YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

35 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

Noir est ma Couleur (Le), tome 1 : Le Pari
Olivier Gay
Rageot, roman (France), fantastique, 310 pages, juin 2014, 11,90€

Alexandre est un cancre, bagarreur et insolent. Toujours au dernier rang, avec sa bande de « mousquetaires » du redoublement, de poker et de petites entorses au règlement du lycée. Manon est la première de la classe. Elle travaille dur pour égaler son frère aîné, négligeant son apparence alors que sa petite sœur déjà est un aimant à garçons.

Un matin, alors que le cours de M. Buisson ne passionne pas Alexandre et sa bande, le jeune homme fait le pari de séduire la bêcheuse du premier rang (qui l’a en plus empêché de copier à la dernière interro). Challenge accepté ! Alexandre, sûr de lui et de son charme, va vite déchanté ! Ses techniques habituelles ne font pas mouche, et il va falloir la jouer plus finement...
Mais ce qu’il ignore, c’est que Manon est une magicienne, et qu’un Mage Noir rôde dans Paris, avec ses Ombres, pour s’en prendre à ceux qui maîtrisent le Spectre, la magie des Couleurs.
Et ça, ça va lui compliquer la tâche !


Olivier Gay, couronné au festival du polar de Beaune (petite allusion p. 156) pour ses romans policiers (« Les Talons hauts rapprochent les filles du ciel »), s’est lancé avec brio dans la fantasy, avec le dyptique « Le Boucher » & « La Servante », et signe un coup de maître avec ce fantastique pour ados, en jouant avec les clichés.

Sur le fond, son histoire est classique : le bad boy de la classe fait le pari de sortir avec la première de la classe. La base d’un monceau de prose pour adolescents, garçons ou filles.

Mais... y’a plein de mais, qui font que c’est captivant et très agréable à lire

Il se démarque dès le départ sur la forme : alternant la narration, il fait parler Alexandre au présent. Sans abuser du vocabulaire « djeun’s », on sent, avant même d’en savoir plus sur lui, que le garçon est issu de milieux populaires. Sa culture, à quelques exceptions de lectures scolaires comme « Le Bossu » de Féval, se concentre sur les mangas, les animes (« Naruto » et « Dragon Ball » en tête) et la télévision. À l’opposé, le récit de Manon se fait aux temps du passé (imparfait + passé simple), les temps « nobles » du roman. Le vocabulaire est plus soutenu.

Vient ensuite, bien sûr, le fond. Alexandre n’est pas un simple cliché, et la plongée dans sa vie familiale et ses nuits est à faire peur : un père violent, ancien boxeur, une mère effacée, et lui qui fuit la maison autant que possible, pour boire, draguer, aller jouer au poker. Une pente savonneuse et fatale vers la délinquance. Manon n’est pas n’importe quelle première de la classe, elle est en plus la cadette d’une famille de mages. Moins « douée » que son grand frère déjà adulte et sa petite sœur encore superficielle, elle travaille dur, et a l’impression d’être la seule à faire des efforts pour soutenir ses parents.
La magie dans « Le Noir est Ma Couleur » est basée sur le Spectre, le spectre lumineux. Aux sept couleurs correspondent sept types d’actes magiques. L’Orange appelle le feu et la chaleur, le Rouge, dangereux, puise dans la vie (et peut donner temporairement des capacités physiques améliorées, mais gare au contrecoup !), etc. Le Violet, qui permet d’influencer l’esprit, est la couleur qui donne le plus de mal à Manon.
Dès les premières pages, la menace tombe. Son père, Mage Blanc au grand conseil, leur révèle qu’une Ombre, invoquée par un Mage Noir, rôde, et qu’ils doivent faire attention (et que les sorties le soir sont supprimées). Le Noir, huitième Couleur, est interdit, et Manon trouve peu d’infos sur les mages noirs dans ses recherches pour s’en protéger.

Les choses s’emballent lorsque Manon est attaquée par une Ombre et qu’Alexandre, qui avait planifié une embuscade « oh tiens nos chemins se croisent à nouveau », vole à son secours, son opiniâtreté à remporter son pari venant à bout des pouvoirs Violets de l’Ombre. Le jeune homme manque cependant laisser la vie dans son corps-à-corps avec la forme sombre, et Manon est contrainte d’utiliser la magie sous ses yeux. Rompant le secret qui dissimule la magie aux humains. Et là, c’est l’escalade : plutôt que dire la vérité à son père, elle tente d’effacer elle-même la mémoire d’Alexandre, avec le Violet. Et ça marche moyen, comme elle va s’en rendre compte. Mais tout va s’enchaîner, s’accélérer, et pas pour le meilleur...

Le thriller est très présent, avec cette menace qui plane, de plus en plus prégnante. La dimension sentimentale, initialement biaisée (Alexandre a fait un pari, Manon ne s’intéresse pas aux garçons et surtout pas à lui), est amenée doucement (Alexandre devient un peu plus sérieux et mature, Manon sort de sa coquille. Malgré la violence des évènements, l’humour affleure régulièrement, grâce aux chocs culturels et linguistiques entre les deux jeunes adultes, qui demeurent de deux mondes, de deux caractères et de deux tournures d’esprit très différents.

Le thème central de ce roman est bien entendu le droit à la différence, abordé à tous les niveaux : la rébellion d’Alexandre, les pouvoirs de Manon, les mages contre les humains, les mages noirs contre les autres, ce dernier point au cœur du retournement de perspective final. Tout cela n’est pas sans rappeler les « X-Men », autre source culturelle citée par Alexandre. Le plan du mage noir n’est d’ailleurs pas si éloigné des idées de Magneto.

La fin est violente, après un finale sous haute tension, et va remettre certains compteurs à zéro (au sens propre) et rebattre les cartes pour certains, donnant tout son sens au titre.

Un excellent roman, intelligent, rythmé et sans temps mort, pour les plus de 14 ans. La suite est prévue pour octobre. Notez également son petit prix fort sympa, moins de 12 euros.

Enfin, pour ceux qui veulent se cultiver sur les sens des couleurs, je conseille l’historien Michel Pastoureau et son « Noir, histoire d’une couleur ».


Titre : Le Pari
Série : Le Noir est ma Couleur, tome 1
Auteur : Olivier Gay
Couverture : Stéphanie Hans
Éditeur : Rageot
Collection : hors collection
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 310
Format (en cm) : 21 x 14,5 x 2,5
Dépôt légal : juin 2014
ISBN : 9782700242836
Prix : 11,90 €


Le Noir est ma Couleur :
- tome 1 : « Le Pari »
- tome 2 : « La Menace »
- tome 3 : « La Riposte »
- tome 4 : « L’Evasion »
- tome 5 : « Le Piège »



Nicolas Soffray
30 mai 2014







JPEG - 27.4 ko