YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Resident Evil, Marhawa Desire (T5)
Naoki Serizawa et Capcom
Kurokawa

Chris et Ricky se retrouvent face à Nanan, la source du biovirus qui transforma tous les élèves en zombies. Seulement, Nanan est particulière. Entre ses tentacules et le gaz qu’elle propage pour transformer tous ceux qui osent l’approcher, même un combattant aguerri comme Chris se retrouve en danger. Pendant ce temps, Ricky est à la merci de la mystérieuse femme à la capuche. Mais contre toute attente, Nanan le protège ou plutôt se le réserve. L’enjeu est de taille. S’ils respirent le gaz contenant le biovirus, tout est fini pour eux. Dans une situation critique, la rapidité d’esprit de Ricky devient un précieux atout. En observant la configuration de la salle, le jeune homme découvre le moyen providentiel de retirer à Nanan sa terrible arme.



S’étant débarrassé de Nanan, le groupe de Chris peut enfin s’apprêter à quitter l’île. Seulement, Bindi a atteint une mutation extrême la faisant ressembler à un insecte géant sorti du pire des cauchemars. Une course contre la montre pour atteindre l’hélicoptère de l’école commence pour les quatre survivants. Ricky ne peut s’empêcher de penser que ce monstre est aussi cette jeune fille qui ne le laissait pas indifférent. Et s’il était encore possible de la sauver... Difficile d’y croire vu l’état avancé de sa transformation. Dans sa folie, la créature a récupéré les restes de Nanan comme pour fusionner avec celle qui est la source du virus. Pour Chris, leur chance de s’en tirer dépend de leur rapidité à décoller et s’éloigner du danger. Mais la créature ne semble pas accepter de les laisser partir en paix.

JPEG - 57.7 ko

Final de la mini-série « Resident Evil, Marhawa Desire », ce tome 5 ne fait pas dans la dentelle. Ce ne sera que combats et action pure et dure durant près de 200 pages. Pas grand chose à dire sur le scénario qui n’a plus rien à nous apprendre. La seule question restant encore à élucider est : qui sortira vivant de ce cauchemar ? Bon, les joueurs de « Resident Evil 6 » ont déjà certains noms en tête. Mais pour les autres, le suspense est préservé jusqu’à l’ultime chapitre. Bon, difficile d’en dire plus sans gâcher la surprise. En tout cas, un suspense sera bien gardé : l’identité de la femme mystérieuse. Là encore, l’idée est évidemment de donner envie de tester le jeu vidéo car, rappelons-le, à la base, cette mini-série est une promotion du jeu et non du film qui ne restera pas dans les mémoires.

Allez, encore une fois, tout réside dans les dessins. Sans scénario, il faut bien se rabattre sur le graphisme et là, il faut bien avouer que les cinq tomes furent un vrai plaisir. Les monstres s’en sortent très bien et le dynamisme des planches laisse ce tome se faire dévorer avec délectation. Les tentacules volent dans tous les sens, les cadavres vont encore pulluler surtout que, qui dit final, dit grand nettoyage de printemps. Comme toute bonne série d’horreur, la fin sera dédiée au devenir des survivants et à une petite scène digne des films de genre. Du classique mais bien évidemment attendu par les amateurs avertis. La série aura donc offert, peut-être trop logiquement, tous les éléments et les détails attendus par les fans du jeu vidéo. Mais sa qualité graphique aura aussi attiré l’attention d’autres amateurs d’horreur, sans besoin d’être un expert de la saga.

« Resident Evil, Marhawa Desire » aura rempli son contrat et c’est tout ce qu’on lui demandait.


Resident Evil, Marhawa Desire (T5)
- Scénario : Capcom
- Dessin : Naoki Serizawa
- Traducteur  : Xavière Daumarie
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 128 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 160
- Numérotation ISBN : 2-351-42951-6
- Date de Parution : 13 mars 2014
- Prix public : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Resident Evil, Marhawa Desire (T1)
Resident Evil, Marhawa Desire (T2)
Resident Evil, Marhawa Desire (T3)
Resident Evil, Marhawa Desire (T4)


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés


Frédéric Leray
22 mars 2014






JPEG - 30.6 ko



JPEG - 37 ko



JPEG - 34.1 ko



JPEG - 37.3 ko



WebAnalytics