YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




UQ Holder ! (T1 et 2)
Ken Akamatsu
Pika

Tota Konoe a perdu la mémoire deux ans plus tôt, lors d’un accident qui coûta la vie à ses parents. Il a été recueilli par Yukihime, celle qui serait à l’origine de l’accident et aussi sa professeur. Mais les leçons données sont loin d’être classiques puisque celle-ci apprend le combat à ses jeunes élèves et un prix est en jeu depuis quelques temps : celui qui arrivera à la toucher aura le droit d’aller dans la capitale. Seulement, quand Tota offre un bracelet à sa tutrice, il n’imagine pas que le professeur qui le lui a donné se moque totalement de leur pari. En fait, c’est un chasseur d’immortels et Yukihime n’est autre que sa cible : une vampire. En voulant protéger son amie, Tota se fait trancher un bras et ne peut empêcher le chasseur de découper Yukihime. Tota va alors prendre une décision qui changera sa vie : boire le sang de la vampire pour la venger.



En route pour la capitale ! Devenu immortel, Tota voyage avec Yukihime pour réaliser son rêve : monter tout en haut de la tour se dressant au-dessus de la cité et se perdant dans l’espace. Mais si lui veut y monter, Kuromaru en a été renvoyé à moins qu’il ne ramène la tête de Yukihime. Lui-aussi immortel, il se lie peu à peu d’amitié avec Tota malgré un premier contact peu évident. Avec son allure efféminée, il laisse toujours un doute sur sa sexualité. Toutefois, les deux jeunes vont avoir bien d’autres problèmes à régler. Yukihime est loin de leur avoir tout révélé sur elle, en particulier qu’elle est à la tête d’un clan composé d’immortels : le UQ Holder. Pour Tota, c’est l’occasion de se faire de nouveaux amis, mais avant d’être intégré au clan, Kuromaru et lui doivent passer un test. Envoyés dans les sous-sols de la demeure du UQ Holder, ils ont huit ans pour réussir à sortir de ce gigantesque labyrinthe.

JPEG - 49.4 ko

Ken Akamatsu est maintenant un mangaka de renom grace à sa série « Negima ! Le Maître Magicien ». Le mangaka ne va pas vraiment quitter le monde de la magie avec sa nouvelle série mais plutôt se focaliser sur des créatures surnaturelles classiques : les immortels. L’introduction du premier tome nous laissait penser que Ken Akamatsu allait nous donner sa version du mythe du vampire. Mais en fait, ce que va surtout retenir le mangaka, c’est l’immortalité des non morts et leur capacité à transmettre leur malédiction par le sang. En fait, Ken Akamatsu utilise le mythe du vampire plus comme prétexte pour introduire l’univers qu’il a créé, ce monde futuriste où finalement, la population humaine a beaucoup diminué pour se rassembler au cœur de grandes métropoles, mais avec encore des humains rejetant les grandes villes. Le passé de Tota va s’avérer être un énorme mensonge, mais Ken Akamatsu est trop malin pour nous donner toutes les explications dès les premiers tomes.

Tota ressemble par de nombreux aspect à Negi : naif, trop gentil, pensant que l’amitié nait naturellement, il va aussi avoir la malchance de rester un ado pas très grand et plutot gaffeur. Tota a tout du héros de shonen classique, pas spécialement talentueux mais avec un énorme potentiel bein caché pour le moment. Mais comme tout héors de shonen, Tota ne peut être un solitaire, alor Ken Akamatsu commence à créer une petite bande d’ami pour son personnage. Hormis Yukihime, qui sera le personnage mystérieux par excellence, nous découvrirons Kuromaru, un immortel androgyne qui attendra le deuxième tome pour nous révéler sa véritable nature. En tout cas, il possède un passé tragique qui a fait de lui un personnage plutôt timide, ayant du mal à donner sa confiance et qui, finalement, va se laisser séduire par la nature franche de Tota.

L’explication du titre arrivera réellement avec le tome 2 et le clan UQ Holder. Après un premier tome nous posant le contexte de l’histoire, Ken Akamatsu peut alors passer aux choses sérieuses et introduire les méchants de l’histoire, des chasseurs d’immortels largement plus puissants que le pauvre faux professeur du premier tome. Les membres du UQ Holders seront aussi source d’humour et de quiproquos. Avec une allure de yakuza, difficile de voir en eux de gentils monstres, ce qu’ils sont pourtant. Le véritable membre que nous allons suivre sera Karin, une immortelle semblant impossible à blesser, mais qui va immédiatement détester Tota, par pure jalousie pour sa relation avec Yukihime. Karin sera quelque part le témoin de la relation ambigue entre Kuromaru et Tota mais le temps des amours n’est pas venus, ce sera celui des combats. Et surtout de l’entrainement, la phase incontournable pour faire évoluer son héros dans un bon vieux shonen.

Allez, sans pour le moment s’avérer exceptionnel, « UQ Holder » a le mérite d’être amusant et nous offre une sympathique palette de personnages plutôt intéressants. A voir sur la durée.


UQ Holder ! (T1 et 2)
- Auteur : Ken Akamatsu
- Traducteur  : Fédoua Lamodière
- Éditeur français : Pika
- Format : 120 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 200(T1) et 192(T2) pages
- Date de parution : 1er octobre 2014
- Numéro IBSN : 9782811616045 ; 9782811616052
- Prix : 6,95€


UQ HOLDER © 2013 Ken AKAMATSU / Kodansha Ltd.
© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
29 novembre 2014






JPEG - 51.2 ko



JPEG - 33.8 ko



JPEG - 47.5 ko



JPEG - 36.3 ko



JPEG - 31 ko



WebAnalytics