YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

44 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Sword Art Online - Fairy Dance (T3)
Reki Kawahara et Tsubasa Haduki
Ototo

Asuna a tenté de s’enfuir de sa cage dorée, mais en arrivant dans le laboratoire virtuel où sont utilisés des cerveaux de joueurs pour des expérimentations interdites, elle finit par être repérée par les savants fous locaux. Ceux-ci ont pris l’apparence de gastéropodes géants aux tentacules un peu trop tactiles. Son évasion est un échec, mais elle est parvenue par récupérer une carte. De son côté, Kirito a atteint l’arbre-monde et quand Yui lui annonce qu’Asuna est certainement dans l’arbre, il fonce vers le sommet sans écouter les alertes de Leafa. Malheureusement, un mur invisible interdit l’accès aux plus hautes branches de l’arbre. Mais avant de devoir redescendre, Asuna a le temps de lui envoyer la fameuse carte. Pour Kirito, il ne reste plus qu’une seule solution : passer par l’intérieur de l’arbre et tenter l’ultime défi de ALO. Mais personne ne la réussit.


Kirito a choisi d’entrer seul dans la salle où l’attend son dernier combat. Si les chevaliers qu’il doit affronter ne sont pas d’un niveau très élevé, leur nombre rend le défi quasiment impossible à réussir. Et malgré une expérience et des capacités bien au-delà de la normale, Kirito échoue et finit par mourir... Mais Leafa pénètre au meilleur moment dans la salle et parvient à se saisir de l’âme du guerrier. Grace à des sorts de guérison, elle parvient à ressusciter Kirito avant que son avatar soit totalement réinitialisé. Devant son échec, Kirito baisse un instant les bras et révèle à Leafa la raison de son entêtement. Il n’en faut pas plus pour que la jeune fille comprenne que ce joueur dont elle est en train de tomber amoureuse est en réalité son frère qu’elle aime tout autant. Le choc est dur mais surtout Kazuto prend enfin conscience des sentiments que Suguha éprouve pour lui, elle qui sait depuis deux ans qu’il n’est pas son frère de sang mais son cousin. Cette fois, finis les mensonges. Les deux jeunes n’ont plus de secret l’un pour l’autre. Mais pour Kazuto, rien ne sera fini tant qu’il restera un peu de SAO derrière lui et c’est pour cela qu’il doit délivrer Asuna.

JPEG - 49.3 ko

Il est donc temps de clore ce deuxième arc de la saga “Sword Art Online”. Mais pour une fin en toute beauté, 200 pages étaient un peu court, alors qu’à cela ne tienne, ce dernier volume en fera 336, pour le plus grand plaisir des lecteurs. Toutefois, Tsubasa Haduki se retrouvait face à un sacré défi pour commencer ce dernier volume : la bataille du portail de l’arbre-monde. C’est un épisode très impressionnant de l’animé et surtout, il est plus facile de mettre en action des centaines de chevaliers dans un dessin animé que dans un manga. C’est aussi une scène cruciale de la série puisqu’elle ouvre sur le grand final. Le mangaka était donc attendu au tournant. Si le résultat ne peut évidemment atteindre l’intensité de l’animé, Tsubasa Haduki s’en sort avec plus que les honneurs. Certes, il a dû adapter la scène au manga et donc atténuer d’une certaine façon l’intensité et la durée de celle-ci, mais le lecteur retrouve toutefois les sensations du spectateur. Par contre, on peut reprocher la seule ellipse de toute la série. Il faut vraiment que le lecteur soit très vigilant pour comprendre que Kirito a atteint le sommet, une scène réalisée avec un peu plus de suspense dans l’animé. Ce sera la première - et dernière d’ailleurs- fois que l’adaptation se retrouve un cran en dessous de l’animé.

Le duel final tant attendu aura évidemment lieu : Kirito contre Sugo. Avec comme enjeu Asuna. Mais avant, le mangaka ne pouvait éviter la scène déchirante de la révélation, celle où Suguha découvre que Kirito n’est autre que son frère. Encore une fois, Tsubasa Haduki fait un sans faute, parvenant à nous faire ressentir l’intensité de ce moment, les émotions des deux héros qui nous sautent au visage grâce à une mise en images parfaitement maîtrisée avec des personnages très expressifs. On en vient même à avoir une forme d’animosité pour Asuna car l’empathie du lecteur pour Suguha est bien réelle, ayant partagé ses sentiments et leurs évolutions avec la jeune fille. Difficile de ne pas prendre sa défense. Mais ce n’est malheureusement pas le scénario de Reki Kawahara, alors allons y pour le duel final. Je vous laisse le savourer, dans ses deux temps : dans le monde virtuel et dans le monde réel. Le mangaka va de nouveau nous donner plus d’informations que dans l’animé.

Je mettrais un ultime bémol sur la véritable conclusion qui est bien plus proche du total « happy end » que de celui de l’anime qui laisse une certaine ambiguïté sur les relations entre les personnages du triangle amoureux Kazuto - Asuna - Suguha.

Soyons franc, “Sword Art Online - Fairy Dance” est une excellente adaptation d’un animé, un exemple à suivre.


Sword Art Online - Fairy Dance (T3)
- Scénario : Reki Kawahara
- Dessin : Tsubasa Haduki
- Character design : Abec
- Traducteur  : Nicolas Pujol
- Éditeur français : Ototo
- Format : 128 x 179, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 336 pages
- Date de parution : 10 avril 2015
- Numéro IBSN : 9782351809112
- Prix : 7,99 €


A lire sur la Yozone :
Sword Art Online à l’honneur en 2014
Sword Art Online, intégrale arc 1 : Aincrad
Sword Art Online - Aincrad (T1 et 2)
Sword Art Online, intégrale arc 2 : Fairy Dance - Alfheim Online
Sword Art Online - Fairy Dance (T1)
Sword Art Online - Fairy Dance (T2)


SWORD ART ONLINE FAIRY DANCE © REKI KAWAHARA/TSUBASA HADUKI Edited by ASCII MEDIA WORKS First published in Japan in 2012 by KADOKAWA CORPORATION, Tokyo
© Edition Ototo - Tous droits réservés



Frédéric Leray
17 avril 2015







JPEG - 60 ko



JPEG - 27.5 ko



JPEG - 28.8 ko



JPEG - 21.9 ko