YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Bifrost n°71
Rédacteur en Chef : Olivier Girard
Revue, n°71, science-fiction, nouvelles – articles – entretiens - critiques, juillet 2013, 192 pages, 11€

Du fait de l’interview fleuve sous la houlette de Richard Comballot, le dossier Michel Pagel se résume à une nouvelle, à l’interview et à une bibliographie, ce qui donne une impression de trop peu.
Ces derniers temps, nous étions habitués à un ou deux articles sur l’intéressé, à des chroniques d’une sélection d’ouvrages. Bref, la nette impression d’en avoir plus.
L’entretien couvre à lui seul 44 pages. Il fait le tour de la carrière de Michel Pagel qui jette un œil sans complaisance sur ses débuts. À la fin, les questions tournent en rond (défaut assez récurent de ces interviews fleuve) et n’apportent rien à l’ensemble qui aurait mérité d’être raccourci. Toutefois, ne boudons pas notre plaisir, car c’est une mine d’informations.



Avec “Cosplay”, on peut dire que Michel Pagel nous gâte. Le monde a bien changé, les personnages de fiction, les jouets, tels Barbie, Superman... sont devenus des valeurs étalon, les seuls moyens de s’élever dans la société. Chacun se choisit une nouvelle identité, d’après celui ou celle qu’il a choisi d’incarner. Plus il se rapproche du modèle, plus il monte dans la hiérarchie. Tristan Zorro sacrifie aussi à cette mode, mais il a choisi de lutter, de ne pas chercher à tout prix l’avancement.
Michel Pagel possède un indéniable talent de conteur qui nous happe d’emblée. Comme l’idée s’avère originale, on ne peut qu’être séduit par “Cosplay” qui illustre à merveille les propos de Michel Pagel : une bonne histoire, des personnages bien campés, plutôt qu’un style à tout casser et servant à pallier à la pauvreté de l’ensemble.

En mot de fin, il est à noter qu’il a été mis en ligne un Guide de lecture paradoxal, reprenant des chroniques d’ouvrages de l’écrivain, parues précédemment dans « Bifrost ».

Les deux autres textes au sommaire sont du même tonneau, à savoir très bons.
Thierry Di Rollo est un habitué (quatrième apparition depuis le numéro 61). Des quêteurs retracent le déroulement d’un accident sur un cargo spatial. Pour ce faire, ils ramènent à la vie les traces résiduelles des membres d’équipage. Après expertise, ces holums sont effacés.
Deux parties distinctes se succèdent. On rentre dans “Le choix du quêteur” à travers les derniers moments du cargo, ne servant finalement que de prétexte au véritable propos : que sont vraiment ces holums ? Que ramènent à la vie leurs manipulations ? Après 50 ans de carrière, un quêteur a forcément un avis sur la question.
L’ensemble est intelligent et très bien mené.

Voilà longtemps que Paul J. McAuley a un peu disparu de l’édition française. Avec “L’homme”, il signe un beau retour. L’idée générale n’est pas sans rappeler le texte de Thierry Di Rollo. Sur une planète aux conditions difficiles, une femme vit des petites trouvailles qu’elle effectue sur la plage. Une nuit, elle recueille un homme nu et perdu. Qui est-il ? Mystère. En tout cas, il l’aide bien dans ses recherches, ce qui attire immanquablement l’attention du caïd du coin.
La réelle identité du voyageur perdu est longtemps cachée, une grande partie du charme de cette nouvelle réside dans celle-ci, car l’homme intrigue. Ses dons poussent celle qui l’a recueilli vers une certaine aisance. Mais le succès dérange, on n’aime pas voir autrui réussir.
Sans une débauche de moyens, juste avec une intrigue prenante et bien ficelée, centrée sur l’humain, McAuley assure le maximum.
Cette parution dans « Bifrost » devrait être suivie d’autres, ce dont on ne peut que se féliciter.

La partie Critiques est toujours aussi étoffée (plus de 40 pages) et Hervé Le Roux donne la parole à Taly Lefevre de la librairie L’Antre-Monde, choix qui m’a un peu étonné, car le gothique y semble roi.

À nouveau secondé par J. Sébastien Steyer, Roland Lehoucq nous donne des conseils pour survivre à une rencontre avec un extra-terrestre belliqueux. Bon, il faut pas rêver, si tel est le cas, on est mal barré !

Un très bon numéro de « Bifrost », bien servi par des nouvelles d’excellente qualité.
Lisez « Bifrost », ainsi que Michel Pagel, vous serez agréablement surpris, notamment avec les tomes de « La Comédie Inhumaine ».


Titre : Bifrost
Numéro : 71
Rédacteur en chef : Olivier Girard
Couverture : David Lecossu
Type : revue
Genres : SF, études, critiques, nouvelles, entretiens, etc.
Sites Internet : le numéro 71, la revue (Bifrost) et l’éditeur (Le Bélial’)
Dépôt légal : juillet 2013
ISBN : 978-2-913039-68-1
Dimensions (en cm) : 14,9 x 21
Pages : 192
Prix : 11€



François Schnebelen
5 août 2013






JPEG - 65.1 ko



WebAnalytics