YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Mille Tempêtes
Tony Sandoval
Paquet

Lisa est une jeune fille à l’aube de devenir une adulte, mais avec la mort de sa mère et un père qui semble ne pas s’intéresser à elle, ce moment est plutôt difficile à vivre. Elle vit avec sa marraine et son fils, une cohabitation qui s’avère plus forcée que désirée. Mais Lisa semble dotée de pouvoirs étranges. Un jour, elle découvre un casque de viking enfoncé dans la gadoue. S’en parant, Lisa s’imagine guidant une horde barbare, un peuple de guerriers. Et est-ce une coïncidence si dans la campagne se trouve un arbre dont les branches rappellent la forme du casque ? En franchissant l’espace entre les deux branches, Lisa pénètre dans un autre monde, pas si différent du sien mais où de petits êtres ressemblant à de mini-diablotins la suivent, reconnaissant en elle... leur reine ? Un crane attire son attention, surtout les dents qui iraient parfaitement dans sa collection de choses parfaitement inutiles mais qu’elle trouve si belles. Seulement en volant ces dents, elle n’imagine pas qu’elle vient de provoquer la colère du terrible Odjre



Une sorcière ! Lisa est une sorcière ! Bruno en est certain et puis elle joue encore à la poupée ! Il faut que tout le monde sache ce qu’elle est et pour cela, rien ne vaut une bonne chasse à la sorcière. Mais tous les jeunes de son age ne réagissent pas de la même façon car la jeune fille commence à prendre les formes d’une femme et c’est loin d’être désagréable pour le petit Billy. Une femme, oui, c’est bien ce que devient peu à peu Lisa et les garçons de son age ne la laissent plus indifférente, comme Juan. Seulement, ce passage dans le monde des adultes n’est pas des plus simples et quand Juan lui offre son premier baiser, Lisa panique et s’enfuit. Et si elle n’était pas prête finalement à entrer dans le monde terrible des adultes, avoir un petit ami. Non, elle a encore besoin de temps alors elle revêt son casque et traverse à nouveau la porte vers cet autre monde où le petit peuple la vénère. Mais cette fois, Bruno est témoin de sa disparition de l’autre côté. Oui ! Lisa est une sorcière et tous vont bientôt le savoir. La vie de Lisa va alors prendre une mauvaise tournure... Et pendant ce temps, Ojdre attend son heure et sa vengeance...

JPEG - 56.2 ko

Une oeuvre de Tony Sandoval n’a jamais rien d’ordinaire, cet artiste complet, scénariste, dessinateur et coloriste, nous entraîne toujours dans cet univers passionnant et mystérieux qu’est l’adolescence et l’entrée vers l’age adulte. Encore une fois, il nous conte l’histoire d’une jeune fille qui est loin d’être ordinaire, une jeune fille qui ouvrira la porte vers un monde qui n’est pas celui des humains, un monde créé par l’imaginaire fertile d’une jeune fille découvrant les caprices de son corps changeant et des sentiments naissant. Comme pour Le Serpent d’Eau, le lecteur s’attendait à une forme d’allégorie sur la fin de l’adolescence, mais contrairement à ses deux derniers ouvrages, le fantastique non seulement prend immédiatement possession de l’ouvrage, et surtout semble cette fois faire partie de la réalité. Les deux mondes vont en fait finir par se mêler, par l’intermédiaire d’un vrai « méchant » : Ojdre.

Qui est donc Lisa ? Et si elle était réellement une sorcière ? Etait-elle un ange ou un démon ? Que de questions me direz-vous ! Et il faut bien l’avouer que ce nouvel ouvrage de Tony Sandoval interpelle fortement, intrigue énormément et même déstabilise dans ces premières pages. Il faut attendre d’avoir bien avancé dans la lecture pour commencer à comprendre (ou en avoir l’impression) où l’auteur veut nous entraîner. Ce tome déstabilise car avec Le Serpent d’Eau et Le Cadavre et le Sofa, nous nous étions habitués (ce qui n’est pas bien d’ailleurs) à une déclinaison de la découverte de l’amour, que ce soit le sentiment ou la version charnelle. Ici, l’amour semble au contraire fuir l’héroïne Lisa, comme si elle ne se sentait pas prête pour se donner à ce sentiment qui la ferait basculer dans l’univers des adultes et fuir celui de son enfance presque perdu, incarné par les poupées, sa collection de choses et surtout le casque. Ce casque qui lui a ouvert la porte vers l’autre monde. Le fantastique est alors au premier degré et va prendre possession de la réalité.

Un autre élément déstabilisant est l’alternance de style graphique. Bien évidemment, on retrouve les dessins d’aquarelle, d’une beauté irréelle, avec toujours de splendides pleines pages qui obligent le regard à s’attarder et revenir. Qui laissent place à des crayonnés avec un minimum de couleur plus classiques, puis des pages entièrement colorisées mais sans la moindre monotonie dans le style, comme si chaque planche se voulait avoir sa propre originalité, pour faire de cet ouvrage une histoire unique, apothéose de style de Tony Sandoval. Car là est la question : mais jusqu’où ira-t-il pour nous étonner ? Certes, le design de ses personnages est reconnaissable entre tous, avec ces corps anémiques surplombés d’une grosse tête très expressive, mais chaque nouvel ouvrage est une découverte, une plongée dans une adolescence torturée, mais avec toujours un message positif pour conclure le tome, sans jamais toutefois que cela soit une véritable « happy end ».

Vous l’aurez compris, encore une fois, Tony Sandoval nous sort une petite perle de sa poche et la transforme en magnifique parure. Alors affrontez ces “Milles Tempêtes”, si vous l’osez !


Mille Tempêtes
- Scénario : Tony Sandoval
- Dessin et couleurs : Tony Sandoval
- Éditeur : Paquet
- Dépôt légal : 3 juin 2015
- Format : 22x30 cm
- Pagination : 144 pages couleurs
- Numéro ISBN : 9782888907114
- Prix public : 20 €


A lire sur la Yozone :
Nocturno
Le Serpent d’Eau
Le Cadavre et le Sofa


A voir sur la Yozone :
L’interview « Mille Tempêtes » de Tony Sandoval


© Editions Paquet - Tous droits réservés


Frédéric Leray
10 juin 2015






JPEG - 24.6 ko



JPEG - 23.7 ko



JPEG - 19.3 ko



JPEG - 20.7 ko



JPEG - 28.5 ko



WebAnalytics