YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Guerre de la Faille (La) T1 : Magicien
Raymond E. Feist
Bragelonne, 2005

La réédition en version intégrale, revue et corrigée par l’auteur, du premier volume de la trilogie de « La Guerre de la Faille » de Raymond E. Feist est incontestablement un événement littéraire de premier plan pour le monde de la Fantasy.

Que Bragelonne, déjà éditeur de la première version (en deux volumes), en soit de nouveau l’accoucheur n’est donc pas une grande surprise, mais plutôt une belle confirmation.



Œuvre foisonnante, empreinte d’émotions justes, magique, guerrière, « Magicien » est à la juste croisée des chemins de la fantasy et de la SF. Et oui ! Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il faut bien convenir que sous les dehors classiques d’un récit de fantasy, Raymond E. Feist insère dans son roman quelques-uns des éléments qui nous enchantent également dans un bon recueil de SF.
Si l’on retrouve ici un monde médiéval classique avec ses Chevaliers, ses Magiciens, ses Elfes, ses Nains -éléments récurrents et souvent exploités sans grande imagination chez bien des tâcherons/bucherons du genre- la thématique des voyages interplanétaires via un vortex spatial et dimensionnel avec les chocs culturels qu’elle implique, a plus à voir avec la SF qu’avec la Fantasy (pour le coup).
Sur un autre plan, on sort également très vite de l’affrontement aux motifs archétypaux du bien contre le mal, pour opposer deux cultures, ni meilleures ni pires dans leurs spécificités, en un combat pour les pouvoirs temporels et terrestres. Que l’on en arrive à utiliser des armées de Nains ou d’Elfes, que l’on fasse usage de la Magie à des fins guerrières ou pacifiques, devient donc plus un choix imposé par les contraintes militaires et tactiques du récit qu’un a priori basique ou une option imposée par le genre.

C’est donc à travers les yeux d’un jeune enfant, Pug, futur apprenti magicien et personnage clef du choc de ces deux mondes, que l’intrigue prend sa source. Ce jeune orphelin aux multiples talents deviendra le fil conducteur d’un roman amenant le lecteur très, très loin sur les routes de l’imaginaire.
En centrant son roman autour d’un personnage, Feist en délaisse-t-il pour autant sa galerie de seconds rôles ? Que nenni ! Chacun trouve sa place, sa destinée, grâce à l’imagination de l’écrivain. Qu’il soit issu d’un monde ou d’un autre, d’une race ou d’une caste, chaque personnage bénéficie d’un traitement psychologique parfaitement senti. Ses sentiments sont crédibles, son cheminement justifié, ses motivations réalistes.
Parvenir à rendre logique l’incroyable, voilà bien une gageure dont seuls les grands écrivains parviennent à s’affranchir avec succès et talent.

Si le début de « Magicien » rappellera à beaucoup « Le Seigneur des Anneaux » par certains de ces épisodes, la traversée des mines de Mac Mordain Cadal renvoyant consciemment le lecteur vers la noirceur de la Moïra de Tolkien, une forêt d’Elfes suscitant immanquablement les échos d’un autre territoire enchanté, l’originalité de Raymond E. Feist tient aussi dans sa faculté à se dégager de ses sources et de ses racines, sans lesquelles rien d’efficace ne serait possible, pour créer un monde totalement charpenté et soutenu par une vraie histoire.

On est ici totalement imprégnés par une œuvre qui fait ressurgir le souvenir des grandes réussites du genre mêlant avec un égal talent Fantasy et SF.
Évidemment, ceux qui connaissaient déjà cette œuvre ne seront pas surpris par cette critique, les autres (futurs lecteurs !) découvriront une pièce maîtresse de la Fantasy et une histoire totalement envoûtante.


Magicien, La Guerre de la Faille, T1
Raymond E. Feist
Traduction : Antoine Ribes (Anglais - USA)
Couverture : Stéphane Collignon
658 pages
Dépôt légal : février 2005
Grand format Bragelonne
Bragelonne (8, rue de Verdun, 52000 Chaumont, Tél. 03 25 32 32 76)
ISBN : 2-915549-13-3
EAN : 9 782915 549133
Site Internet : http://www.bragelonne.fr
Prix : 30€



Stéphane Pons
26 avril 2005






JPEG - 24.4 ko



WebAnalytics