Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Tancrède, une Uchronie
Ugo Bellagamba
Gallimard, Folio SF, roman (France, 2009), uchronie, 376 pages, février 2012, 7,50€

En l’année 1096, le pape Urbain II appelle à la croisade pour délivrer le Tombeau du Christ des Infidèles. Fervent croyant, le prince normand Tancrède de Hauteville trouve là un but à sa vie. Il suit son oncle Bohémond de Tarente pour marcher vers la Terre Sainte.
L’avancée des Croisés vers Jérusalem se fait dans des bains de sang. Tous les chevaliers n’embrassent pas la même foi que Tancrède, certains pensent avant tout à massacrer tous ceux qui se mettent en travers de leur route et à s’enrichir personnellement.
En apprenant à mieux connaître ceux qualifiés d’Infidèles par la majorité, sans aucune distinction de leurs origines, Tancrède remet en cause sa mission. Il ne peut légitimer les exactions commises au nom du Christ, devenant alors un apostat.
Remarqué par son comportement par les Assassins, un groupe œuvrant dans l’ombre, il y est recruté. Une nouvelle vie commence pour lui, tuer la bonne personne peut mieux servir une cause que tuer toute la population d’une ville…



En avant-propos, Ugo Bellagamba présente « Tancrède » comme issu d’archives trouvées fortuitement lors de recherches dans une bibliothèque et qu’il aurait mis en forme pour publication. Le procédé n’est pas neuf, mais là il est si bien présenté, la profession universitaire de l’auteur lui donnant même du cachet, que l’on se prend à douter. Et ce d’autant que le début suit le cours de l’Histoire que l’on connaît.
Ce n’est qu’au fil du récit, une fois la déviation bien amorcée, que l’on comprend que l’auteur s’est bien joué de nous. Il s’en excuse d’ailleurs dans la postface.

Ce procédé ne fonctionnerait pas aussi bien sans les solides connaissances historiques sur lesquelles il s’appuie. Ce roman a longtemps germé dans l’esprit d’Ugo Bellagamba qui a mis dix années à l’écrire. Il ne l’a soumis qu’une fois pleinement satisfait du résultat et qu’il estimait ne plus rien pouvoir apporter à l’épopée de Tancrède.

En plus d’avoir potassé le sujet à fond pour mieux déformer la réalité, l’auteur écrit très bien, son style convient parfaitement au roman. Malgré une situation géopolitique complexe et, au mieux, connue dans les grandes lignes par le lecteur, « Tancrède » se lit tout seul. En effet, cette uchronie est si prenante qu’elle se dévore par chapitres entiers sans considération horaire.

Le chevalier Tancrède de Hauteville s’avère un personnage magnifique, évoluant au fil des pages. Ouvert à l’étranger, il refuse de fermer les yeux devant la barbarie des Croisés, aux motifs souvent très éloignés de la mission sacrée qui leur a été confiée. Tancrède ne se voile pas la face, il préfère obéir à son cœur. Souvent manipulé par autrui, le temps et les évènements le forceront à son tour à jouer des hommes comme on déplace des pions sur un échiquier. Le Tancrède que l’on quitte à la fin est bien éloigné de celui du début. Le changement est si bien orchestré que l’on ne s’étonne pas de son formidable destin.

Pour son premier roman en solo (après deux en collaboration avec Thomas Day), Ugo Bellagamba signe là un coup de maître. Le lecteur ne sort pas intact d’un tel roman, il en garde une trace gravée au fond de lui. En réaction à la triste actualité au Moyen-Orient, il ne pourra qu’échafauder des hypothèses : et si le passé avait ressemblé à celui relaté dans ce livre ?

Intelligent, instructif, divertissant, humain… on peut longtemps égrener les adjectifs vantant les qualités de « Tancrède », alors pour résumer : « Tancrède, une Uchronie » est un superbe roman à ne surtout pas manquer !
Les Prix Rosny Aîné 2010 et Européen des Pays de la Loire 2010 l’ont d’ailleurs, à juste titre, récompensé.

À l’occasion de cette réédition, Folio SF propose la nouvelle inédite “Les Templiers d’Al Qods” rédigée par Ugo Bellagamba en 2001 et qui s’avère une des sources indirectes de « Tancrède ».
D’ailleurs, les vingt pages d’annexes sont des plus intéressantes et apportent un réel plus à l’ensemble.

Le dossier que « Galaxies 14 » lui a consacré constitue un bon complément à « Tancrède, une Uchronie ». L’auteur revient dessus et la nouvelle “Journal d’un poliorcète repenti” n’est pas sans point commun avec ce roman. En effet, tout comme les Assassins, les Vaubans sont des manipulateurs de l’ombre et le personnage principal répond à sa conscience.


Titre : Tancrède, une Uchronie
Auteur : Ugo Bellagamba
Première édition française : Les Moutons Électriques (2009)
Couverture : Rudolf Ernst, Garde du palais
Éditeur : Gallimard
Collection : Folio SF
Directeur de collection : Pascal Godbillon
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 376
Format (en cm) : 10,8 x 17,9
Dépôt légal : février 2012
ISBN : 978-2-07-044289-8
Prix : 7,50 €



Voir aussi la chronique de « Tancrède, une Uchronie » signée Hervé Thiellement


François Schnebelen
13 février 2012


JPEG - 16.1 ko



WebAnalytics