YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Scumbag Loser (T1)
Mikoto Yamaguti
Ki-oon

Masahiko a une passion peu avouable : il prend en photos les pires vermines l’entourant, de la raclure léchant les bottes de ses supérieurs au pédophile. Chacun a une odeur particulière qui le définit pour Masahiko. A l’école, le dernier des ratés s’appelle Yamada. Un gros porc puant qui se laisse humilier par les plus forts que lui. Seulement un jour, Yamada montre la photo de sa petite amie. Si cela s’avère vrai, la conclusion s’impose : Masahiko est devenu le pire raté de l’école. En fait, hormis la propreté, Masahiko ressemble beaucoup à Yamada. Il ne lui reste alors qu’une seule solution : déclarer à tout le monde qu’il a lui aussi une petite amie. Mais quand les autres élèves leur demandent de prouver leurs dires, tout se complique... Sauf que le lendemain, la dite petite amie arrive comme nouvelle élève dans sa classe et confirme ses allégations.



Depuis son enfance, Masahiko est amoureux d’Haruka, alors quand il lui faut choisir une petite amie, c’est sur elle que porte son choix. Mais cette dernière est partie depuis longtemps alors la voir de retour et s’afficher avec lui est assez incroyable. Non, c’est en réalité impossible car en fait, Masahiko connait un terrible secret à propos de la jeune fille : elle est morte il y a cinq ans. Alors qui est celle qui se fait passez pour Haruka ? Quand Masahiko lui avoue connaitre son secret, cela ne la trouble pas vraiment. Au contraire, elle semble prendre un malin plaisir à savoir que Masahiko connait la vérité. Mais cela ne chance rien au fait qu’il veut la garder comme petite amie. Toutefois, elle va lui imposer une condition : tous les mercredis, il doit lui faire connaitre un de ces losers qu’il aime tant observer. Ce qu’elle va en faire ? Mieux vaut qu’il n’en sache rien car qui sait, peut-être n’est-elle pas humaine ?

JPEG - 52.2 ko

« Scumbag Loser » est la première série parue en France de Mikoto Yamaguti. Un triptyque dont la trame paraissait alléchante : un gros loser s’invente une petite amie qui apparaît réellement le lendemain. Très vite, le lecteur comprend que cette dernière n’a rien d’humaine, surtout que Masahiko, l’anti-héros, sait pertinemment que la véritable Haruka est morte. Pour le pauvre garçon, c’est une descente en Enfers car la demoiselle lui impose de lui fournir toutes les semaines une raclure de la société pour s’en nourrir et le remplacer. Entre « Les Envahisseurs » et « Les Profanateurs de Sépultures », le scénario de Mikoto Yamaguti est sans complaisance pour son personnage principale. En fait, très peu de protagonistes ont la faveur du mangaka, hormis peut-être la jeune Chihaya Sato qui finira très mal.

Car l’histoire s’avère très pessimiste avec un Masahiko prêt à toute les dégradations pour échapper à son triste sort de roi des ratés, Haruka, cette créature se nourrissant de faibles pour repeupler la terre... mais pourquoi ? Quel est vraiment le but de cette créature ? Mikoto Yamaguti n’apportera évidemment pas toutes les réponses dès son premier tome qui a une étrange particularité : il aurait pu ne pas avoir de suite. Car le final de Mikoto Yamaguti est digne des très bons films d’horreur, se suffisant en lui-même, clôturant le calvaire de son personnage. Mais le mangaka n’en avait pas encore fini avec cet univers particulièrement sombre et malsain. Toutefois, le spoiler du tome suivant laisse assez dubitatif...

Graphiquement, le mangaka montre un vrai talent pour le style seien. Certes, ce n’est pas parfait, les traits de Haruka ne sont pas toujours bien réguliers au point que parfois, on se demande s’il s’agit du bon personnage, mais Mikoto Yamaguti a choisi un dessin compliqué, avec des décors aussi fouillés que ses personnages. Il parvient à trouver la bonne mesure pour montrer le côté terrifiant des créatures sans toutefois leur donner un design trop reconnaissable pour leur donner un véritable nom ou de savoir d’où elles viennent.

« Scumbag Loser » a rempli sa mission : surprendre et satisfaire chez son lecteur une soif de malsain et de nauséabond que l’on adore sur la Yozone.


Scumbag Loser (T1)
- Auteur : Mikoto Yamaguti
- Traducteur  : JeanBenoit Silvestre
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 212 pages
- Date de parution : 12 septembre 2013
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-573-3
- Prix : 7,90 €


A lire sur la Yozone :
Les sacs à merde débarquent chez Ki-oon !


© Mikoto Yamaguti / SQUARE ENIX CO., LTD.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
15 septembre 2013






JPEG - 25.9 ko



JPEG - 27.1 ko



JPEG - 28.6 ko



JPEG - 22 ko



WebAnalytics