YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Alien, le Huitième Passager
Archie Goodwin & Walt Simonson
Soleil, US Comics

Deux des plus grands auteurs de comics ont conjugué leurs talents en 1979, pour transposer le film culte de Ridley Scott, « Alien », en bande dessinée. Ce roman graphique suit très précisément le scénario et les images du long métrage.



“Alien” reste une des sagas les plus importantes du 20ème siècle. L’adapter au format BD n’était donc pas une chose simple. C’est un duo d’artistes connus dans le monde du comics US qui s’y est attaqué en 1979. Archie Goodwin et Walt Simonson ont fait le pari de réussir cet exploit.

JPEG - 132.3 ko

Le travail semblait plus aisé pour le scénariste A. Goodwin. Il lui suffisait de reprendre ligne par ligne le scénario du long métrage. Mais comment faire tenir en 64 pages une histoire de plus de deux heures ? Il lui a fallu couper à la serpe et ne conserver que l’essentiel. Après lecture, il semble que tous les faits capitaux soient bien présents et pourtant, un sentiment de platitude nous envahit dès la dernière planche. Pourquoi ?
Après une petite réflexion, il apparaît vite évident que la magie du film n’était pas dans le seul récit. Aucune scène importante n’a été oubliée et pourtant, ce sentiment de vide ne nous quitte pas.
Une question hante alors notre esprit : le film ne se résumait-il donc qu’à cela ?
Non, l’évidence nous saute aux yeux.

JPEG - 96.5 ko

Dans cette adaptation, il manque une chose primordiale : l’ambiance. C’est là que réside le vrai succès du film. Ridley Scott a su nous plonger dans un état d’angoisse permanent durant plus de 120 minutes, notre cœur ne cessait de battre la chamade et même aujourd’hui, l’alchimie marche encore, si ce n’est les trois ou quatre effets spéciaux désuets de nos jours. Cette anxiété est totalement inexistante dans la version BD.
La pente était donc trop raide pour A. Goodwin.

JPEG - 87.7 ko

Finalement, le travail le moins pénible était peut-être celui de Walt Simonson au dessin. Il a lui aussi tenté de coller aux images tirées du 7ème art, en suivant les découpes à la hache faite dans l’histoire.
Fallait-il que son dessin permette de reconnaître les personnages, le monstre, les décors etc.?
Pour ma part je pense que oui.
Y-est-il parvenu ?
À peu près dirons-nous. En faisant un petit effort, ses personnages sont quasi identifiables. Le décor a, quant à lui, un rendu plus probant.
Mais pour l’Alien, là le bât blesse. On constate un manque récurrent de constance dans ses proportions et dans l’ensemble, elle manque cruellement de mordant (un comble pour une bestiole qui possède deux mâchoires).

JPEG - 176.4 ko

L’atmosphère pesant n’est bien sûr pas au rendez-vous, le scénario « télégraphique » ne laissant pas le temps au visuel de s’imposer. Petite cerise sur le gâteau, lors de la scène finale, l’Alien se prend une flèche d’un pseudo harpon en pleine poitrine (jusque-là normal) et nous éclabousse l’ensemble de la planche d’une magnifique giclée de sang... ROUGE !
No comment !

JPEG - 117.5 ko

Les fans de la saga seront inévitablement déçus par cette plate adaptation. Les deux artistes n’ont pas su franchir tous les obstacles pour nous délivrer une copie digne de l’original, ou peut-être n’en avaient-ils pas les moyens.
On ne s’attaque pas au Mont Blanc en baskets....


[Alien, le Huitième Passager> http://soleilprod.com/album/2661]
- Scénario : Archie Goodwin
- Dessin : Walt Simonson
- Couleur : collectif
- Éditeur : Soleil Prod.
- Collection : US Comics
- Dépôt légal : 3 avril 2013
- Pagination : 64 pages couleurs
- ISBN : 978-2-302-02461-8
- Prix public : 16,95 €


Illustrations © Walt Simonson et Soleil Prod. (1979 - 2013).



Bison 13
1er juillet 2013






JPEG - 75.9 ko



JPEG - 72.8 ko



JPEG - 99.8 ko



JPEG - 99.3 ko



JPEG - 100.6 ko



JPEG - 69.4 ko



JPEG - 81.1 ko



WebAnalytics