YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Chemins de Damas (Les)
Pierre Bordage
Au Diable Vauvert, 496 pages, 23 €


Le chemin de Damas est ici, comme dans les Évangiles, celui de la conversion radicale et de la rupture.
Sur la route principale, particulièrement difficile, avance Jemma dont la fille s’est mystérieusement volatilisée. Jemma quitte le confort de sa résidence parisienne ultra-sécurisée, pour suivre vers la Syrie, Luc, un ex-journaliste dont elle ne sait rien. Lui seul émet une hypothèse innovante sur les disparitions d’enfants, de plus en plus fréquentes.
Mais d’autres chemins, moins directs, mènent aussi à leur Damas : Louis, Cora, Mathilde, Jacques, Maud, Anne-Rose, Barnabé, Matthieu, Madeleine, André... et bien d’autres, tous reliés au sein de réseaux plus ou moins ténus, finissent aussi par basculer, comme autant de petits dominos, comme des pions insoumis sur l’échiquier complexe du monde.

Tous ces parcours d’hommes et de femmes se déroulent dans un futur troublant de proximité, où les petites et les grandes tendances en germe dans notre air du temps se sont confirmées.
Le réchauffement climatique a rapidement cédé la place à une nouvelle ère glaciaire. La guerre contre les islamistes (les « ousamas ») a eu lieu, détruisant des millions de vies, semant sur son sillage ruines et violence. L’Europe en a profité pour passer au tout libéral en démantelant son système social. Le pouvoir est aux mains des évangélistes venus d’Amérique qui imposent leur puritanisme et leur modèle familial...

De toutes les couches de la population émergent des humains, qui refusent d’attendre que la vie et les autres décident à leur place : ils étaient néantistes (des kamikazes idéologiquement indépendants), petits bourgeois, miliciens, chrétiens extrémistes, adeptes endettés de la chirurgie esthétique, clients ou patrons de bordels, SDF... et ont cru, subitement, qu’une petite aile de papillon pourrait changer le cours de la chute.

Sur les Chemins de Damas, on découvre la désolation de l’après-guerre, en même temps que l’espoir ; l’immensité de la cruauté humaine en même temps que la persistance obstinée de l’amour ; l’horreur des frontières mentales en même temps qu’une autre façon de regarder le monde.

Nul besoin d’invoquer la carrière et les prix de Pierre Bordage, pour recommander chaudement cet ouvrage de qualité tout au long duquel l’œil intransigeant de la correctrice n’a cligné que deux fois. On ressent, page après page le plaisir qui a accompagné l’écriture de Les Chemins de Damas.
L’objet-livre, pour ne rien gâcher, est agréable à regarder et à toucher ; les 496 pages de ce roman passionnant se lisent d’une traite, tant il est difficile de se détacher des personnages, de leurs histoires, et des énigmes soulevées çà et là. On lit, on dévore. On dormira après... si on peut.

Les Chemins de Damas est le dernier volume de la trilogie des Prophéties.

Voir aussi sur la Yozone :
L’Évangile du serpent
L’Ange de l’abîme

Titre : Les chemins de Damas
Auteur : Pierre Bordage
Couverture : rampazzo.com, photo : Brad Wilson/Photonica - Illustration : Olivier Fontvieille.
Nombre de pages : 496 pages
Éditeur : Au Diable Vauvert
Internet : Éditions Au Diable Vauvert
Directeur de collection : Marion Mazauric
Date de parution : 5 mai 2005
Dim : 200 mm x 130 mm x 35 mm
ISBN : 2-84626-082-6
EAN : 9782846260824

Prix : 23 €


Ketty Steward
13 septembre 2005






JPEG - 22.8 ko



WebAnalytics