YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Shochu on the rocks (T1)
Carole Bartier, Saïd Sassine
Ankama-Kuri

Silène Darwin était destiné à une grande carrière de chirurgien, alors pourquoi se retrouve-t-il dans la demeure de cet étrange personnage qu’est Vega Shipman, qui se déclare être ni plus ni moins que son sauveur ? Pour tout comprendre, il faut revenir la veille, alors que Silène passait son ultime examen à l’université de Djezel pour devenir chirurgien. Ce dernier test s’effectue en groupes de trois, Silène étant accompagné de son ami James, qui prend un certain plaisir à le provoquer, et surtout Rita, dont il est bel et bien amoureux. Mais Silène est sous une forte pression car son père n’est autre qu’un éminent chirurgien également membre du jury du concours. L’épreuve consiste à déterminer le mal dont souffre un shochu et le soigner à l’aide de des bandelettes de médecin. Seulement, Silène a commis l’impardonnable : il a volé le dossier de l’épreuve finale et comme un imbécile, il s’est laissé filmer en train de commettre son délit. Apprenant la tricherie de son fils, son père annule l’épreuve et fait renvoyer Silène de l’université.



Silène est désespéré, ses ambitions viennent de s’écrouler avec les photos l’incriminant. Et l’ambiance chez lui devient détestable, entre son père qui le prend pour le pire des délinquants et sa mère qui le défend envers et contre tous. Dans ce genre de situation, il n’y a qu’une solution : aller se souler à grande dose d’alcool de shochu. Le bar où attérit Silène n’est pas le meilleur du coin mais vu son état déjà avancé d’ébriété, il s’en fiche royalement. Le barman est un étrange « adapté » au profil d’Anubis. Et ce dernier lui propose un étrange marché : il lui sert son meilleur alcool de shochu à la condition que Silène aille ensuite au mont Aicard. Mais pourquoi Silène a-t-il accepté sans réfléchir et bu ce verre ? Maintenant, il a ce fou furieux de Vega qui le suit comme un petit chien, devant vérifier que le jeune homme remplisse sa part du marché et parte pour Aicard. Seulement, ce n’est pas vraiment dans les projets de Silène. Mais malheureusement, Vega est un malade qui est prêt à tout pour le convaincre, comme voler les bandelettes de chirurgien de Silène et les lui ramener, le tout le moins discrètement possible pour la police le poursuive. Mais si finalement, Vega avait raison, si plus rien ne le retenait réellement chez lui ?

JPEG - 62 ko

“Shochu” est la première association de Carole Bartier et Said Sassine. Il faut dire que la jeune scénariste ne s’est lancée dans la bande dessinée, et plus particulièrement dans le manga, qu’en 2009, après avoir vu les animés de Death Note et “Monster”. Bon, comme références, on peut dire que la demoiselle choisit le meilleur. En général, les références de Carole Bartier sont très hétéroclites mais reste toujours autour de mondes oniriques où la frontière avec la réalité est des plus ténues, comme dans le film Fight Club ou encore “Ça” de Stephen King. Il n’est donc pas étonnant que, pour sa première série, elle nous entraîne dans un monde imaginaire où les humains partagent leur territoire avec des animaux anthropomorphique, appelés « les adaptés ». Si le contexte culturel est à peine abordé, il est clair que les adaptés sont considérés comme des sous-races, des animaux qui ne méritent que d’être traités comme tels. Les animaux locaux sont appelés « shochu » et chaque espèce secrète une forme d’alcool pouvant être une délicieuse boisson comme un mortel poison.

Nous suivons l’histoire de Silène, un jeune privilégié destiné à la glorieuse carrière de chirurgien mais qui va gacher sa vie en trichant. Silène est plus un anti-héros qui, quelque part, mérite tout ce qui lui arrive puisqu’il est maître de son destin à tout moment de l’histoire. Même s’il ne veut pas tout de suite l’admettre, l’apparition de Vega est en réalité le déclic qui permet au jeune homme de s’échapper et partir à l’aventure, ce qui semble être sa véritable envie. Vega est le partenaire glauque, peu fréquentable classique du shonen ; On sent un peu du shinigami de Death Note, Ryuk, dans Vega, avec le même comportement nonchalant, mais avec plus de perversion chez Vega. La relation entre les deux personnages sera très ambiguë, entre haine et respect, Silène ne sachant trop s’il doit le détester pour lui avoir volé le peu qui lui restait de sa vie ou le respecter pour lui avoir ouvert les yeux sur son véritable destin. Les personnages secondaires sont peu développés, hormis James aux tendance homosexuelles se révélant peu à peu. Le personnage de Rita aurait mérité plus d’approfondissement, surtout que ses parents sont des adaptés. Comment est-ce possible ? On espère que Carole Bartier développera un peu plus les notions sur les adaptés dans le prochain tome.

Saïd Sassine s’est orienté vers le manga vers les années 2000 mais son style graphique est fortement marqué par le style Wakfu. Contrairement au shonen classique, ce dessinateur est plutôt du genre à noircir la feuille, au point parfois de nous submerger de détails qui alourdissent le dessin et rendent les planches un peu difficiles à lire. Toutefois, ses personnages ont chacun leurs caractéristiques propres, évitant toute confusion et sa vision des adaptés est vraiment réussie, sa version anthropomorphique de ces animaux ne choque pas et les rend même sympathiques. Les scènes d’action sont dans le plus pur style manga, avec des traits allongés créant le mouvement et la vitesse, déformant quelque peu les corps.

Ce premier tome de “Shochu” présente un univers qui apparaît assez complexe pour donner l’envie d’en savoir plus et surtout nous abandonne sur un cliffhanger surprenant qui ne laissera pas le lecteur indifférent.


Shochu on the rocks (T1)
- Scénario : Carole Bartier
- Dessins : Saïd Sassine
- Éditeur : Ankama
- Collection : Kuri
- Format : 130x180 mm
- Dépôt légal : 19 juin 2015
- Pagination : 192 pages
- Numéro ISBN : 978-2-35910-764-7
- Prix public : 7,95 €


© Editions Ankama - Tous droits réservés


Frédéric Leray
27 juin 2015






JPEG - 24.5 ko



JPEG - 30.2 ko



JPEG - 33.2 ko



JPEG - 30.6 ko



WebAnalytics