YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Kabylie Twist
Lilian Bathelot
Gulf Stream Editeur, Courants Noirs, roman français, historique, 354 pages, février 2012, 14,50 €

Pour Richard, l’été 1960 est le moment de sa naissance. En tant que musicien pour le futur groupe de twist qui va bouleverser la scène musicale française. Mais c’est surtout l’heure de son appel pour l’Algérie.
Pour Najib, l’été 1960, c’est le cinéma, la liberté…et les bombes en Algérie.
Pour Sylvie, c’est l’amour puis la perte en Algérie.
Pour la France, c’est la guerre d’Algérie…



Pour l’anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie - « les événements d’Algérie » comme aimait les appeler le gouvernement d’alors -, les ouvrages sur ce conflit, qui au-delà de tuer des civils et des soldats de tous bords a su diviser la France et sait encore le faire aujourd’hui, commencent à paraître dans tous les coins. Certains pour rappeler les injustices, d’autres sans doute pour rappeler que c’était mieux avant. Un terrain très glissant s’il en est.

Une pente que Lilian Bathelot n’a pas hésité à prendre avec un roman choral dense et intense.

Il nous met dans la peau de ses divers personnages qui se situent de tous les côtés des barrières. Un jeune appelé du contingent envoyé dans le bourbier Kabyle, un flic pied-noir qui jongle avec la hiérarchie, un jeune arabe qui ne saura plus où se trouve son camp par amour et d’autres témoins, des hommes et femmes tout simplement, qui ont dû faire des choix malgré eux.

L’histoire nous montre l’horreur telle qu’elle est apparue dans les deux camps. Une horreur qui ne permet absolument pas d’être objectif pour un sou. Que penser lorsqu’on est français mais présent depuis plusieurs générations en Algérie, vivant a priori en bon intelligence avec les arabes, ne se posant apparemment pas de questions de valeurs, et subissant les bombes terroristes ? Que penser lorsqu’on est Algérien, vivant avec les français dans le respect, et finissant torturé par l’armée pour un soupçon de collaboration avec l’ennemi du FLN ?

Lilian Bathelot ne donne pas de réponse car c’est impossible. Parfois on le croirait pencher dans un sens, mais ce sont ses personnages qui vivent et réagissent en fonction des événements. Et quelles que soient leurs pensées, ils ont tous soufferts d’une manière ou d’une autre de l’horreur de cette guerre.

Comme dans tous ces récits, où est le bien, où est le mal, même si on peut s’en faire une certaine idée en analysant un peu l’histoire. Mais surtout, comment réagirions-nous face à cela ?

L’auteur nous expose la vie à cette époque, l’ennui des militaires, les oppositions hiérarchiques, les décisions ignobles, la fureur des algériens, la colère de l’ALN, les erreurs. Et puis la vie de tous les jours, si commune. On se demande parfois même s’il y a eu la guerre en ce pays. Et pourtant elle est là, larvée, explosive à certains moments, mais sournoise, et meurtrière. Pour les corps et pour les âmes.

On ne peut s’empêcher de s’accrocher à tous ces témoignages traduits par l’auteur dans une langue si naturelle, accessible, dans l’air de ce temps passé. La fureur n’est pas dans les paroles, qui paraissent si futiles, mais bien dans les actes auxquels la vie nous confronte.

Derrière un air de ne pas y toucher, ce roman est d’une dureté effroyable. Mais c’est aussi un grand témoignage sur les actes de barbaries de la guerre, sous toutes ses formes.


Titre : Kabylie Twist
Auteur : Lilian Bathelot
Couverture : Aurélien Police
Éditeur : Gulf Stream Editeur
Collection : Courants Noirs
Pages : 354
Format (en cm) : 14,2 x 21,9 x 3
Dépôt légal : Février 2012
ISBN : 978-2354881481
Prix : 14,50 €



Michael Espinosa
27 février 2012






JPEG - 26 ko



WebAnalytics