YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Hannibal Meriadec et les larmes d’Odin (T4) Alamendez, chasseur et cannibale
Jean-Luc Istin, Stéphane Créty et Sandrine Cordurié
Soleil Prod.

Le manuscrit de Karlsen n’est pas à mettre entre toutes les mains. Deux groupes se le disputent. D’un côté, l’Ordre des Cendres : trois sœurs sorcières au passé nauséabond et à l’haleine fétide. De l’autre, Hannibal Meriadec, pirate et sorcier, et son équipage du célèbre navire, Le Mac Lir.
Le manuscrit mène à une île du grand Nord, une île mythique où Odin autrefois a pleuré sept larmes devant le corps sans vie de sa fille Walkyrie ! Sept larmes qui se sont changées en sept diamants. Si on peut aisément imaginer la fortune qui résulte de ces gros cailloux, il en est un qui vise un tout autre objectif : Hannibal. Ce dernier ne désire qu’une chose : sauver de la mort son ultime amour, Selina. Pour l’aider dans cette improbable quête, Hannibal fait appel à un nouveau personnage, un brin inquiétant : le capitaine Alamendez, chasseur de renom et cannibale de réputation...



Quatrième opus de cette série qui se veut le préquelle de la série mère “Le Sang du Dragon”. On y retrouve la majorité des acteurs principaux dont le mystique capitaine Hannibal Mériadec, qui pour l’instant à toujours ses deux jambes. Ce dernier, à bord de son Mac Lir, est toujours à la recherche des 7 larmes d’Odin, ces diamants magiques qui seraient capables de redonner une vie normale à sa somptueuse Sélina.

JPEG - 104.3 ko

Sur sa route se dresse l’Ordre des Cendres, composé de sorcières prêtes à tout pour empêcher que le capitaine ne s’empare de ce trésor. Dans ce volume, Hannibal s’adjoint les services d’un nouveau partenaire plus qu’inquiétant et mystérieux. Un chasseur redoutable et sanguinaire nommé Alamendez. Un charismatique acteur de plus dans cette folle aventure.

JPEG - 120 ko

Jean-Luc Istin démontre une fois de plus tout son talent. Cette aventure pourrait somme toute être d’un classicisme sans fin si son travail sur la force de chaque personnage n’était pas si poussé. On dit souvent qu’un bon film ne peut l’être qu’avec de bons acteurs, ou que ce sont les acteurs qui ont porté le film, ici c’est un peu le cas. Istin, de par la qualité de sa conception, a su créer des comédiens dotés d’une force émotionnelle impressionnante. Attachants, détestables, énigmatiques, passionnants… Tout y passe. Bien entendu il n’y a pas que cela, mais une grande partie de la prouesse leur est due.

JPEG - 136.6 ko

Sans omettre, bien entendu, d’associer ce succès à l’excellente mise en images de Stéphane Créty. Un encrage parfait, une mise en page des plus variées, qui donne une dynamique et un effet grand spectacle indéniable. Une puissance dans le trait et une cinématique toujours vive apportent un rendu extrêmement convaincant à l’ensemble de la BD.

JPEG - 132.7 ko

Quand deux maîtres s’assoient autour d’une table, il en ressort une œuvre réussie dans le top cinq du genre.


La série :

JPEG - 109 ko

(T4) Alamendez, chasseur et cannibale
- Série : Hannibal Meriadec et les larmes d’Odin
- Scénario : Jean-Luc Istin
- Dessin : Stéphane Créty
- Couleur : Sandrine Cordurié
- Éditeur : Soleil Prod.
- Collection : Aventures celtiques
- Dépôt légal : 16 avril 2014
- Pagination : 48 pages couleurs
- ISBN : 978-2-302-03767-0
- Prix public : 14,50€


A lire aussi sur La Yozone :
Hannibal Meriadec et les larmes d’Odin T1
Hannibal Meriadec et les larmes d’Odin T2


Illustrations © Stéphane Créty et Soleil Prod. (2014).



Bison 13
10 juillet 2015






JPEG - 94.5 ko



JPEG - 93.8 ko



JPEG - 76.6 ko



JPEG - 113.4 ko



JPEG - 83.8 ko



WebAnalytics