Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Danger Girl (T2)
J. Scott Campbell et Andy Hartnell
Soleil US Comics

Rien ne va plus pour les Danger Girls ! Leur tentative pour récupérer le casque est un échec. Les hommes du Marteau les ont surpassé et Abbey se retrouve coincée en haut d’une falaise, avec Valérie et l’ancien propriétaire du casque. Ils ne devront la vie sauve qu’à l’intervention de Zéro. Mais l’espion masqué porte un tatouage représentant l’emblème du Marteau. Est-il un allié ou un ennemi ? Sydney, de son côté, n’est pas en très bonne posture. Avec son cher Johnny, elle se retrouve prisonnière du savant fou, le Dr Kharnov von Kripplor, un professeur Frankenstein au visage du monstre, entièrement rapiécé. Ce dernier compte bien tester sur eux son sérum transformant en zombie bien docile. Mais le Marteau n’a pas encore gagné, il leur manque l’épée pour parfaire l’armure sacrée. Cette fois, Abbey compte bien leur couper l’herbe sous le pied.



Les troupes du Marteau étaient déjà sur place pour venir voler l’épée au nez et à la barbe de Abbey. Et pour une bonne raison, ils avaient un coup d’avance grâce à un mouchard caché sur Abbey... par Natalia. Le choc est rude par la Danger Girl de découvrir que celle qu’elle prenait comme son amie n’était en fait qu’une espionne au service du marteau. Maintenant, les trois éléments nécessaires au retour du Führer sont entre leurs mains. Bien évidemment, ce n’est pas un Adolf Hitler ressuscité qui se présente devant l’armée du Marteau religieusement réunie, mais officier SS qui était en charge de mettre en lieu sûr les fameuses pièces de l’armure. Grace à ces pièces, il pourra devenir un véritable Aryen, un Ubermensch dont parlent les mythes et les légendes. Seulement, Abbey a une revanche à prendre et une amie à délivrer. Cette fois, elle ne va pas se laisser prendre de vitesse. Grace à Valérie et ses gadgets, l’île du QG du Marteau est à leur portée. Alors à l’assaut !

JPEG - 53.2 ko

Second volume de cette intégrale des « Danger Girl ». Et maintenant que tous les protagonistes sont entrés en scène, Andy Hartnell peut se déchaîner en ne nous laissant pas souffler une seule seconde. Les retournements de situations s’enchaînent à grande vitesse, les trahisons sont légion. Pas le temps de s’ennuyer, le lecteur est pris dans le flot de l’action et n’émerge que rarement et pour peu de temps. Certes, le scénario est souvent un peu téléphoné, mais l’ambiance de « Danger Girl » n’a jamais été d’offrir un récit complexe, mais plutôt une histoire réjouissante, sans besoin de se faire des nœuds au cerveau.

Le méchant est donc un vénérateur d’Adolf Hitler. Les tenues façon Waffen SS dont se paraient les hommes du Marteau ne laissaient pas vraiment d’ambiguïté sur la source de l’endoctrinement de cette armée. Ce deuxième volume ne fera que nous le confirmer en utilisant l’obsession du Führer pour tout ce qui était mythes et objets sensés posséder des pouvoirs mystiques. Andy Hartnell utilise le mythe de l’Ubermensch, l’origine de la race Aryenne pour expliquer la chasse aux trois pièces de l’armure. Bon, cela réduit fortement la dite armure, mais le scénariste n’ayant pas la possibilité de rechercher trop de pièces dans le nombre de pages imposées, il s’est arrêté à trois éléments pourvus chacun d’un pouvoir obscur. Pour mettre un peu de suspens, l’officier nazi à la folie des grandeurs parviendra à utiliser les pièces pour devenir le surhomme espéré, donnant d’autant plus de fils à retordre à nos héroïnes. Bon, le scénariste laissera un instant supposé que Natalia pourrait à nouveau retourner sa veste mais cet espoir ne sera que de courte durée, le temps du grand combat final contre le vrai méchant de l’histoire.

J. Scott Campbell prend lui aussi du plaisir en dessinant les Danger Girls et cela se voit. Bien évidemment, les personnages sont caricaturaux, entre Natalia passant de la gentil à la sadique, le colosse bodybuildé et le savant fou à la tronche rapiécée. Oui, Campbell ne fait pas dans la dentelles pour ses caricatures, et la cérémonie pour créer l’Ubermensch le sera tout autant, en rajoutant une dose d’humour pour ne pas paraître trop sérieux sur un sujet mettant en scène des nazis. Campbell parvient à ridiculiser l’armée nazie pour bien montrer qu’il se détache de leur philosophie nauséabonde et que les gentils finiront toujours par gagner.

« Danger Girl » est un bon vieux défouloir que l’on prend plaisir à lire et relire car finalement, ce duo d’auteurs est vraiment très fort.


Danger Girl (T2)
- Scénario  : Andy Hartnell
- Dessin : J. Scott Campbell
- Couleurs : Guy Major, Justin Ponsor, Ben Dimagmaliw, Joe Chiodo, Martin Jimenez, David Baron
- Illustration de la couverture : J. Scott Campbell, Alex Garner
- Éditeur : Soleil
- Collection : Soleil US Comics
- Dépôt légal : 28 avril 2010
- Format : 175 x 268 mm
- Pagination : 128 pages couleurs
- Numéro ISBN : 9782302010727
- Prix public : 13,95 €


A lire également sur la Yozone :
- Danger Girl (T1) (éditions soleil)
- Danger Girl - Destination Danger (éditions Glénat)
- Danger Girl - Tric-Traque à Shanghaï (éditions Graph Zeppelin)
- Danger Girl - Back is Black (éditions Graph Zepplin)
- Danger Girl Sketchbook


© Editions Soleil - Tous droits réservés




Frédéric Leray
27 octobre 2014




JPEG - 24.6 ko



JPEG - 35 ko



JPEG - 43.2 ko



JPEG - 37.3 ko



Chargement...
WebAnalytics