaire aux prélats. En grattant un peu, Widdershins met au jour une autre histoire bizarre. La voilà qui fuit, encore, vers Aubier, une province agricole où la famille Delacroix, des cousins de son défunt tuteur, semblent la proie d’un complot teinté de sorcellerie.
Elle n’a pas idée du guêpier dans lequel elle va se fourrer...


Si Aubier, au coeur de l’hiver, semble une bourgade endormie, Widdershins y découvre que les conflits entre maisons y sont aussi féroces qu’à Davillon. Elle échoue à prouver la culpabilité des Carnot de Lourveaux dans les étranges destructions des champs des Delacroix. Elle échoue même à retrouver la déplaisante famille, qui semble s’être volatilisée entre la cité pontificale et Aubier. Quant aux Delacroix, qu’elle n’aborde pas frontalement, elle se met très vite à douter de la parenté entre Alexandre et ses tordus, de la matriarche froide comme la glace aux multiples enfants guère recommandables, à l’exception du plus jeune, Cyrille, qui est rapidement tombé sous son charme (sans qu’elle le remarque) et le seul à l’écouter. Son enquête va l’orienter vers les Mille Corbeaux, un groupe de brigands qu’on ne qualifierait pas de guilde de voleurs, mais qui s’avère néanmoins redoutable.

Mais Widdershins n’est pas au mieux de sa forme. Fragilisée psychologiquement par les morts autour d’elle, elle semble déterminée à vivre en solitaire. Sa fusion avec Olgun décuple ses humeurs, accroît la force de ses colères, et comme elle s’emporte de plus en plus facilement, les conséquences frôlent parfois le tragique. Elle arrive également dans une ville dont elle ne connaît rien, et son impatience, mêlée au sentiment de grande puissance que lui confèrent les coups de pouce divins d’Olgun, ne l’encourage pas à faire preuve de finesse. Ainsi aborde-t-elle frontalement tous les patrons d’auberge pour demander à rencontrer les malfrats, quitte à s’attirer des regards noirs ou à se faire jeter dehors. Son isolement social, ses monologues intérieurs (ou ses dialogues avec Olgun) la déconnectent fréquemment de la réalité et obscurcissent parfois son jugement. Et elle finit toujours par s’en mordre les doigts.

L’intrigue est encore une fois complexe, d’autant qu’ainsi que dit plus haut, Widdershins, sûre de son hypothèse, ne trouve aucune preuve. Lorsque tout va s’éclairer, obligeant les masques à tomber, la paix à Aubier sera fortement secouée. D’autant que les acteurs sont nombreux et chacun cache son jeu à ses alliés. La voleuse va se révéler un sacré pavé dans la mare, et on compte bien lui faire payer les remous qu’elle provoque.

Pendant ce temps, à Davillon, quelqu’un était parti et rentre au bercail, déterminé à se venger en prenant la tête des Dénicheurs, quitte à affronter frontalement le Seigneur Voilé. Je vous laisse deviner de quels pouvoirs on doit disposer pour affronter le représentant d’un dieu du pacte...
Cela laisse augurer les pires dangers pour Widdershins dans le dernier volume de ses aventures que, j’espère, Lumen nous traduira vite.
Oui, je suis impatient. Déjà.
Car la prose d’Ari Marmell, sous des dehors young adult fantasy, est de plus en plus profonde, et ses intrigues de plus en plus sombres. Les morts pleuvent, les choix ont des conséquences fatales, la psychologie de son héroïne est très fouillée, oscillant entre sa décontraction apparente, son omniprésente ironie et ses réparties absurdes, et les grandes plaies intérieures qui la font devenir, page après page, bien plus adulte...


Titre : Le Pacte brisé (Lost Covenant, a Widdershins Adventure, 2013)
Série : Widdershins, tome 3/4
Auteur : Ari Marmell
Traduction de l’anglais (USA) : Émilie Gourdet
Couverture : Paolo Barbieri
Éditeur : Lumen
Site Internet : (pas encore de site éditeur à cette heure)
Pages : 408
Format (en cm) : 22,5 x 14 x 3,8
Dépôt légal : juillet 2015
ISBN : 9782371020498
Prix : 15 €


Widdershins :
- I Le pacte de la voleuse
- II Le pacte du mensonge
- III Le pacte brisé
- IV (2016)



Nicolas Soffray
5 juillet 2015







JPEG - 30.6 ko



JPEG - 19.9 ko
La couverture de l’édition américaine