YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ad Astra (T4)
Mihachi Kagano
Ki-oon Seinen

Sa dernière défaite face à Hannibal a coûté au dictateur Fabius la confiance des sénateurs. Il est remplacé par Minucius à la tête des troupes romaines. Ce dernier voit dans cette promotion sa consécration, lui l’homme de la plèbe qui est parvenu au sommet par son courage et ses faits d’armes. Et une première victoire sur un des généraux d’Hannibal le pousse à poursuivre le carthaginois. Les dernières nouvelles de ses éclaireurs ne font que confirmer ses premières impressions de supériorité sur son adversaire. Les frondeurs des Baléares seraient postés en haut d’une colline. Si leur efficacité est légendaire, la supériorité numérique des romains leur donne un avantage crucial dans cette zone déserte, sans le moindre arbre derrière lequel se protéger. Dans son plan, Minucius prévoit d’avancer en utilisant la formation de la tortue pour ses soldats, en envoyant en avant-garde les vélites et leurs lances pour perforer les lignes de frondeurs.



Mais c’est bien sous-estimer un stratège de l’intelligence d’Hannibal que de penser que le général carthaginois n’ait pas anticipé une telle manœuvre. Ce dernier a immédiatement compris l’intérêt que représentait le site de cette colline nue, mais pour cela, il faut la regarder avec un œil d’expert : ravagée par le vent et sans racine pour retenir la terre, des ravins se sont formés un peu partout, créant des caches idéales pour tendre un piège à des romains trop surs d’eux, croyant n’avoir à affronter que plusieurs centaines de frondeurs. L’assaut est donc mené de la manière prévue par Minucius et parfaitement anticipée par Hannibal. Tandis que les lanciers sont envoyés au casse-pipe, Hannibal attend tranquillement que les formations en tortue arrivent à hauteur des mercenaires gaulois pour lancer sa contre-attaque. Minucius ne prend conscience de l’ampleur du désastre que trop tard. Les carthaginois et leurs alliés les ont déjà encerclés sans leur laisser aucune chance de s’en tirer. Pendant ce temps, Fabius est alerté de la situation désastreuse dans laquelle se retrouve le dictateur, mais refuse d’intervenir...

JPEG - 64 ko

Ce tome 4 de “Ad Astra” est dédié à la bataille qui scellera la destinée de Minucius Rufus. Nous avons ici vraiment énormément de détails de cette bataille qui marquera la fin de la rébellion de Minucius contre son mentor, Fabius. La première partie de ce tome est une nouvelle leçon de stratégie donnée par Hannibal. Et celle-ci semble pourtant triviale : apprendre à reconnaître tous les atouts d’un terrain pour les utiliser à bon escient. Pourtant, son adversaire va se laisser prendre à sa trop grande confiance en soi. Toutefois, cette bataille n’est encore qu’un élément du plan d’Hannibal. D’ailleurs, n’est-elle pas la suite du repli qu’il imposa à ses hommes lors de la première confrontation avec Minucius ? Encore une fois, Mihachi Kagano nous montre Hannibal comme un véritable génie de la guerre et semble bien montrer une sorte d’admiration pour le stratège carthaginois. Il faut dire qu’il a tout du héros idéal : il part affronter le terrible empire romain sur ses propres terres, en infériorité numérique, ne comptant que sur son charisme pour rallier les ennemis de Rome et son génie militaire pour gagner des batailles.

La seconde partie du tome nous ramène auprès de Fabius pour nous expliquer les conditions de son intervention pour sauver Minucius. Evidemment, tout ici est romancé pour mettre enfin un peu en avant Scipion, qui n’a réellement pour le moment qu’une position de faire-valoir pour les autres personnages. Toutefois, Mihachi Kagano commence à nous montrer l’opposition entre les deux hommes, qui ne fera que se renforcer avec le temps. Nous avons droit à une petite joute d’idées car Fabius est présenté comme hostile à une intervention pour sauver Minucius : est-ce par vengeance pour donner une leçon à celui qui l’a destitué devant le sénat ou est-ce uniquement par respect de sa propre stratégie ? Rappelons que Fabius était catégoriquement opposé à un affrontement direct avec Hannibal. Scipion est d’autres soutiendront, avec plus ou moins de diplomatie, la thèse de la vengeance, forçant le dictateur à partir au secours de son disciple. Mais déjà, nous entrevoyons les conséquences pour Fabius, car Hannibal a anticipé toutes ses réactions, aussi inattendues soient-elles.

Cet épisode n’est certainement pas le plus marquant dans l’histoire de l’avancée d’Hannibal mais permet de comprendre principalement la position des généraux romains.


Ad Astra, Scipion l’Africain & Hannibal Barca (T4)
- Auteur : Mihachi Kagano
- Traducteur : Sébastien Ludmann
- Éditeur français : Ki-oon
- Collection : Seinen
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination : 178 pages
- Date de parution : 11 décembre 2014
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-752-2
- Prix : 7,90 €


A lire sur la Yozone :
Ad Astra, Scipion l’Africain & Hannibal Barca (T1)
Ad Astra, Scipion l’Africain & Hannibal Barca (T2)
Ad Astra, Scipion l’Africain & Hannibal Barca (T3)


AD ASTRA PUBLIUS CORNELIUS SCIPIO AFRICANUS MAJOR & HANNIBAL BARCA © 2011 by Mihachi Kagano / SHUEISHA Inc.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
2 mai 2015






JPEG - 28.2 ko



JPEG - 31.4 ko



JPEG - 31.7 ko



JPEG - 23.1 ko



WebAnalytics