YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Aventures d’Axel et Nova (Les), tome 1 : Chroniques de la Terre Figée
Pierre Gemme
La Clef d’Argent, Jeunesse, roman (France), science-fiction post-apocalyptique, 339 pages, novembre 2009, 20€

Une météorite a frappé la Terre, interrompant sa rotation. Une face demeure au soleil, desséchée, l’autre est plongée dans le froid de la nuit. L’air est rare à la surface, autant que les survivants.

Axel et Nova sont jumeaux. Leur père, scientifique ayant annoncé le cataclysme, a construit un abri souterrain dans des cavernes proches lorsqu’il a compris que le monde ne l’écoutait pas. C’est là que les jumeaux ont grandi, jusqu’à une adolescence où leur télépathie renforcent leurs liens.

Lorsque la nappe phréatique qui alimente le refuge vient à se tarir, les jumeaux voient enfin l’occasion d’aller explorer le monde extérieur à la recherche de secours, et d’eau.



C’est le début, vous vous en doutez, de formidables aventures. Accompagnés de leur chauve-souris apprivoisée, embarqués dans un dirigeable conçu par Axel, le génie pratique du duo, ils s’envolent au-dessus de la face désertique de la Terre, traversant l’Atlantique à sec en suivant l’ancien câble transatlantique.

Le roman, comme leur chemin, est assez balisé. Sautez les 3 paragraphes suivants si vous voulez garder le mystère...

SPOILER ON


Durant cette première partie, intitulée « Le Dirigeable des Sables », ils vont rencontrer quelques survivants, certains amicaux, d’autres beaucoup moins. Malgré le cataclysme, des hommes s’attachent aux richesses du passé, pourtant inutiles, et à un rêve de pouvoir planétaire à reconstruire. Nova, en captant les pensées de son père, découvre ainsi qu’un des réfugiés sauvés par le scientifiques, et qui avait déjà l’air louche, limite patibulaire, est de ceux-là, et fomente un coup d’État avec d’anciens soldats échoués dans l’océan désertique.
Le premier tiers s’achève par d’émouvantes retrouvailles des enfants avec leur mère qu’ils croyaient disparue, tandis qu’en lisière du jour, en Amazonie, un chaman transmet ses pouvoirs à Nova, ainsi que l’espoir de sauver le monde...

« Les Territoires Bleus » commencent donc ainsi : les enfants, accompagnés de leur mère, vont donc retrouver la météorite responsable de tout cela et tenter... allez savoir quoi. Ils vont donc poursuivre leur périple, braver d’autres dangers : après la soif et la chaleur, ils affrontent les ténèbres et le froid glacé. Malgré tous les obstacles, ils triompheront, et le monde se remettra à tourner ; ce qui ne sera pas sans de fâcheuses conséquences immédiates.

Conséquences détaillées dans « Un Monde Jade », où la Terre renaît et où les ados et leur mère, ainsi que les peuples retrouvés en chemin, tenteront d’échapper aux écumeurs des mers opiniâtres et de sauver leur père des griffes d’un petit dictateur autoproclamé. Leurs pouvoirs grandissant, Axel et Nova découvriront la présence d’un autre groupe sur Terre, des créatures venues des étoiles il y a très longtemps...

SPOILER OFF

Fond et forme : XXe ou XXIe siècle ?

A la lecture de ces « Chroniques de la Terre Figée », on retrouve le charme un peu ancien des romans jeunesse inspirés des œuvres de Jules Verne, mais aussi de la prose adulte qui a fait les grandes années du Fleuve Noir Anticipation. Des péripéties à gogo, des héros débrouillards... Cent fois on les voit morts, échoués dans le désert, au fond d’une crevasse, écrasés contre une falaise, pris dans les glaces, ou simplement morts de froid... Et cent fois, un détail, une idée, un phénomène naturel oublié les sauve, et les porte vers leur prochaine étape...

En tant que lecteur adulte, j’ai souvent tiqué devant ces petits miracles, en pensant aux nombreux scientifiques qui mourraient d’apoplexie durant certaines scènes. Pierre Gemme accumule les contraintes et les dangers contre ses héros, et si ces derniers réalisent certaines choses a posteriori, le lecteur un peu tatillon (ou fort en physique-chimie) s’interrogera fréquemment sur la présence ou l’absence d’oxygène, le magnétisme « intermittent » de la météorite ou encore la résistance de ces enfants à des températures extrêmes. Mais passons, sous le couvert de l’aventure, sur tout cela : le rythme effréné de l’aventure fait passer au second plan ces quelques bizarreries.

On aura peut-être un peu plus de mal avec la syntaxe de l’auteur, qui tend à mettre des virgules là où il n’en faut pas (comme entre le sujet et le verbe) plutôt que là où il en faut (autour d’une proposition subordonnée, par exemple), aussi pas mal de phrases, et pas seulement des dialogues, sonnent mal, et requièrent parfois une seconde lecture pour bien comprendre de qui ou de quoi il est question. Il reste aussi une quarantaine de coquilles au fil des 340 pages, mais très peu de fautes, toujours détestables dans de la littérature destinée aux jeunes.

Repartir à zéro

Fable écologique et post-apocalyptique, « Chroniques de la Terre Figée » nous dresse un portrait tragique de la Terre du futur, qu’on découvre au fil des aventures de nos héros. Les hommes, dans ces temps difficiles, se scindent entre les survivants sages, visant l’harmonie avec ce nouveau monde ravagé, et les mauvais, qui continuent à piller et détruire par goût de la violence et du pouvoir, en espérant rétablir leur suprématie sur la surface. Le message est certes manichéen, mais dans ce premier tome de « redémarrage de la planète », il s’avérait nécessaire de distribuer les rôles.

On attendra la suite avec curiosité, en espérant que la phase « reconstruction » prendra par exemple en compte les problématiques actuelles en matière de développement durable et d’écologie, et qu’Axel et Nova, qui ont l’occasion de repartir de zéro, sauront dispenser quelques conseils aux ados d’aujourd’hui. Au cas où une météorite viendrait à passer...

Sans être un chef-d’œuvre, ces « Chroniques de la Terre Figée » au style un peu rétro se lisent sans déplaisir, un peu comme on regarde le dernier « Indiana Jones » : beaucoup de choses nous paraissent trop grosses pour être crédibles, mais l’aventure est là, et balaie tout, jusqu’à la dernière ligne.

Et les gentils gagnent à la fin.


Titre : Chroniques de la Terre figée (2009)
Contient : Le Dirigeable des Sables, Les Territoires Bleus, Un Monde Jade
Série : Les Aventures d’Axel et Nova, tome 1
Auteur : Pierre Gemme
Couverture : Kara
Éditeur : La Clef d’argent (édition originale : Nestiveqnen, 2003 pour « Le Dirigeable des Sables », 2005 pour « Les Territoires Bleus »)
Collection : Jeunesse
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 339
Format (en cm) :
Dépôt légal : novembre 2009
ISBN : 978-2-908254-75-4
Prix : 20 €



Nicolas Soffray
1er juin 2011






JPEG - 23.7 ko



WebAnalytics