Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




City Hall (T3)
Guillaume Lapeyre et Rémi Guérin
Ankama-Kuri

L’exposition universelle, un événement majeur pour la ville de City Hall mais aussi un podium sans pareil pour ce fou furieux de Black Fowl. Dorénavant secondé par Mary Shelley et son monstre Victor, il s’apprête à réaliser un coup d’éclat, tout en profitant de l’occasion de se venger de Pierre Verne, son prisonnier refusant de lui révéler l’information cruciale qui lui permettrait de devenir immortel. De son côté, Jules Verne prépare sa contre-attaque. Au cours de leur pérégrination dans les sous-sols de la ville, ils font la rencontre d’un jeune journaliste, grand colporteur de la théorie du complot : George Orwell. Toutefois, ce dernier pourrait leur être très utile pour arriver sur le site de l’exposition avant qu’il ne soit trop tard.



Une pluie de papier ! Telle était donc la surprise que réservait Black Fowl aux autorités. Mais pire que cela, il révèle aux yeux de tout le public présent, la terrible vérité concernant ce matériau. Un vent de panique s’empare de la foule mais le maire Malcom Little était préparé à cette panique. L’équipe du Nostromo est prête à intervenir et arrêter le psychopathe masqué. Toutefois, d’autres témoins ne sont pas pour une méthode si chirurgicale : Abraham Lincoln, présent dans le public, décide d’éliminer tous les témoins de la scène et demande à son âme damnée, HP Lovecraft, d’utiliser ses pouvoirs d’écrivain pour détruire le site de l’exposition. Entre la créature créée par Fowl, le monstre à tête de poulpe généré par Lovecraft et l’être mécanique barrant le chemin de l’équipe de Verne, le chaos s’installe dans la ville.

JPEG - 45.3 ko

Ce troisième tome de « City Hall » clôt le premier cycle de la série dans une scène épique digne d’un film de Michael « explosion ! » Bay. En guise de grand final, les deux auteurs nous offrent un méga grand n’importe quoi où les guest stars et les références à ne plus où donner de la tête s’entrechoquent. On en vient à se demander s’ils n’ont pas mis toute l’énergie du désespoir dans ce tome au cas où il s’agirait du dernier. Et pourtant, les dernières pages de ce tome sont en fait l’introduction au deuxième cycle, avec la révélation de l’identité de Fowl.

Mais avant d’en arriver là, Lapeyre et Guérin vont se déchaîner au premier sens du terme. Le chaos que leurs personnages vont semer emporte avec lui le lecteur. Attention, loin de moi l’idée que ce tome n’est pas structuré, bien au contraire, mais il s’avère en fait trop riche en références diverses pour qu’une seule lecture soit vraiment suffisante pour tout bien discerner. Je dirai même que deux lectures sont en fait nécessaires pour pouvoir vraiment savourer ce tome.

La première sera dite basique : le lecteur ne s’attache qu’à l’histoire et suit le récit de cette fin de cycle sans s’arrêter aux détails, ne se focalisant que sur les multiples révélations sur l’identité réelle de bien des personnages et la levée de voile sur tous leurs secrets ou presque. La seconde lecture s’accrochera à la multitude de détails et de références qui foisonnent dans ce tome. Il y a évidemment une nouvelle fournée de personnages célèbres, des politiciens comme Abraham Lincoln aux écrivains comme HP Lovecraft ou George Orwell, mais aussi des personnages de l’imaginaire collectif comme Helen Ripley. Ensuite, il y a tous ces petits détails savoureux comme notre bon vieil éléphant du Royal De luxe (un peu de chauvinisme nantais ne fait pas de mal) ou encore un T-Fighter. On sent que les deux auteurs ont pris un plaisir de gamins à agrémenter leur récit de ces petits plus qui attirent inévitablement l’attention du lecteur averti. Et cela marche, bien évidemment, moi-même faisant partie de cette catégorie de lecteur qui adore triturer une BD dans tous les sens pour en extraire un maximum de ses références.

Toutefois, si certains prendront un réel plaisir à décortiquer ce tome 3 de « City Hall », d’autres le trouveront certainement trop touffu, voire un rien indigeste. Mais à chaque lecteur de se faire sa propre appréciation.


City Hall (T3)
- Auteur : Guillaume Lapeyre, Rémi Guérin
- Éditeur : Ankama
- Collection : Kuri
- Format : 130x180 mm
- Dépôt légal : 18 avril 2013
- Pagination : 192 pages
- Numéro ISBN : 978-2-35910-382-3
- Prix public : 7,95 €


A lire sur la Yozone :
City Hall (T1)
City Hall (T2)


© Editions Ankama - Tous droits réservés


Frédéric Leray
20 avril 2013






JPEG - 27 ko



JPEG - 36.9 ko



JPEG - 23.1 ko



JPEG - 34.4 ko



WebAnalytics