YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

38 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Autre ville (L’)
Michal Ajvaz
Mirobole éditions, Horizons pourpres, roman traduit du tchèque, fantastique, 224 pages, avril 2015, 19€

Désireux de rester à l’abri des rigueurs de l’hiver, un homme vaque dans une librairie. Il prend son temps, feuillette des ouvrages jusqu’à tomber sur un livre à la reliure violet et à l’alphabet inconnu. Intrigué par ce livre, il finit par l’acheter.
Même s’il n’arrive pas à en déchiffrer la moindre ligne, quelques gravures lui en apprennent davantage. Mais surtout, des choses inattendues et totalement improbables se révèlent à lui.
Un peu comme s’il existait une autre Prague, une ville cachée que l’on n’appréhende que peu à peu.


Mirobole éditions propose des livres à l’esthétique tout de suite identifiable. Dans le cas présent, un perroquet aux couleurs chatoyantes orne la couverture avec l’auteur et le titre inscrits dans son plumage. Graphiquement c’est très réussi et dans la droite lignée des autres ouvrages de la dynamique maison bordelaise.
De plus, une traduction du tchèque n’est pas courante. La volonté de Mirobole éditions est justement de nous faire découvrir de nouveaux auteurs, de nouvelles contrés à travers leurs deux collections consacrées au polar et au fantastique.

« L’autre ville » a beau être court (224 pages), il ne se lit pas en deux temps trois mouvements, car son contenu est d’une telle richesse dans les idées et tellement fou dans son déroulement qu’il faut prendre le temps de le savourer.
Ouvrir ce livre mystérieux revient pour cet homme à ouvrir une porte vers un ailleurs insoupçonné avec ses propres règles, bien éloignées des siennes. Mais comme il a eu accès à cette autre ville d’une façon purement fortuite, il navigue entre les deux réalités, découvre des gens de chaque côté de la barrière. Il n’appartient pas aux initiés et éprouve donc le plus grand mal à cerner cet ailleurs si bizarre pour lui et pour nous.
Il n’est pas le seul dans ce cas à avoir aperçu ce qui se cache là où on ne regarde pas en général. La connaissance est toutefois dangereuse, elle recèle plus que sa part de menaces. Michal Ajvaz excelle dans l’inventivité d’un ailleurs décalé, il nous plonge dans une Prague parallèle complètement folle. Assez rapidement, tout le monde perd ses repères et se demande de quel côté de la frontière l’homme se trouve.
La visite s’avère pour le moins étrange. Un tram vert passe dans les haies de notre monde, suit une trajectoire dérobée, non logique mais totalement fonctionnelle. À un moment, on suit le tracé aberrant d’un remonte-pente, passant même dans des appartements ! À une occasion, le personnage s’envole... D’ailleurs, qui soupçonne la guerre qui se déroule au fond des pièces ?
Avec Michal Ajvaz, le lecteur se retrouve sous une avalanche d’événements pour le moins inattendus et avec une bonne dose d’absurdité. Il est impossible d’anticiper le déroulement de l’histoire, car elle regorge de trouvailles. Cette Prague cachée dans les interstices de la capitale que nous connaissons abrite son lot de de bizarreries, d’incongruités pour les cartésiens que nous sommes.

« L’autre ville » recèle aussi une belle part de magie, nous redonnant un regard d’enfants émerveillés. Nous allons de surprises en surprises, nous perdons dans un labyrinthe dont bien peu connaissent la sortie, mais c’est également vrai pour l’entrée. « L’autre ville » nous dévoile un kaléidoscope d’images, son côté merveilleux séduit et devient rapidement envoûtant.
Michal Ajvaz se révèle à la hauteur de ses ambitions, il réussit à ne pas lasser le lecteur, à ne pas l’éjecter du récit en poussant le bouchon trop loin. Il aime écrire de très longues phrases, mais le propos reste toujours cohérent malgré une inventivité de quasi tous les instants. De plus, les pages sont très denses avec très peu de paragraphes et on ne peut que féliciter l’éditeur d’avoir suffisamment espacé les lignes pour une bonne lisibilité.

« L’autre ville » se révèle attachant, ce roman nous propose aussi de ne plus fermer les yeux sur ce qui nous entoure. Avec son style fluide, Michal Ajvaz nous offre la vision d’une Prague merveilleuse où l’étonnant devient la norme.
Un autre regard des plus envoûtants ! Et une belle trouvaille de plus à mettre à l’actif de Mirobole éditions.


Titre : L’autre ville (Druhé Město, 1993, 2005)
Auteur : Michal Ajvaz
Traduction du tchèque : Benoît Meunier
Couverture : ©Bob Eastman
Conception graphique : Alice Genaud
Éditeur : Mirobole éditions
Collection : Horizons pourpres
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 224
Format (en cm) : 14,5 x 20
Dépôt légal : avril 2015
ISBN : 979-10-92145-35-9
Prix : 19 €




François Schnebelen
21 mai 2015







JPEG - 15 ko