YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Protectorat de l’Ombrelle (le), tome 2 : Sans Forme
Gail Carriger
Le Livre de Poche, Orbit, roman (USA), bit-lit victorienne, 444 pages, avril 2013, 7,10€

Alexia Tarabotti, devenue lady Maccon et muhjah de la reine Victoria, fait face ce soir-là à une fâcheuse accumulation de contrariétés : son mari est parti en courant pour le BUR après avoir hurlé dans tout le château, une troupe de soldats loups-garous revenus des Indes installe son campement sur les pelouses de Woolsey, et alors qu’elle est déjà en retard, sa meilleure amie Ivy vient lui annoncer ses fiançailles ! La cerise est sur le gâteau lorsque le commandant Channing Channing la confond avec une gouvernante et la traite un peu très vulgairement à son goût ! Avec tout ça, elle tarde à découvrir ce qui a mis son époux hors de lui : on ignore pourquoi, mais les surnaturels d’une partie de Londres viennent de perdre leurs pouvoirs. Si Alexia peut provoquer ce genre de chose par le contact, qu’est-ce qui peut affecter un aussi grand territoire ? Un virus, une arme nouvelle ? Le club Hypocras serait-il de retour ? Alexia la muhjah sans âme va donc enquêter.



Sur le conseil, laconique, de son mari, Alexia se rend d’abord chez la scandaleuse modiste française, Mme Lefoux (qui s’habille en homme !), qui s’avère également inventrice à la pointe de la technologie : le comte lui a fait réaliser pour son épouse une nouvelle ombrelle plus truffée de gadgets que cela ne semble possible. Et en plus, elle protège du soleil !
Très vite, Alexia soupçonne madame Lefoux de jouer double jeu, voire triple. Soupçons confirmés lorsqu’elles se retrouvent sur le dirigeable pour Glasgow. Car lord Maccon a quitté Londres pour rejoindre l’Ecosse et le chateau de Kingair, où vit son ancienne meute, qui vient de rentrer des Indes avec le reste des troupes. C’est l’occasion pour Alexia de lever le voile (enfin, d’essayer, vu la difficulté de faire parler son mari et sa capacité à lui de la faire rapidement taire...) sur le passé de Connall, et notamment les circonstances qui entourent son départ de la meute de Kingair, avant qu’il ait pris la place d’Alpha de Woolsey. Les révélations seront nombreuses et édifiantes, mais Alexia, en lady, sait faire preuve de retenue, et en ancienne vieille fille, sait répondre du tac au tac et clarifier une situation en peu de mots, bien choisis et pas forcément aussi délicats que la bonne société le souhaiterait.

Les rebondissements sont nombreux, l’intrigue pleine de fausses pistes et d’hypothèses erronées, en raison du nombre de suivants d’Alexia dans cette escapade écossaise : outre la troublante et sulfureuse Mme Lefoux, Alexia se coltine Angélique, sa bonne française qu’elle a « héritée » de la ruche de Westminster -et qui semble connaître Mme Lefoux, et joue peut-être aussi sur deux tableaux-, Ivy et ses chapeaux, Tunstell, le porte-clés de son époux, en guise de garde du corps - quand il ne fait pas la cour à Ivy, pourtant officiellement fiancée ! - et, le pompon, sa sœur Félicité, une vraie peste, que sa mère lui a collée dans les pattes, et qui passe son temps à allumer Tunstell pour rendre Ivy jalouse (en fait, à allumer tous les mâles, humains ou surnaturels). Difficile de mener une enquête dans ces conditions !

Gail Carriger signe un excellent second volume, d’un rythme toujours effréné, où les différents éléments de son univers sont toujours très bien dosés : du steampunk et du fantastique, une solide et réelle intrigue, les carcans bien ou mal supportés de la bonne société victorienne et une sensualité décomplexée, mais dont les conséquences inattendues retomberont lourdement sur les épaules de l’héroïne en fin de volume. Du coup, on ne peut pas rester dans le doute, il faut se jeter sur « Sans Honte » !


Titre : Sans Forme (Changeless, 2010)
Série : Le Protectorat de l’Ombrelle (the parasol protectorate), tome 2/5
Auteur : Gail Carriger
Traduction de l’anglais (USA) : Sylvie Denis
Édition originale : Orbit, 2011 (épuisée)
Couverture : Stefan Hilden
Éditeur : Le Livre de Poche
Collection : Orbit=field_tags%3A298]
Site Internet : page roman (site éditeur)
Numéro : 32951
Pages : 444
Format (en cm) : 17,8 x 11 x 2
Dépôt légal : avril 2013
ISBN : 9782253169710
Prix : 7,10 €


Le Protectorat de l’Ombrelle :
- 1. Sans âme
- 2. Sans forme
- 3. Sans honte
- 4. Sans coeur
- 5. Sans âge


Nicolas Soffray
15 mars 2014






JPEG - 30.3 ko



WebAnalytics