YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Schtroumpfs et l’Amour Sorcier (Les)
Alain Jost, Thierry Culliford et Jéroen de Coninck
Le Lombard

Comme toujours, les pièges de Gargamel ne lui amènent que des ennuis et non des Schtroumpfs. Le sorcier finit par perdre le moral, surtout quand il voit ses confrères sorciers qui fondent peu à peu une famille, avec une gentille petite femme. Et si lui aussi pouvait se trouver quelqu’un avec qui passer les froides nuits d’hiver, et non son sac à puces de chat ? Voila une idée saugrenue mais qui ne serait finalement pas si mauvaise pour les Schtroumpfs car s’il était enfin occupé à autre chose, le sorcier arrêterait de leur courir après. Mais où trouver une femme pour ce fourbe de Gargamel ? Pour comprendre le monde des humains, nos petits héros bleus savent qu’ils peuvent compter sur leur ami le mage Homnibus... même en amour ?



Trouver l’âme sœur pour Gargamel est un vrai défi, mais ce n’est pas cela qui arrêtera le Schtroumpf farceur, et la belle Margot pourrait bien être la perle rare. Mais comment faire en sorte que la jolie herboriste remarque l’irascible sorcier ? Un petit coup de puce des connaissances d’Homnibus et l’aide de son apprenti, Olivier, et voila les deux tourtereaux se retrouvant à la même table. Tout était donc prêt pour un repas en amoureux, mais c’était sans compter sur la goujaterie de Gargamel qui finit par mettre Margot hors d’elle. C’est en pleine colère qu’elle retourne à l’herboristerie où son amie Roxana découvre les méfaits du rustre et décide d’aller lui apprendre le savoir vivre. Et contre toute attente, c’est le coup de foudre pour Gargamel...

JPEG - 72.1 ko

Depuis l’album numéro 16, Thierry Culliford, qui n’est autre que le fils du grand Peyo, est au scénario des célèbres petits hommes bleus créés par son père. Et cela fait plus de 50 ans que les Schtroumpfs réjouissent petits et grands sous tous les formats possibles et imaginables, même en films live depuis 2011. On pourrait donc penser que tout a été dit qu’il va s’avérer de plus en plus difficile de trouver une histoire originale ou du moins ayant un minimum d’intérêt.

Et il y en a eu des arrivées plus ou moins saugrenues dans le monde des Schtroumpfs, toutefois avec « Les Schtroumpfs et l’Amour Sorcier », Thierry Culliford, associé à Alain Jost, a choisi de revenir aux bases et joue surtout sur le comique de situation et avec les dialogues, en limitant les artifices. A travers les cours de séduction prodigués par les Schtroumpfs à Gargamel, c’est vraiment l’humour des premiers tomes qui revient. Certes, nous nous retrouvons à plusieurs reprises dans le monde des humains, mais dans un bon vieux village moyen-ageux où les Schtroumpfs sont plus spectacteurs qu’acteurs puisque personne ne découvra leur existence fortuitement.

Le personnage de Roxana sera le fil rouge de cette aventure dont le final a des allures de contes de fées, mais surtout pour la demoiselle. Ce sera aussi une des rares fois où les Schtroumpfs vont s’associer avec ce fourbe de Gargamel, quasiment de leur plein gré. Car délivrer l’un des leurs d’une cage du sorcier est une routine.

Au dessin, nous retrouvons un fidèle parmi les nouveaux dessinateurs des Schtroumpfs : Jéroen de Coninck. Et là aussi, nous sommes dans le grand classique, aussi bien dans le respect des designs des personnages que dans celui des décors, ni trop vides, ni trop fournis. Les vieux lecteurs se retrouvent parfaitement dans ce style fidèle au trait de Peyo, qui a aussi le don de séduire les plus jeunes.

Allez, ce nouveau tome des Schtroumpfs montre que les petits hommes bleus n’ont pas perdu une ride et que l’on prend toujours plaisir à lire une de leurs aventures.


(T32) Les Schtroumpfs et l’Amour Sorcier
- Série : Une histoire des Schtroumpfs de Peyo
- Scénario : Alain Jost, Thierry Culliford
- D’après les personnages de : Peyo
- Dessin : Jéroen de Coninck
- Couleur : © Nine Culliford
- Éditeur : Le Lombard
- Dépôt légal : 4 avril 2014
- Format : 222x295 mm
- Pagination : 48 pages couleurs
- Numéro ISBN : 9782803634156
- Prix public : 10,60 €


© Jéroen de Coninck - Le Lombard


Frédéric Leray
25 avril 2014






JPEG - 29.3 ko



JPEG - 36.4 ko



JPEG - 36.1 ko



JPEG - 33.8 ko



WebAnalytics