YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Peaky Blinders, une très bonne surprise
Arte - 20h50
Le jeudi, du 12 au 26 mars 2015

Les Peaky Blinders ont réellement existé, à la fin du XIXe siècle, à Birmingham. La ville est alors la seconde d’Angleterre et la capitale industrielle du pays. On y bat les records de population vivant sous le seuil de pauvreté, on y meurt jeune, l’alcool, le jeu, la violence en font une ville extrêmement dangereuse. Les Peaky Blinders, spécialistes des courses hippiques truquées, sont alors des gangs familiaux qui règnent sur des quartiers où s’entasse la population prolétaire dans de véritables taudis suffoquant dans l’air irrespirable des usines.

JPEG - 203.7 ko

© BBC two

La série créée par Steven Knight pour BBC two, en 2013, est décalée à 1919, ajoutant les cauchemars de la Guerre 14-18 au désastreux constat social remarquablement mis en scène dans les deux premiers épisodes diffusés le 12 mars dernier.



C’est Arte qui diffuse depuis le 12 mars 2015 la Saison 1, “Gang of Birmingham” de “Peaky Blinders”. Le Replay est encore possible aujourd’hui pour les deux premiers épisodes, épisodes 3 et 4 (sur 6 pour cette Saison 1) ce soir à 20h50.

JPEG - 203 ko

© BBC two

Thomas Shelby (remarquable et magnétique Cillian Murphy), jeune caïd qui rêve d’élever son gang familial au dessus de la mêlée, vous entraînera dans ses rêves désabusés, dans ses cauchemars de l’après Guerre et dans sa lutte contre Chester Campbell (Sam Neill), redoutable chef de la police envoyé sur place par Winston Churchill pour nettoyer la place et, surtout, retrouver une énorme cargaison d’armes qu’il ne souhaite pas voir tomber dans les mains de l’IRA ou des communistes ! Cette carte ne serait-elle pas tombée dans la manche de Thomas Shelby ? Pour Campbell, la carte maîtresse semble être la ravissante Grace Burgess (Anabelle Wallis ), personnage ambigu au passé torturé... la carte romanesque de Steven Knight, c’est limpide...

Pour moi, il y a tout ce que j’aime dans une série TV avec “Peaky Blinders”. Un rythme lent, une photo somptueuse, des décors et des costumes remarquables et crédibles, une formidable plongée dans un univers social et historique complexes, d’excellents acteurs et une bande-son absolument géniale réunissant Nick Cave, The White Stripes, Tom Waits ou encore PJ Harvey ! Le générique est signé Nick Cave avec le superbe “Red Right Hand” (album “Let Love In”, 1994) et on retrouve le morceau “Martha’s Dream” de Nick Cave & Warren Ellis pour le pilote de la série.

JPEG - 95.7 ko

Arte nous propose régulièrement des mini-séries courtes (6 épisodes) de très bonne tenue, comme dernièrement l’excellente “The Code” (série australienne signée Shelley Birse). Elle récidive avec “Peaky Blinders” dont la saison 2 emmènera le gang de Shelby “À la conquête de Londres”. Une saison 3 est en cours.
Mais c’est une autre histoire...


Fabrice Leduc
19 mars 2015






JPEG - 17.4 ko



WebAnalytics