YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Twin Star Exorcists (T1 et 2)
Yoshiaki Sukeno
Kaze Manga

Rokuro est ce qu’on peut appeler un loser. Quoi qu’il essaie, c’est un échec. Il drague une fille, il se prend un râteau, il tente de devenir acteur, il se fait jeter. En fait, Rokuro n’est vraiment bon que dans une seule vocation : onmyoji. Il habite d’ailleurs à la pension Seika, comprenant un groupe de ces exorcistes dont le rôle est de purifier les Impurs venus du monde des ténèbres : Magano. Seulement, Rokuro est le seul survivant de la pension Hinatsuki, qui fut ravagée deux ans plus tôt par un groupe d’Impurs. Depuis, Rokuro refuse d’user de ses pouvoirs de onmyoji pourtant prometteurs. Mais un jour, il croise une étrange jeune fille cherchant son chemin. Si Rokuro est de bonne volonté, il est aussi incapable de lire un plan et il se perd avec elle. En chemin, la jeune fille repère un kidnapping d’enfant par un impur et entraîne tout le monde dans le Magano. Devant le danger, Rokuro se retrouve obligé bien malgré lui de faire usage de son pouvoir contenu dans son bras droit...



Le suprême onmyoji, Arima Tsuchimikado, est parvenu à prouver à tous que Rokuro et Benio sont les Etoiles Jumelles qui donneront naissance à celui qui sera capable de détruire le Magano : le Miko. Si Benio déteste Rokuro pour son refus d’être onmyoji et parce qu’il l’a vu nue... ou presque mais ce n’était qu’une erreur, hein ? N’est-ce pas ! Donc si elle a toutes les raisons de le détester, elle ne peut que reconnaître son talent pour purifier les Impurs. Mais Benio est en réalité en croisade, elle parcourt le Magano à la recherche de celui qui a tué ses parents. Ces derniers étaient des onmyoji réputés et pourtant, un Impur les a non seulement assassinés mais a aussi absorbé leurs pouvoirs. Et parfois, le hasard fait bien les choses seulement, l’impur en question est bien plus puissant que prévu et Benio se laisse surpasser en peu de temps. Cet Impur, ayant l’apparence d’un adolescent, éprouve le plus grand mépris pour les mortels et vaincre Benio n’est pour lui qu’un simple jeu. Toutefois, quand Rokuro intervient, il semblerait que ce soit une toute autre affaire. Et pourtant, même lui ne peut rivaliser longtemps avec ce qui est en réalité un Basara. Nos deux héros devrait savoir que l’union fait la force...

JPEG - 49.1 ko

Yoshiaki Sukeno est un jeune mangaka qui s’est fait connaitre avec la série “Bimbogami ga !”, un manga humoristique inédit en France. “Twin Star Exorcists” est sa deuxième série et il change ici radicalement de style. D’un shonen comique, il nous entraîne dans de la pure baston et du fantastique horreur. Nous entrons avec lui dans le monde des onmyoji, ces exorcistes nippons utilisateurs d’amulettes, de sceaux et autres sorts pour vaincre les Impurs. Mais parfois, il faut faire parler la force et les ennemis que vont rencontrer nos deux héros nécessiteront l’utilisation de méthodes musclées. Si nous sommes dans un manga de baston pour garçon, l’humour restera toujours bien présent, afin d’alléger une atmosphère qui va s’alourdir au fil de ces deux premiers volumes. Rokuro est l’exemple même du loser cachant une force secrète. Il va passer ces deux tomes à réaliser des bourdes et tenter de les réparer. Benio est sa totale opposée : sérieuse posée, elle ne peut que ne pas s’entendre avec Rokuro. Il forme donc le classique duo de partenaires que tout oppose et qui vont finir par se rapprocher. Bon, on leur force immédiatement la main vu qu’ils doivent engendrer le sauveur de l’humanité.

Le tome 1 va mélanger baston et humour, quiproquos et relation houleuse entre nos deux protagonistes. Toutefois nos deux héros ont un passé douloureux qui doit logiquement les rapprocher, sauf qu’il y a un sacré problème. Je ne vous en dirai pas plus car cela fait l’objet de plutôt intéressant cliffhanger du tome 2. Mais surtout ce volume introduit le vrai méchant de l’histoire, un Impur surpuissant qui a tué les parents de Benio. Une grande partie du tome sera dédiée à l’affrontement contre ce Basara. Bien évidemment, les protagonistes vont tergiverser une éternité pour faire durer un peu le suspens et le combat car ce dernier aurait très bien pu ne faire que quelques planches et envoyer nos deux héros ad patres. Mais Yoshiaki Sukeno est grand seigneur et surtout ne peut pas perdre ses principaux personnages dès le deuxième tome. Alors nous voila avec un supervilain à égaler pour les Etoiles Jumelles. Le fil rouge de l’histoire est tout trouver. Bon, il y aura toujours les moments humoristiques quand le duo se retrouve face à leurs amis dans la vraie vie. Toutefois, la révélation de fin de tome va tout changer et semer aussi le doute dans l’esprit du lecteur qui ne saura plus trop quoi penser de Rokuro.

Graphiquement, il faut bien avouer que l’on se régale. Certe le dessin des perosnnages humains est très classique mais les Impurs sont réussis et les tenues de combats de nos héros ont un design plutôt efficace. Il faut vraiment se montrer particulièrement difficile pour avoir de gros reproches à faire sur le dessin de Yoshiaki Sukeno. Les décors sont bien fournis, les personnages reconnaissables au premier coup d’œil, on se rapproche peut-être un peu trop d’un style à la Blue Exorcist de Kazue Kato, mais la comparaison s’arrête là car les scénarios sont différents. Certes les ambiances se recoupent mais “Twin Star Exorcists” est plus sombre que son aîné et l’avenir nous dira si le succès sera comparable.

“Twin Star Exorcists” s’avère bien ficelé et pousse son lecteur à en savoir plus sur la destinée des Etoiles Jumelles.


Twin Star Exorcists (T1 et 2)
- Auteur : Yoshiaki Sukeno
- Traducteur  : Yann Kaffi
- Éditeur français : Kaze Manga
- Collection : Shonen
- Format : 127 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 208 pages
- Date de parution : 6 mai 2015
- Numéro ISBN  : 9782820320483 ; 9782820320490
- Prix : 6,99€


SOUSEI NO ONMYOUJI © 2013 by Yoshiaki Sukeno/SHUEISHA Inc.
© Edition Kaze Manga- Tous droits réservés


Frédéric Leray
2 juillet 2015






JPEG - 31.3 ko



JPEG - 30 ko



JPEG - 37.2 ko



JPEG - 34 ko



JPEG - 36 ko



WebAnalytics