YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Bifrost n°74
Rédacteur en Chef : Olivier Girard
Revue, n°74, science-fiction, nouvelles – articles – entretien - critiques, avril 2014, 184 pages, 11€

Léo Henry n’est pas forcément très connu des lecteurs de science-fiction. Sur ses livres, son nom est souvent associé à celui de Jacques Mucchielli, tragiquement décédé en 2011.
Après deux monstres des genres de l’imaginaire (Lovecraft et Ray Bradbury) et avant deux écrivains non moins éminents (Poul Anderson et J.R.R. Tolkien), il fait figure de jeune premier que « Bifrost » a choisi à bon escient de nous faire découvrir.



Deux nouvelles, un long entretien, une présentation de l’auteur par Alain Damasio et une bibliographie nous permettent de mieux cerner Léo Henry.
Le lecture de la nouvelle “Le Major dans la perpendiculaire” a de quoi donner le vertige. Elle commence par évoquer une réunion des grands noms de la SF dans les années 50 à la libraire La Balance, tenue par Valérie Schmidt. À l’arrivée de Jacques Sternberg qui a eu un accident de vélomoteur, tout dérape. Pourtant, ce dernier avait été alerté du danger, mais par qui ?
Le début est classique, ancré dans notre passé qu’un simple geste balaye. Univers parallèles, interactions entre eux, personnages connus pris comme super agents... Léo Henry a tôt fait de nous plonger dans sa vision folle d’une réunion qui fait vaciller la structure de la création. L’impression de nous retrouver dans le labyrinthe de son imagination nous frappe, la peur de ne pas en trouver la sortie nous taraude.
C’est très fort, propre à l’auteur qui nous balade selon ses envies. Un texte et l’on comprend déjà qu’il est quelqu’un à part, qu’il a un style, une voix originale à donner le tournis.

Le cas Julien Declercq-Costa” est moins virevoltant, même si la linéarité est malmenée. Un garçon semble avoir des capacités surnaturelles, mais pourquoi ne quitte-t-il jamais son quartier ? Ceux chargés de le ramener ne s’embarrassent pas de telles interrogations...

Après ces deux entames propres à séduire les amateurs de textes sortant de l’ordinaire, son interview apparaît comme un morceau de choix. La personnalité de Léo Henry est très attachante, il séduit par sa générosité ; à l’image de ses parents, il se contente de peu, mais semble toujours prêt à partager avec autrui.
Pour s’en convaincre, signalons la bande dessinée « Rainbow Myst » accessible gratuitement en ligne, ainsi que son challenge de livrer chaque mois une nouvelle gratuitement aux intéressés et ce pendant dix ans ! Pour cela, il suffit de s’inscrire sur cette liste : Nouvelle par email

Alain Damasio nous donne sa vision du bonhomme, décrypte son talent à nous perdre, à louvoyer entre les mots. Il n’est pas avare dans ses efforts à répondre à la verve de Léo Henry. Ce qui de prime abord ressemble à un article difficile à lire se révèle en réalité un beau morceau de bravoure, une reconnaissance d’un auteur pour qui le style compte beaucoup à un autre.

Ce dossier révèle Léo Henry, donne envie de franchir le pas, d’ouvrir un de ses recueils écrits en collaboration avec Jacques Mucchielli, dont Léo Henry nous explique la part prise dans son œuvre.

À ses côtés, Olivier Caruso fait également preuve d’originalité. “Pantin” se résume à une histoire de branlettes sur des mannequins de bois. Pas facile de trouver un boulot dans cette société du futur. C’est ça ou la mort ! Une histoire folle basée sur une idée débile, mais c’est ce qui séduit.
Olivier Caruso, un jeune auteur qui monte depuis ses premières apparitions remarquées dans « Borderline » ou encore « AOC ». Il n’a pas fini de séduire avec son imagination plutôt perverse.

Dead Horse Point” annonce l’arrivée de Daryl Gregory au Bélial’, avant la parution en août du roman « L’éducation de Stony Mayhall ».
Venya renoue avec Julia, une camarade d’université qui, déjà à l’époque, avait de curieuses absences. Son frère s’occupe d’elle, la charge devient toujours plus importante car la durée de ses absences ne cesse d’augmenter. Julia se replie sur elle-même, s’isole ainsi du monde pour se plonger dans des théories scientifiques. Elle n’en sort que pour prendre des notes que son frère met en forme pour publication.
Daryl Gregory oscille entre intimité et quelque chose de beaucoup plus grand avec la manière de fonctionner de Julia. Comment fait-elle pour travailler de la sorte, sans super calculateur ? Il narre une belle histoire chargée d’émotions, effleure le côté SF avec les absences de Julia. Première apparition au Bélial’ réussie !

Pierre Stolze nous livre un intéressant papier sur l’adaptation en bandes dessinées de tous les romans de Stefan Wul aux éditions Ankama et Roland Lehoucq nous montre que l’emballage du film « Gravity » est beau, mais que le contenu ne tient pas toujours la route physiquement.

Cette chronique du dernier « Bifrost » ne saurait être complète sans évoquer le touchant éditorial que Jean-Daniel Brèque consacre à la disparition de Lucius Shepard.

Le dossier de ce numéro révélera Léo Henry à beaucoup de lecteurs de « Bifrost ». D’ailleurs, c’est un de ses complices, Stéphane Perger, qui a dessiné la couverture illustrant “Le Major dans la perpendiculaire”.
Les jeunes auteurs talentueux au sommaire nous font espérer le meilleur pour l’avenir.


Titre : Bifrost
Numéro : 74
Rédacteur en chef : Olivier Girard
Couverture : Stéphane Perger
Type : revue
Genres : SF, études, critiques, nouvelles, entretien, etc.
Sites Internet : le numéro 74, la revue (Bifrost) et l’éditeur (Le Bélial’)
Dépôt légal : avril 2014
ISBN : 978-2-913039-71-1
Dimensions (en cm) : 14,9 x 21
Pages : 184
Prix : 11€



François Schnebelen
2 juin 2014






JPEG - 66 ko



WebAnalytics