YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Peur Géante (La) (T1)
Denis Lapière & Mathieu Reynès
Ankama

Alors qu’il fait un polyparcours avec un ami de longue date, Bruno Daix, nageur de combat, est attendu à l’arrivée par son supérieur hiérarchique. Celui-ci lui confie une mission d’une extrême importance : explorer et sécuriser une zone abyssale du Pacifique Nord qui pourrait être l’épicentre d’un phénomène inquiétant. Sur Terre depuis quelques temps, l’eau ne gèle plus aux mêmes température : -8°C à Londres, -12°C à New York et -16°C à San Francisco. Si la situation n’est pas résolue au plus vite, 25% des terres habitées seront submergées par des tsunamis géants.



Bruno s’apprête donc à partir en mission. Alors que son vol a du retard, il fait la rencontre de Kou-Sien Tchei, une spécialiste en langages anciens des premières civilisations. Mais à peine la conversation entamée, il reçoit un coup de fil pour l’avertir que les cataclysmes ont commencé et qu’un tsunami géant arrive vers eux. Dernière info et pas des moindres, la catastrophe n’est pas d’origine naturelle.

JPEG - 167.2 ko

« La peur géante » est un dyptique de science-fiction adapté du livre éponyme de Stefan Wul. Cet auteur, disparu en 2003, a écrit onze romans entre 1956 et 1959 publiés à l’époque dans la collection Anticipation chez Fleuve Noir. Si ses principaux romans sont des space opera (« Piège sur Zarkass », « L’orphelin de perfide », « Rayon pour Sidar »), il s’est également attelé au post-apocalyptique et au fantastique comme c’est le cas avec « La peur géante ».

Au cinéma, il sera adapté en animation deux fois avec « La planète sauvage » et « Les maîtres du temps » de René Laloux. En bande-dessinée, il est adapté avec la collection Les univers de Stefan Wul chez Ankama qui compte six séries : « Niourk », « Oms en série », « Piège sur Zarkass », « Sidar », « Le temple du passé » et « La peur géante ».

Ce premier tome pose une situation initiale intéressante. Le scénario de base est assez classique, en effet si la fonte des glaces et la montée des eaux étaient probablement un sujet novateur dans les années cinquante au moment de la sortie du livre original, il l’est fortement moins aujourd’hui. Ce qui l’est en revanche, c’est que ces dérèglements climatiques ne soient pas le fait de l’activité humaine et du réchauffement mais de mystérieuses créatures sous-marines. L’originalité de l’histoire se découvre donc peu à peu au fil de la lecture.

Notons également la bonne adaptation de Denis Lapière qui change certains éléments par rapport à l’oeuvre originale. Ainsi le héros Bruno Daix, qui était auparavant un employé d’une société d’usine de froid appelée Nivôse et dont la faillite était imminente à cause de l’eau qui ne gelait plus, devient ici un militaire chargé d’enquêter sur le même phénomène.

Au niveau graphique ensuite, l’album est plutôt agréable à regarder. Même si on a un peu de mal à accrocher avec le menton hypertrophié du personnage principal, les décors sont superbes et la colorisation les met vraiment en valeur. Les ambiances sous-marines de villes englouties sont particulièrement oppressantes et rendent parfaitement la proximité d’un danger invisible.

Petit bonus : suis-je le seul à trouver que le personnage à droite de cette image ressemble énormément à Cyril Hanouna ?

JPEG - 45.5 ko

(T1) La révolte des océans
- Série : La Peur Géante
- Collection : Les univers de Stefan Wul
- Scénario : Denis Lapière
- Dessin : Mathieu Reynès
- Couleur : Aintzane Landa Chillon et Pedro Colombo
- Éditeur : Ankama
- Dépôt légal : octobre 2013
- Format : 24 x 32 cm
- Pagination : 56 pages couleurs
- Numéro ISBN : 978-2-35910-399-1
- Prix public : 13,90 €


© Editions Ankama - Tous droits réservés


Gianni Zablot
31 décembre 2014






JPEG - 23.9 ko



JPEG - 55.6 ko



JPEG - 30.2 ko



JPEG - 48.8 ko



WebAnalytics