YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

24 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Sabre de Sang (Le), tome 1 : Histoire de Tiric Sherna
Thomas Geha
Gallimard, Folio SF, roman (France), fantasy, 290 pages, janvier 2014, 7,40€

Les Qivhviens, peuple à demi lézard, poursuivent l’expansion de leur empire. Les Shaos viennent de tomber. Tiric Shena, petit noble shoa, contemple la défaite et jure de se venger. Réduit en captivité, il est ramené à la capitale qivhvienne pour devenir esclave. Acheté par Zua Lazpoa, la cruelle probable future impératrice de cette civilisation matriarcale, il remporte tous ses combats dans l’arène, au grand plaisir de sa maîtresse, jusqu’au ce qu’on lui oppose Kardelj Abaskar, compatriote et ancien compagnon de captivité. Les deux hommes se rebellent et finissent en prison.
Lazpoa propose de les en sortir s’ils tuent l’impératrice pour elle. Mais sa machination ne suppose pas que les deux Shaos survivent à ce forfait. Ils prennent pourtant la fuite, grâce à une Qivhvienne « sacrifiable », trainant derrière eux un étrange vieillard à demi fou. Il faut mettre le plus de distance entre eux et la nouvelle dirigeante. C’est ainsi qu’ils traversent l’empire, et ses dangers. Tiric croise la route d’une prophétesse qui lui prédit un sanglant avenir. Il y voit l’annonce de sa vengeance. Et son destin va le conduire jusqu’à une arme maudite...


Première moitié du dyptique du « Sabre de Sang », l’« Histoire de Tiric Sherna » est un coup de maître de la part de Thomas Geha.

D’abord parce que son univers est franchement rafraichissant. Une société matriarcale, une race de lézards humanoïdes, et surtout une histoire de défaite et de fuite. De la défaite initiale à son achat par Zua Luzpoa, c’est une lutte constante pour sa survie qu’entreprend Tiric. S’il retrouve un certain prestige en triomphant comme gladiateur, le coup d’arrêt est immédiat lorsqu’il refuse de combattre Kardelj. Puis vient le régicide et la fuite, la peur au ventre, peur de ce qui est à leurs trousses comme peur de l’inconnu vers lequel ils se dirigent.

Et c’est finalement là qu’on trouve toute la beauté de ce roman : dans cette odyssée dans des contrées plus ou moins hospitalières, aux dangers mal connus, et cette méfiance dont il ne faut jamais se départir. Ancien noble, Tiric doit désormais sa survie aux failles du pouvoir, aux loyautés vacillantes, aux passe-droits des pots-de-vin.

La narration à la première personne retranscrit bien la nervosité et la colère qui habitent Tiric. La présence de son compatriote Kardelj est un soulagement pour lui, un repère, même s’il fait rapidement confiance à Karzhoa, la Qivhvienne qui les guide. Il s’inquiète davantage d’Apêo, ce vieillard à moitié fou et apparemment immortel qu’ils ont sorti avec eux des geôles impériales. D’autant que sa folie semble refluer à mesure que leur périple les rapproche de son ancien chez-lui, leur refuge.

A mi-volume, Thomas Geha fait un aparté pour nous narrer la fabrication, quasi alchimique, d’un sabre maudit, trempé dans le sang de créatures mythiques, les dernières de leur espèce. Dès lors, nous, lecteurs, savons que le destin, quels que soient ses méandres, rapprochera Tiric de cette arme. Et tandis que la tension du héros-narrateur reflue, à mesure qu’ils s’éloignent de l’empire qivhvien, la nôtre monte, lentement, inexorablement, jusqu’aux dernières pages où, alors qu’une certaine paix semblait s’installer durablement, la tragédie s’accomplit. Violente. Définitive.

Du coup, le second volume, l’« Histoire de Kardelj Abaskar », devrait avoir une toute autre saveur. Y verrons-nous Tiric faire la route en sens inverse, pour accomplir sa vengeance ? J’avoue patienter, savourant quelques hypothèses et anticipant le plaisir de me replonger dans cet univers coloré, saturé de couleurs et d’odeurs inhabituelles de la fantasy, à la magie rare et surprenante (que je vous laisse découvrir).

« Le Sabre de Sang » a été un succès chez Critic, et on ne peut qu’espérer que cette réédition en poche, magnifiquement servie par une couverture de Bastien Lecouffe Deharme, achève de conquérir un large public.


Titre : Histoire de Tiric Sherna
Série : Le Sabre de Sang, tome 1/2
Auteur : Thomas Geha
Couverture : Bastien Lecouffe Deharme
Éditeur : Gallimard (édition originale : Critic, 2009)
Collection : Folio SF
Site Internet : page roman (site éditeur)
Numéro : 471
Pages : 290
Format (en cm) : 18 x 11 x 1,3
Dépôt légal : janvier 2014
ISBN : 9782070455126
Prix : 7,40 €


- tome 1 : Histoire de Tiric Sherna
- tome 2 : Histoire de Kardelj Abaskar



Nicolas Soffray
13 octobre 2014







JPEG - 29.6 ko