YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

35 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Albums

Orféa - Le Dernier Cercle de l’Enfer
François Corteggiani et Emanuele Barison
Dargaud

Parce que son fiancé a assassiné de façon incompréhensible un notable avant de se suicider, une jeune femme va devoir franchir les portes de l’Enfer pour empêcher les démons de déferler sur le monde.


Le synopsis de cet album, m’a beaucoup attiré dès sa lecture. Et trouvant fort intéressante la couverture, j’ai donc logiquement franchi le pas et me suis plongé avidement dans cette aventure. Cette dernière me paraissait d’un grand intérêt, un aller simple, direct aux enfers.
Et puis ce fut le choc !

JPEG - 97.4 ko

Après quelques planches, d’une mise en place de la situation, plutôt bien réussies, il est l’heure du premier rendez-vous avec les forces sataniques.
L’image nous explose littéralement à la face, ce sentiment pesant, exprimé par un dessin sombre et empli de caractère de la couverture, disparaît comme par magie. Et en lieu et place de cette magnifique ambiance visuelle, nous retrouvons un graphisme de créatures diaboliques, tout droit sorti du bestiaire des « Pokémons » !
Couleurs criardes, absence totale de définition sur les corps, expression agressive des monstres à la limite du ridicule, aucun contraste ni puissance dans la représentation du point-clef de cette histoire.
Une énorme déception que ce style signé Emmanuele Barison associé aux couleurs de J. Nardin.

JPEG - 131.8 ko

Si sur la majorité des scènes, cette touche relativement lisse, fait illusion, elle manque vraiment trop de force et de testostérone sur les combats ou les simples apparitions des êtres maléfiques. Il en résulte une incapacité pour le lecteur à vraiment s’immerger dans l’aventure. Ces scènes qui devaient lui glacer le sang finissent par le faire rire en fin de volume.
Un petit regain de vigueur apparaît toutefois sur la conclusion du combat final où étonnamment là, le graphisme semble plus abouti si l’on occulte le rouge, vert et violet uni des démons.
Dommage, il était malheureusement trop tard pour moi, j’avais décroché depuis un bon moment.
En résumé ce dessin est au genre démoniaque ce que “Primeval” est à “Jurassic Park”, une pâle représentation dénuée d’intérêt.

JPEG - 101.5 ko

Ce manque de persuasion du visuel entache sérieusement le potentiel de la BD et ce n’est malheureusement pas la qualité du scénario de François Corteggiani qui peut sauver tout cela.
Certes, faire dérouler ce récit en France était un pari intéressant, mais peut-on réellement comparer l’atmosphère pesante qui aurait pu en ressortir si cela se passait, par exemple, à la Nouvelle Orléans, avec ses légendes vaudoues, plutôt qu’à Carpentras plus connu pour ses apéros en terrasses de cafés ou ses parties de boules.

JPEG - 186.8 ko

Les personnages, qu’en à eux, sont plutôt plats et sans forte personnalité, hormis peut-être le policier qui, dirons-nous, est très franchouillard.
Reconnaissons toutefois, que sur les deux-tiers du tome, le scénario, sans être exceptionnel, reste concret et compréhensible. Pas de folie, ni réelle surprise, une intrigue facile, qui ne marquera pas les esprits, sans pour autant être mauvaise. La fin semble un peu bâclée et difficile à suivre, trop d’informations suggérées en peu de pages.

JPEG - 85.8 ko

Un album qui ne marquera pas les esprits, sans vraiment être pénible, mais qui en promettait plus.


Orféa - Le Dernier Cercle de l’Enfer
- Scénario : François Corteggiani
- Dessin : Emanuele Barison
- Couleur : Juliette Nardin
- Éditeur : Dargaud
- Dépôt légal : 21 février 2014
- Pagination : 150 pages couleurs
- ISBN : 9782205056600
- Prix public : 17,95 €


Illustrations © Emanuele Barison et Dargaud (2014)



Bison 13
16 avril 2015







JPEG - 41.2 ko



JPEG - 89.2 ko



JPEG - 86.7 ko



JPEG - 93.3 ko



JPEG - 84.4 ko



JPEG - 26.5 ko