YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Singulier Pluriel
Lucas Moreno
Hélice Hélas, nouvelles (Suisse), multigenres, 227 pages, avril 2012, 16€/28CHF

De la SF, du fantastique... En neuf textes puissants, la Suisse s’ouvre sous un nouveau jour : cruel, violent, sombre, glacé...



J’ai tendance à écrire qu’un recueil de nouvelles doit se savourer, texte après texte, alors que je l’ai moi-même dévoré en deux temps trois mouvements, dans un mélange de bibliophagie compulsive et d’empressement à faire diminuer mon tas de livres en retard.
« Singulier Pluriel » est l’exception qui confirme la règle. La prose de Lucas Moreno, le Suisse le plus nominé de l’imaginaire que je connaisse (Grand prix de l’imaginaire, Bob Morane, Imaginales en 2009), ne peut se lire à la va-vite. Chaque nouvelle terminée, impossible d’enchaîner immédiatement, de « tourner la page » : il faut un temps pour digérer le texte et un peu plus pour se préparer à entrer dans le suivant.
Les neuf textes présentés ici ont déjà tous été publiés, mais les voir tous rassemblés dans ce bel ouvrage signé Hélice Hélas est bien agréable. Alternant SF et fantastique, chaque texte est une merveille ciselée, dont la violence psychologique est rarement exempte, ce qui nécessitera pour cela également un temps de repos entre chaque histoire.

Une constante de l’écriture de Moreno semble être la conscience. De ce que l’on est, ou n’est pas, de ce qui nous arrive, de ce qu’il advient de la part psychique de l’Homme. Ces forces spirituelles, personnelles ou étrangères, s’incarnent parfois, nous quittent ou nous possèdent, pour le meilleur ou le pire. Le corps n’est plus qu’un vaisseau, un masque, qui dissimule parfois des monstres.

Il me répugne de vous gâcher la surprise des textes, qui participe au plaisir de lecture, et ainsi, à l’image du narrateur ou du personnage central, on ignore où tout cela nous mènera.
Donc disons-en peu : “Singulier Pluriel” traite d’une étrange relation, “Le meilleur’ ville dou monde” d’un étrange village aux traditions profondément ancrées, “Shacham” traite de chamanisme. Dans “Dellamorte dellamore”, mémoire et culpabilité servent une chute qui remettra beaucoup de choses en question. “Comme au premier jour” change une délivrance en un mal plus profond, à moins que...
Cette première partie, très fantastique, n’a cessé de me faire froid dans le dos. Prédateurs, psychopathes et autres fous libérés des carcans de la société abondent, et ne donnent guère envie de visiter Genève...

La seconde partie, clairement tournée SF, était plus à mon goût. Mais les textes, du même calibre, ont tous demandé un temps de repos, de réflexion. “L’autre Moi” traite d’IA du futur et d’un potentiel voyage dans le temps, entre autres... “Demain les eidolies”, sur fond d’art, navigue dans les mêmes eaux. “Trouver les mots” décrit l’implantation d’une colonie spatiale au travers du conteur chargé d’animer les soirées. Mais le conteur se tait... Enfin, “PV” refait l’histoire du jardin d’Eden, où il s’avère parfois ennuyeux d’être Dieu.

Prenant souvent la parole, le protagoniste principal contribue à brider notre vision du monde créé par Lucas Moreno, qui diffuse avec brio les indices au compte-gouttes, à son personnage comme à nous. Une image de la Suisse du futur s’esquisse au fil des textes, mélange de technologies, de chalets traditionnels et d’immeubles de béton à l’abandon. Genève n’a rien à envier aux grandes cités européennes ou américaines, les banques aux façades rutilantes côtoyant les bas-fonds pauvres où tous les commerces sont ouverts à qui allonge la monnaie. L’avenir est fait de contrôle, de logiciels, d’IA pour les riches, mais l’être humain demeure le même, violent, brutal. À la recherche de quelque chose, d’une richesse intérieure, d’une satisfaction physique.

Un ouvrage difficile. Que je ne peux que vous conseiller. Si vous avez les tripes bien accrochées, et ne craignez ni le noir, ni les questionnements philosophiques qui vous garderont longtemps éveillé. Mais n’est-ce pas le but de Lucas Moreno, nous éveiller ?


Titre : Singulier Pluriel (nouvelles)
Auteur : Lucas Moreno
Nouvelles :
- Singulier pluriel
- Le meilleur’ ville dou monde
- Shacham
- Dellamorte dellamore
- Comme au premier jour
- L’autre Moi
- Demain les eidolies
- Trouver les mots
- PV
Couverture : Krum / www.cherryonthecakestudio.com
Éditeur : Hélice Hélas
Site internet : page roman (site éditeur)
Pages : 227
Format (en cm) :
Dépôt légal : avril 2012
ISBN : 978-2970-076612
Prix : 16 € / 28 CHF



Nicolas Soffray
17 juin 2012






JPEG - 12 ko



WebAnalytics