YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

24 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

Malédiction de la Pierre de Lune (La), tome 1 : Florence
Catherine Cuenca
Gulf Stream, roman (France), fantastique historique, 248 pages, mars 2014, 14,50€

Florence, XVe siècle. Carla, 15 ans, voudrait assouvir sa passion de la peinture, loin des projets de son oncle d’en faire une bonne maîtresse de maison pour la marier sans trop tarder, comme son amie et voisine Léna, que son père vient de promettre à un marchand lainier de ses amis, et trente ans plus vieux qu’elle.
Échappant à leur chaperon pour aller acheter des pigments pour Carla, les deux amies achètent chez le droguiste une pierre de Lune, pour Carla. La pierre est censée favoriser les vœux. Le même jour, la jeune fille reçoit un message : un beau jeune homme voudrait qu’il la retrouve dans son atelier, pour qu’il sculpte son visage !
Après de longues hésitations, Carla se rend au rendez-vous.


Mais rapidement, deux évènements viennent chambouler les rêves de liberté de Carla, déjà mis à mal par son mariage à venir : elle commence à voir un fantôme, celui d’une femme horriblement brûlée, et les messes basses de son oncle qu’elle espionne lui font penser qu’il pourrait s’agir de sa mère. Elle n’est pas morte de maladie, comme on le lui a toujours raconté, mais aurait été brûlée comme sorcière ! Elle aurait juré de se venger de la famille Pazzi, qui l’a injustement condamnée. Et voilà que Carla découvre que son sculpteur, Vincenzo, est l’héritier des Pazzi !

Carla commence à prendre peur. Quel est le vrai pouvoir de la pierre de lune ? Sa rencontre avec Vincenzo est-elle si fortuite que cela ? Qui lui dit la vérité, le spectre de sa mère ou son oncle ?

Pas le temps de répondre à tout cela, un complot politique secoue Florence sur ses fondations : la guerre est déclarée entre les Pazzi et les Médicis.

Très bien documenté, riche en vocabulaire historique et artistique, « La Malédiction de la Pierre de Lune : Florence » n’en reste pas moins facile à lire, et ravira les plus jeunes (10-12 ans) en les emportant dans une grande aventure. Catherine Cuenca, récompensée à 2 reprises du prix du roman historique jeunesse de Blois, signe un bon roman, en ce sens qu’il mêle de bons rebondissements fictionnels à une peinture instructive de la vie d’une jeune femme au XVe siècle : cantonnée aux tâches domestiques, interdite des métiers d’hommes, y compris artistiques, Carla semble résignée, mais c’est pour mieux tromper la vigilance de son oncle et sortir en cachette avec son amie Léna, à leurs risques et périls, avant d’être mariée et de passer de la coupe de son tuteur à celle d’un mari qu’elle n’aura pas choisi, et certainement plus vieux qu’elle, pour sceller une alliance durable entre les deux marchands. Au temps pour l’amour.

Il est tout de même là, avec le beau et un peu hautain Vincenzo. Mais rien n’est simple. Entre sa dissimulation d’identité quelques malentendus, la relation qui les lie a cette ambiguïté des amours adolescents, oscillant entre timidité, attraction et rejet. Ils se chamaillent souvent, incapables de se dire, ou même de réaliser ce début de sentiment qui les pousse à se revoir.

Le fantastique, lui, arrive à petites doses, avec ce fantôme dont certains attribuent l’apparition à la pierre de lune que Léna a offerte à Carla. Et remettra en question la réalité des sentiments qui l’ont poussé à approcher le jeune homme.

En raison des évènements politiques, ce premier tome se termine sur une fuite, vers « Rome », le second volume.

Très bien écrit, avec un intrigue suffisamment complexe pour captiver un adulte (moi !), truffé de petits détails qui parachèvent l’immersion, ce premier tome de « La Malédiction de la Pierre de Lune » donne plus qu’envie de découvrir les œuvres de Catherine Cuenca.


Titre : Florence
Série : La Malédiction de la Pierre de Lune, tome 1/3
Auteur : Catherine Cuenca
Couverture : Raphaël Beuchot
Éditeur : Gulf Stream
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 248
Format (en cm) : 18 x 14 x 2
Dépôt légal : mars 2014
ISBN : 9782354882280
Prix : 14,50 €


- (Relire la chronique du tome 1 : « Florence », du tome 2 : « Rome », du tome 3 : « Naples »)



Nicolas Soffray
12 mai 2014







JPEG - 45.5 ko