YOZONE
Le Cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

77 visiteurs en ce moment



Yozone LittératureCritiques

Damnés de Dana (Les), tome 1 : La Dame Sombre
Ambre Dubois
Éditions du Chat Noir, roman (France), fantastique, 308 pages, avril 2012, 19,90€

Une jeune femme se réveille en pleine nuit à côté d’un cercle de menhirs. Effrayée par une apparition, elle fuit dans la forêt avant de révéler un redoutable pouvoir. Recueillie par une tribu celte, ses cheveux et ses yeux noirs la désignent comme un démon ou une espionne romaine. Comme elle ne se souvient de rien, si ce n’est son nom, Mévéa, les soupçons à son encontre grandissent.
Heureusement, certains se prennent de sympathie pour elle, notamment Galen, un grand gaillard à la flamboyante chevelure, et l’aident à se faire accepter par le clan de l’Aigle.
La fascinante Mévéa attire aussi l’attention des vampires, et surtout du troublant Morcant, qui voit en sa personne une alliée pour repousser les envahisseurs de Rome.



Née en 1979, cette auteure de nationalité belge lit depuis l’âge de douze ans des œuvres à caractère fantastique, avec une préférence pour ceux mettant en scène des vampires. En 2007, elle publie son premier roman « Le Manoir des Immortels » chez Nuit d’Avril. Après un coup d’arrêt dû à la cessation d’activité de cet éditeur, la création des Éditions du Petit Caveau, dont elle est co-administratrice, permet l’édition des tomes 2 et 3 des Soupirs de Londres : « Le Sang d’Hécate » et « Marquise des Ténèbres ».
Sa passion des vampires n’a en rien diminué et elle nous le prouve avec « La Dame Sombre », premier volume de la trilogie Les Damnés de Dana.

La couverture très réussie nous offre une représentation de Mévéa lors d’une scène du livre. Pas étonnant qu’elle envoûte tant de monde…
Le cadre choisi par Ambre Dubois a de quoi intéresser. Le folklore du pays celte est d’une grande richesse, les Romains campent au sud du mur d’Hadrien, et, comme si cette bonne base ne suffisait pas, des vampires se greffent à l’histoire. Péché de jeunesse que de vouloir mettre trop de choses dans un roman, au risque de dérouter les lecteurs ?
Pas forcément, si l’on parvient à concilier l’ensemble, comme c’est le cas ici. L’adjonction des vampires permet de sortir du champ connu et d’élargir la palette des personnages avec Morcant, aux motivations mystérieuses.
Mévéa est tombée sous le charme de Galen, mais la présence de Morcant la trouble à chaque fois, lui faisant son petit effet. Surtout que ce dernier semble en connaître long sur ses origines. Mévéa se définit comme une jeune femme normale, alors que sa grande beauté, son apparence générale la désignent plutôt comme une Sidhe, une envoyée du peuple des Anciens à travers les cromlechs, lieu où elle s’est réveillée.

« La Dame Sombre » regorge de péripéties. Galen et Mévéa affrontent souvent le danger pour porter secours à un tiers ou encore pour découvrir le fin mot d’une légende. On ne s’ennuie pas, Ambre Dubois parvient aisément à nous distraire, à nous emporter en pays picte menacé par la toute-puissante Rome et le christianisme. Certains n’hésitent pas à écouter les belles promesses romaines et à désavouer leurs propres divinités dans l’espoir d’améliorer leur sort. Choses que Galen et Mévéa ne peuvent accepter et qui les poussent à réagir et, la plupart du temps, à foncer tête baissée.

« La Dame Sombre » se dévore, même si le roman n’est pas exempt de défauts. À l’occasion, quelques facilités ou imprécisions transparaissent. Alors que Galen et Mévéa se rendent à la caverne du Père avec un seul cheval, car l’autre a pris la fuite, c’est tout naturellement qu’ils quittent l’endroit avec les deux montures. De plus, il est difficile de croire que le groupe des trois devant passer la nuit en territoire hostile ne monte pas à tour de rôle la garde, préférant s’endormir pour mieux tomber aux mains de l’ennemi. D’ailleurs, si la fuite de Mévéa est compréhensible, l’évasion des deux autres apparait un peu grossière.
Malgré tout, ce ne sont que quelques détails ne nuisant aucunement à l’ensemble qui est vraiment très agréable à lire.

Dans ce premier volume du cycle Les Damnés de Dana, Ambre Dubois ne lève pas le voile entourant la belle Mévéa qui n’a pas fini de nous intriguer et qui aspire surtout à être traitée comme une personne normale, alors que l’on devine en elle un grand pouvoir.
« La Dame Sombre » affiche une belle ambition, nous emporte dans un passé intéressant et altéré pour nous transporter encore plus loin.

Maintenant que la guerre entre les différentes factions (les vampires, les Romains, les Pictes) est ouverte, on attend avec une certaine hâte de retrouver Mévéa dans la suite « Les Brumes du Crépuscule » en cours d’écriture.

Il est possible de se procurer ce roman directement chez les Éditions du Chat Noir.


Titre : La Dame Sombre
Cycle : Les Damnés de Dana, tome 1
Auteur : Ambre Dubois
Couverture : Véronique Thomas
Éditeur : Éditions du Chat Noir
Directrice de collection : Cécile Guillot
Site Internet : Roman
Pages : 308
Format (en cm) : 20,9 x 14,5
Dépôt légal : avril 2012
ISBN : 979-10-90627-04-8
Prix : 19,90 €


Chez le même éditeur : « Le Lamento des Ombres », une anthologie où figure également Ambre Dubois.


François Schnebelen

22 avril 2012




 
JPEG - 22.8 ko