Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Terre-Dragon, tome 2 : Le Chant du Fleuve
Erik L’Homme
Gallimard Jeunesse, roman (France), fantasy, 211 pages, janvier 2015, 11,50€

Relire la chronique du tome 1 : Le Souffle des Pierres

Sur le Fleuve métallique, AEgir, Doom, Gaan et Sheylis fuient. Leur descente du Fleuve et leur quête suit la chanson de geste fondatrice du royaume, le Voyage de Rosk-le-Borgne.
A leurs trousses, Ishkar le Naatfarir et le sorcier Chakor.
Pendant ce temps, Sahr’sâ le prêtre du Crâne emmène la jeune Naabin chez les Kaafris, pour accomplir une prophétie.



Et puis, je serai tenté de dire, c’est tout.
Parce que je ne vais pas pour révéler tous les rebondissements, mais sachez qu’il y a quand même un gros serpent (aux yeux jaunes, et pas verts comme les a colorés Matthieu Bonhomme en couverture. Idem pour son radeau, qui hurle à tout lecteur du « Souffle des Pierres » qu’il ne l’a pas lu, puisqu’il est censé être en pierre... Je ne lui jette pas -trop- la pierre, les illustrateurs n’ont pas toujours beaucoup d’informations à disposition).

Rien n’est plus initiatique qu’un voyage, et cette « croisière » sur cet étrange fleuve métallique sera riche en enseignements, entre les récits de Gaan et les découvertes d’AEgir sur ses pouvoirs de Dakan. Mais la principale préoccupation du jeune homme est de parvenir à révéler son secret à Sheylis. Mais pas facile de dire à une jolie fille qu’on est le monstre sanguinaire qui l’a sauvée de ses kidnappeurs.

Le Fleuve est impétueux, et traverse un marécage, où son cours se partage en bras secondaires dangereux. Une perturbation magique, causée par le prêtre du Crâne, va rendre la navigation difficile et, serpent aidant, conduire à la séparation de nos héros.

Plus court d’une cinquantaine de pages que « Le Souffle des Pierres », découpé en 60 chapitres courts qui facilitent l’alternance des points de vue, « Le Chant du Fleuve » se dévore, même si la sensation finale est qu’on a peu avancé. Il y a bien des rebondissements, on ne s’ennuie jamais, et le renversement final est à la hauteur de la révélation concernant la prophétie. Question suspense, Erik l’Homme n’a rien à envier à George R. R. Martin.
En fait, c’est surtout une frustration de gros lecteur qui s’exprime, et l’impatience d’avoir la suite ! Frustration que les jeunes lecteurs, moins boulimiques que leurs aînés, endureront plus stoïquement en attendant le tome suivant.

En s’attachant à Ishkar et au prêtre, Erik L’Homme réussit, dans ce second volume, à dédiaboliser et humaniser ses méchants. Si initialement la narration ne nous avait pas attaché à AEgir, on en viendrait presque à accepter leur point de vue : Ishkar a pour mission de remettre en captivité un monstre dangereux, et Sahr’sâ veut mettre fin à un obscurantisme social et religieux.
Tout est question de point de vue, voilà quel pourrait être le message de ce second volume. Les récits mythiques de Gaan sur la fondation de Terre-Dragon se heurtent à la réalité actuelle ou aux conséquences du conflit fondateur, à l’image de la tribu des Brûlés, qui invoque évidemment les victimes innocentes des radiations.

Oui, ce livre est court. Mais comme toujours avec Erik L’Homme, la valeur n’attend pas le nombre de pages.


Titre : Le Chant du Fleuve
Série : Terre-Dragon, tome 2
Auteur : Erik L’Homme
Couverture : Matthieu Bonhomme
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection : Grand format littérature
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 211
Format (en cm) : 20,5 x 14 x 2
Dépôt légal : janvier 2015
ISBN : 9782070664221
Prix : 11,50 €


- Le Souffle des Pierres
- Le Chant du Fleuve


Nicolas Soffray
29 mars 2015


JPEG - 35.9 ko



Chargement...
WebAnalytics