YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




The Craddle of the Sea, Le Berceau des Mers (T1)
Mei Nagano
Komikku éditions

Monica travaillait pour un riche homme d’affaires comme nounou. Veuf et père d’un petit enfant, il lui confia l’éducation de son fils Evan, lui offrant par la même une vie aisée auprès de lui. Malheureusement, le maître de Monica disparut lors d’une traversée de l’Atlantique. Et malgré la rumeur disant que, vu le lieu de la disparition, il serait compliqué de retrouver le corps, le maître de Monica fut enterré, son frère, Lord Dalton reprenant les rennes de l’affaire familiale. Et la première action de ce dernier fut de renvoyer Monica. Seulement, la jeune fille ne s’est pas remise de la mort de son maître et surtout de l’impossibilité d’honorer sa promesse : prendre soin d’Evan. Maintenant, Monica n’est plus qu’un objet pour l’homme avec qui elle vit, ou plutôt le maquereau qui l’exploite sans le moindre scrupule, ne voyant en elle qu’un moyen de se faire de l’argent sans se fatiguer. Mais un jour, en passant devant le cimetière où est enterré son maître, Monica choisit d’aller s’y recueillir et devant la tombe, elle surprend une conversation entre Lord Dalton et son épouse.



Monica découvre que ce couple n’était intéressé que par l’argent de son maître et qu’ils détestent Evan, le considérant comme un poids mort que leur a laissé le défunt. Ne supportant l’idée que l’enfant soit malheureux, Monica va commettre l’irréparable. Trompant le cocher, elle kidnappe l’enfant. Dans sa fuite, elle se perd dans les docks et se retrouve au pied d’un gigantesque navire. Une idée folle lui vient alors à l’esprit : partir pour le nouveau monde et la recherche de son maître. Mais quand elle interpelle un jeune homme dans une barque pour qu’il l’emmène sur le navire, ce dernier lui déconseille d’embarquer dans ce qu’il considère comme l’enfer, et pour justifier ses dires, il leur montre ce que sont devenus son bras et sa jambe gauche. Si elle souhaite tant que cela monter sur le navire, elle devra payer son voyage, mais la somme nécessaire est trop élevée pour la jeune fille... A moins qu’elle accepte un dernier travail pour son maquereau et qu’elle garde pour elle le paiement....

JPEG - 58.9 ko

“Le Berceau des Mers” est la première série de Mei Nagano. Le mangaka nous entraine dans une Angleterre de l’ère victorienne que n’aurait pas renié Charles Dickens. Le début de ce tome est dans la lignée de ses œuvres, nous présentant la pauvre Monica dont la vie n’est plus que misère depuis la mort de son maître. Mei Nagano nous présente une jeune femme à la limite de la folie, devant vendre son corps pour vivre et surtout faire vivre l’homme qui l’exploite. Et alors qu’elle a perdu toute raison de vivre, elle va découvrir la vérité sur la mort de son maître et surtout sur la vie menée par le jeune Evan. Son amour pour l’enfant sera plus fort que la raison et pour le préserver d’une vie néfaste, elle va choisir de devenir une paria en kidnappant l’enfant. Son destin semble alors bien sinistre quand elle va décider de partir sur un navire traversant l’Atlantique. Le lecteur voit alors que la tragédie à la Dickens tourne peu à peu aux voyages extraordinaires à la Jules Verne comme “Cinq Semaines en Ballon” ou encore “Deux ans de vacances”. Mais le mangaka prépare avec intelligence ce voyage, pour rendre l’arrivée de Monica et Evan sur le navire le plus crédible possible.

C’est alors qu’intervient un autre personnage qui semble lié d’une mystérieuse façon à Evan : le jeune Louis Mc Farren. Nous ignorons pour le moment les conditions de la perte de son bras et de sa jambe, mais nous ne sommes qu’au premier tome et le mangaka pose de nombreuses interrogations pour accrocher son lecteur et lui donner envie d’approfondir sa lecture avec le prochain tome. Mei Nagano nous décrit précisément la vie sur un navire du XIXe siècle, montrant les dangers inhérents aux machines à vapeur et les risques que prenaient les marins de l’époque. L’action s’avère omniprésent, contrairement à ce que l’on aurait pu penser, entre la fuite de Monica avec Evan et la lutte pour refroidir le monteur du navire afin d’éviter son explosion, le suspens et la tension seront prégnants, bien dosés, tout en restant crédibles.

Graphiquement, Mei Nagamo mélange des traits classiques avec une mise en images très moderne et dynamique. Le mangaka alterne des gros plans sur des visages avec les yeux bien ronds, qui furent longtemps l’image de marque du manga, avec des planches où l’action est menée tambour battant. Le mangaka s’attache aux détails et enrichit ses planches de nombreux éléments. Mais pour une série comme “Le Berceau des Mers”, la représentation des navires est cruciale et les premières planches représentant le bateau qui sera la nouvelle maison de Monica sont très réussies, avec un beau travail sur les détails de la coque.

Ce premier tome du “Berceau des Mers” lance l’aventure et laisse présager un voyage mouvementé pour nos héros. Alors souquez ferme matelot et voguons vers l’Amérique sur le Craddle of the Sea !


The Craddle of the Sea, le berceau des mers (T1)
- Auteur : Mei Nagano
- Traducteur  : Ryoko Akiyama
- Éditeur français : Komikku éditions
- Format : 13 x 18 cm
- Pagination  : 190 pages
- Date de parution : 30 avril 2015
- Numéro IBSN : 978-2372870108
- Prix : 7,90 €


© Mei Nagano 2014 / SHINCHOSHA PUBLISHING CO.
© Komikku éditions- Tous droits réservés


Frédéric Leray
18 mai 2015






JPEG - 32.7 ko



JPEG - 27.1 ko



JPEG - 30 ko



JPEG - 23.8 ko



WebAnalytics