YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ultraman (T1)
Eiichi Shimizu, Tomohiro Shimoguchi
Kurokawa

Il y a plusieurs décennies, une entité extra-terrestres prit possession du corps d’un jeune membre de la Patrouille d’étude des Singularités Scientifiques, Shin Hayata. Shin devint alors Ultraman, le géant de lumière. Mais après qu’Ultraman ait livré son dernier combat sur terre, il partit en effaçant la mémoire de Shin. Aujourd’hui, le jeune homme est devenu ministre de la défense et a eu un fils : Shinjiro. Mais ce dernier a hérité de pouvoirs surhumains. En visitant le musée créé en l’honneur d’Ultraman, Shin retrouve un de ses anciens équipiers du temps de la patrouille, Mitsuhiro Hide. Ce dernier est alors témoin d’un phénomène exceptionnel : alors qu’il vient de chuter d’une dizaine de mètres de hauteur, le jeune Shinjiro se relève un peu traumatisé mais en parfaite santé. Il est temps pour le ministre de faire face à son passé oublié car une nouvelle menace est arrivée sur terre et contrairement à ce que Shin pensait, la patrouille n’a pas été dissoute mais continue à agir pour protéger la terre.



Douze ans ont passé depuis que Shin Hayata a découvert que le danger extra-terrestre est redevenu bien concret. Shinjiro est devenu un jeune homme plein d’énergie... peut-être trop car en fait, le jeune homme est pourvu de pouvoirs qui le dépassent. Il est parvenu à contrôler certaines de ses nouvelles capacités, comme sauter d’immeuble en immeuble, mais il peine encore à contrôler sa force herculéenne, et malheureusement, à l’age où les hormones dominent la raison, il lui arrive de vouloir impressionner une jeune fille en détresse, mais ne parvient finalement qu’à blesser ses adversaires et paraître pour un fou devant ceux qu’il comptait impressionner. Alors que Shinjiro désespère dans son coin de ne pouvoir se maitriser, il est agressé par une entité, recouverte d’une étrange armure faisant penser à Ultraman, mais cette dernière est des plus agressives et lui reproche d’exister ! Alors que la situation semble tourner au désavantage du garçon, la créature est stoppée par l’intervention d’un nouveau pseudo Ultraman... qui est en réalité le vrai puisqu’il s’agit de Shin Hayata, de nouveau revêtu d’une étrange armure...

JPEG - 50.3 ko

“Ultraman” est une série entrée dans la culture télévisuelle nippone. Comme nous le rappelle l’excellent bonus se trouvant en fin de ce premier tome, les origines de la série remontent aux années 60 avec la série “Ultra Q” et c’est un des pères des effets spéciaux japonais qui sera son créateur : Eiji Tsuburaya. C’est en 1966 qu’apparaît le personnage de Shin Hayata et Ultraman dans le premier épisode de la série intitulé “Ultra Operation No.1”... Nous voici donc à bientôt un an des 50 ans de la série, un événement en soi et quoi de plus logique que de lui offrir plus qu’un toilettage, un retour sur le devant de la scène. Certes, le manga que nous tenons dans les mains date déjà de 2012, mais l’occasion de sa parution en France est assez pertinente et permet d’honorer convenablement le retour de ce héros comme il le mérite. Eiichi Shimizu a pris le parti de multiplier les références à la série originale et surtout de reprendre de nombreux personnages, au sens large du terme, en les modernisant et surtout les vieillissant comme il se doit.

Alors nous voici de retour dans l’univers d’“Ultraman” bien des décennies après que Shin Hayata ait revêtu l’armure du guerrier extra-terrestre. Toutefois, l’histoire de ce manga est bien celle de la nouvelle génération, celle de son fils Shinjiro. Ce dernier a hérité des gènes d’Ultraman qui résidaient encore dans le corps de son père. Et si ce dernier a perdu la mémoire après le départ du guerrier galactique, son corps s’est avéré modifié par la présence de l’entité et Shin a gardé une partie des pouvoirs d’Ultraman. Pour Shinjiro, le cas est plus complexe car dès sa petite enfance, il montre des capacités surhumaines bien malgré lui. Très vite, la petite introduction permettant de découvrir ou redécouvrir les personnages de la série originale laisse place à de l’action pure ! Mais cette introduction était évidemment nécessaire, surtout pour les plus jeunes qui n’ont peut-être même jamais entendu parler de la série originale. Les premiers dessins rappelant le design du premier Ultraman nous montre que nous sommes à l’époque des premiers Godzilla et à la veille de l’explosion des super-héros live comme Spectroman et X-Or, voire l’antiquité des Bioman et autres Power Rangers.

Les présentations faites, il est temps de se retrouver dans le présent et mettre le pauvre Shinjiro en face de ses responsabilités en lui faisant affronter celui qui se qualifie lui-même de premier ennemi : Bemular, qui fut bien le premier ennemi du premier Ultraman. Les combats prennent alors le dessus sur le récit et l’importance des dessins se fait plus forte. C’est donc la que Tomohiro Shimoguchi entre réellement en scène. Ce n’est pas sa première collaboration avec Eiichi Shimizu puisque les deux mangakas avaient déjà cosigné ensemble le titre “Kurogane no Linebarrels”, publié aux éditions Glénat. Mettre en image des armures élaborées n’est donc pas une nouveauté pour lui. Avec un graphisme avec des lignes coupantes comme des rasoirs et peu d’arrondies, le style du mangaka est plus proche du seinen et convient parfaitement à des structures métalliques comme l’armure d’Ultraman et même celle de Bemular. Nous sommes loin des tenues moulantes de la série télé et des costumes en plastique des monstres. Le résultat est très dynamique, donnant la vitesse nécessaire à des combats titanesques. On pourrait juste émettre un bémol sur les traits du visage de Shinjiro qui ne sont pas toujours très homogènes d’une planche à l’autre, passant d"un visage d’adolescent devenant un homme à un personnage plus efféminé.

“Ultraman” est de retour et d’une fort belle manière qui devrait ravir les amateurs de combats grand spectacle.


Ultraman (T1)
- Scénario : Eiichi Shimizu
- Dessin : Tomohiro Shimoguchi
- Traducteur  : Fabien Vautrin
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 128 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 224 pages
- Date de Parution  : 11 juin 2015
- Numérotation ISBN : 9782-368-52142-9
- Prix public : 7,65 €


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés


Frédéric Leray
21 juin 2015






JPEG - 24.4 ko



JPEG - 22.9 ko



JPEG - 25.2 ko



JPEG - 30.1 ko



JPEG - 30.4 ko



WebAnalytics