YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Wendigo
Richard D. Nolane (anthologiste)
Œil du Sphinx, revue Wendigo n°1, fantastique, 173 pages, janvier 2011, 15€

On croyait le fantastique classique, classieux, littéraire, plongé dans une narcose sans fin, maintenu en vie par une mince poignée de fidèles publiant, bon an mal an, quelques anthologies périodiques. En créant à son tour une revue consacrée au genre, l’anthologiste Richard D. Nolane vient renforcer ce petit groupe de résistants. Une initiative hautement estimable qui en réjouira plus d’un.



Le wendigowak ou wendigo, chez les Algonquins, est une créature surnaturelle, pas franchement bienveillante, qu’il vaut mieux ne jamais croiser dans les profondeurs des forêts. « Le wendigo », pour les amateurs de littérature fantastique, c’était jusqu’à présent, dans le recueil éponyme des éditions Denoël, un excellent et effrayant récit d’Algernon Blackwood.
Mais «  Wendigo » c’est aussi, depuis peu, « La revue du Fantastique et de l’Horreur classiques ». Au programme de ce premier numéro, huit nouvelles (Seabury Quinn, Victor Rousseau, Robert Barr, George Griffith, Morgan Robertson, D.O Marrama, Philip M. Fisher Jr, Achmed Abdullah), un éditorial de l’anthologiste Richard D. Nolane et un article d’Yves Lignon consacré à Morgan Robertson, qui prophétisa autrefois le naufrage du Titanic.
La ligne directrice de cette revue est la suivante : rendre hommage à la littérature fantastique sous toutes ses formes (fantastique pur, SF, horreur, fiction ésotérique, aventures extraordinaires, « réalisme fantastique », insolite, etc.) telle qu’elle fut publiée du XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, en France et ailleurs.
De par son positionnement classique, « Wendigo » prend donc place aux côtés du « Boudoir des Gorgones » de Philippe Gontier (en sommeil hélas depuis une paire d’années) du toujours passionnant « Codex Atlanticus » de Philippe Gindre, et de l’insurpassable « Visage Vert » de Xavier Legrand-Ferronnière. Le fantastique littéraire n’est donc pas tout à fait mort. Il ne risque d’ailleurs sûrement pas grand-chose, puisque tous les amateurs du genre savent bien que « N’est pas mort ce qui à jamais dort, et au long des ères peut mourir même la mort... »

Plus d’informations sur quelques revues consacrées à la littérature fantastique :

Le Site du de la revue « Wendigo »
Le Site du « Codex Atlanticus »
Le site de la revue « Le Visage Vert »
Le site du « Boudoir des Gorgones »


Hilaire Alrune
19 février 2011






JPEG - 25.5 ko



WebAnalytics