YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

32 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Monde Sans Fin (Un)
Sean Russel
Septembre 2005, L’Atalante, 576 pages, 23 €


Tristam Flaherty, jeune naturaliste de talent, est nommé responsable de l’arboretum du palais royal. En fait, il doit relancer la culture exsangue d’une plante venue d’un autre continent et qui dépérit peu à peu. Il faut dire que la foliée royale, puisque tel est son nom, produit une graine qui, convenablement traitée, donne un médicament, seul capable de maintenir le Roi de Farreterre en vie. Or, de ce médicament, les tocks s’épuisent et le Roi se meurt...
Ce que Tristam Flaherty ne sait pas encore mais va deviner peu à peu, c’est que les factions s’affrontent dans l’ombre et que tout le monde ne tient peut-être pas à ce qu’il découvre le moyen de revitaliser la culture de cette plante miraculeuse.
Paradoxalement, alors qu’il commence à dénouer les fils de la connaissance, Tristam est envoyé en mission scientifique et exploratoire, loin, très loin, sur des mers étrangères.
Mais en ces temps matérialistes et logiques où les théories “empiriques” (n’est vrai que ce qui est prouvé par une expérience dûment constatée) dominent les affaires du royaume de Farreterre, il se pourrait bien que notre jeune naturaliste comprenne que la magie est encore de ce monde, bien plus puissante et vivante qu’il ne l’a jamais supposé...

Certains romans savent vous saisir au col grâce à des scènes d’actions trépidantes, d’autres avec un suspense haletant, vous poussent à tourner les pages dans l’urgence. « Un Monde Sans Fin » de Sean Russel ne joue pas dans cette catégorie. Extrapolation intelligente et plutôt fine s’aventurant sur les chemins d’un monde qui aurait pu être, l’intrigue se développe petit à petit.
L’auteur l’avoue, son but était d’imaginer ce qu’il serait arrivé si ce bon vieux Darwin avait découvert au bout de son voyage, non pas les racines de sa théorie de l’évolution, mais des îles où la magie affirmait son omniprésence sur les affaires de l’univers.
Ajoutant à sa théorie intrigante, sa passion de la voile et des connaissances d’érudit sur tout ce qui touche au monde de la botanique, le maître de l’aventure procède alors par petites touches : longues descriptions, dialogues ciselés, fouille approfondie de la psychologie des personnages, etc,. Le roman est donc autant d’ambiance que d’aventure.
On prend le temps d’y découvrir un vignoble, de déguster quelques grands crus, d’apprécier la beauté de quelques courtisanes ou de savourer de nombreuses joutes oratoires.
Alors oui, par moments, on se demande bien où tout cela va nous mener. On se surprend à penser qu’une petite séquence d’action supplémentaire serait la bienvenue. Mais on s’habitue et on laisse couler. Diantre, il y a tant à voir, à apprendre que tout d’un coup, on n’est plus pressé.

Le vent peut alors gonfler les voiles, les embruns fouetter la coque du navire, le soleil se lever sur des îles lointaines, les ruines d’anciennes cités oubliées murmurer leur chant magique sur les ailes du vent, nous suivrons Tristam Flaherty dans sa quête.

« Un Monde Sans Fin » étonne par son style résolument tourné vers le passé avant de convaincre et de séduire par la grâce d’un écrivain, Sean Russel, maîtrisant parfaitement le rythme de son histoire.
On attend la suite, « Une Mer Sans Rivage », en espérant y retrouver les mêmes ingrédients. Un roman d’une grande intelligence où les trépidations contemporaines se font fort heureusement oublier. C’est heureux.

Stéphane Pons

Titre : Un Monde Sans Fin (World Without End, 1994)
Auteur : Sean Russel
Traduction (de l’Anglais) : Lionel Davoust
Couverture : Beet (illustration)
Collection : La Dentelle du Cygne
Pages : 576
Format (en cm) : 14,5 x 20 x 3,5 (broché)
Éditeur : L’Atalante, 11 &15, rue des Vieilles Douves, 44000 Nantes (tél : 02 40 89 14 41 - télécopie : 02 40 47 56 69)
Site internet éditeur : http://www.editions-l-atalante.com & Sean Russel
Site internet sur l’auteur (en anglais) : SF Site sur Sean Russel
Diffusion France : Harmonia Mundi (Belgique : Caravelle - Suisse : Zoé - Canada : Dimédia)
Dépôt légal : septembre 2005
EAN : 9 782841 723140
ISBN : 2-84172-314-3

Prix : 23 €



Stéphane Pons
13 novembre 2005







JPEG - 14.7 ko