YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Blue Estate (T2)
Viktor Kalvachev
Ankama - Hostile Holster

Ah Hollywood... Oups, je vous l’ai déjà faite celle-là. Et pourtant, nous revoila dans la cité des anges, ayant toutefois un fort accent russe comme cette Vassilisa. Cette dernière est convaincue avoir un talent d’actrice, mais son seul talent est d’être la petite amie du mafieux Vadim Razov. Et il n’est pas vraiment de très bonne humeur, l’ami Vadim, et peu importe que sa blondinette joue comme une quiche, elle aura son film tout comme Alyosha a droit à sa séance de torture. Il a quand même amené les flics un peu trop près de lui et cela est impardonnable. Alyosha va lui cracher toute la vérité, même s’il doit l’inventer et Vassilisa aura son nom en bas de l’affiche du dernier Traque Mortelle.



Comme toujours, Rachel Maddox oublie sa vie pourrie dans une bouteille de bourbon. Mais au détour d’une conversation, elle découvre un moyen de piquer le pognon de son enfoiré de mari, le célèbre acteur sur le déclin Bruce Maddox. Mais Rachel n’est pas la reine de la discrétion et loin d’être une espionne version Lara Croft. Et voila Bruce qui lui tombe dessus. Seulement, une idée machiavélique germe dans son cerveau atrophié par les hormones. Pendant ce temps, le frère de Rachel s’est mis dans une merde noire ! Il faut dire, quelle idée stupide de vouloir refourguer à ce psychopathe de Tony une maison bouffée par les termites ! Que croyait-il ? Qu’il lui ferait simplement de plates excuses ? C’est mal connaitre le mafioso et le voila obligé de demander un coup de main à sa soi-disant richissime frangine...

JPEG - 42.8 ko

« Blue Estate » nous avait surpris avec un premier tome pourvu de ce ton politiquement bien incorrect, qui nous ramenait dans ces bons vieux polars mais version Cité des Anges. Malheureusement, l’effet de surprise ne se reproduit pas avec ce deuxième opus qui ne parait être que la continuité du premier. On retrouve ici le couple d’acteurs sur le déclin passant le temps à se déchirer, mais cette fois, ils se retrouvent entraînés dans des histoires connexes qui pourraient bien tout changer dans leur relation. Les trahisons et les jeux de rôles se succèdent, Rachel et Bruce se détruisant par mafieux interposés. Le lecteur suit donc l’histoire, sa curiosité toujours titillée par le style percutant de Yanev et Osborne. Toutefois, l’atmosphère est passée clairement un cran en dessous du premier tome, moins lourd, moins suintant de la sueur crasse de cet univers glauque à souhait. On en finissait presque par oublier notre fil rouge, ce détective raté qui se fait embaucher par Bruce pour suivre sa femme.

Les dessins restent toujours aussi torturés, comme ce pauvre Alyosha. Les personnages ont toujours de vraies gueules qui les rendent inoubliables, mais là aussi, la surprise est passée et le lecteur s’habitue, peut-être inconsciemment, à voir des cases d’une grande qualité visuelle, se partager les planches avec d’autres plus basiques. Avec un peu d’attention, le lecteur découvre les différences de coups de crayons des dessinateurs se partageant les pinceaux de ce tome. Mauvais signe, diront certains, car cela signifie que l’attention n’est plus sur le scénario. Mais ce serait là un jugement trop hâtif. Car si le niveau peut paraître inférieur au premier, ce « Blue Estate » n’en demeure pas moins un toujours agréable polar, style qui s’avère finalement plutôt rare.

Allez, « Blue Estate », même sans la découverte de l’univers de Viktor Kalvachev, reste une bonne série, mais qui va devoir confirmer dans les prochains tomes.


Blue Estate (T2)
- Créé par : Viktor Kalvachev
- Scénario : Kosta Yanev et Andrew Osborne
- Dessin et couleurs : Toby Cypress, Nathan Fox, Robert Valley et Viktor Kalvachev
- Éditeur : Ankama
- Collection : Hostile Holster
- Dépôt légal : 19 avril 2012
- Format  : 197x285 mm
- Pagination : 80 pages
- Numéro ISBN : 978-2-35910-298-7
- Prix public : 13,90 €


A lire sur la Yozone :
Blue Estate (T1)


© Editions Ankama - Tous droits réservés


Frédéric Leray
3 juin 2013






JPEG - 18.9 ko



JPEG - 31.9 ko



JPEG - 33.6 ko



JPEG - 20.8 ko



WebAnalytics